Travaux de l'École d'été euro-arabe 2017

Compte-rendu de « Syntaxe du symbolisme d’une religion africaine », Victor. W. Turner. Rédigé par Mohamed Es-SALIH

Victor. W. Turner, syntaxe du symbolisme d’une religion africaine, in « le comportement rituel chez l’homme et l’animal » sous la direction de Julian Huxley, Paris, Editions Gallimard, 1971, PP. 76-88

L’anthropologue Victor Turner engage, dans cet article, une réflexion sur les rituels qui est le résultat de plusieurs années de recherche. Il s’agit donc d’une synthèse de ses articles et monographies traitant les études sur le symbolisme d’une manière générale et en particulier le symbolisme d’une religion en Afrique centrale. Adhérant aux approches fonctionnaliste et structuraliste, l’auteur  cherche à classer les rituels et à étudier leurs fonctions dans la société étudiée. En puisant du structuralisme de Claude Lévi Strauss, Victor Turner affronte la question suivante : Comment classer et interpréter les rituels 

La question d’interprétation dans les sciences sociales pose en effet beaucoup de problèmes aux chercheurs, notamment en anthropologie. L’observation des pratiques religieuses et l’ensemble des rituels observés en action dans un terrain suppose la neutralité axiologique, l’interprétation et l’explication du chercheur. La manière avec laquelle le savoir anthropologique est construit, depuis les études de terrain de Bronislaw Malinowski, suppose la prise en considération du sens donné, par les indigènes, à leurs actes et à leurs rituels.

Afin d’étudier le rituel, Turner propose une étude approfondie et méthodique des symboles qui sont, selon lui, des molécules de rituel (p.76). Les symboles sont riches de sens ; ils ont une structure spécifique. Clifford Geertz[1], l’anthropologue américain le plus connu dans l’anthropologie interprétative, montre que l’interprétation d’une culture comme un texte littéraire constitue un nouveau sentier dans la tradition  anthropologique. Interpréter exclusivement à partir de la culture de référence de l’anthropologue serait un manque de rigueur scientifique.

De ce fait, Turner nous aide à mieux interpréter les symboles, à réfléchir sur les rituels sans tomber dans l’erreur d’exégèse. Les symboles, selon Turner ont plusieurs aspects que l’anthropologue doit prendre en considération. La signification du rituel qui croise plusieurs symboles, se développe selon trois dimensions essentielles :

1/ la dimension exégétique

2/ la dimension opératoire

3/ la dimension positionnelle

Par dimension exégétique, Turner entend parler de l’ensemble d’explications que les indigènes donnent à leurs rites, leur interprétation des symboles observés et l’explication qu’ils donnent à leurs actes. En fait, l’anthropologue, dans son terrain, devrait toujours demander à ses informants le pourquoi et le comment des faits, l’explication fournie sur ces symboles, tout en prenant en compte les caractéristiques sociales des intervenants et des observés (âge, sexe, rôle, position sociale, niveau intellectuel…)

La deuxième dimension appelée opératoire veut dire que le sens donné à un symbole est lié à son utilisation, autrement dit le chercheur s’occupe plutôt de ce que les indigènes font et dans quel contexte le font. Certes, l’approche de Victor Turner est structurale, dans la mesure où il est sensible au système et à l’ensemble des aspects du groupe étudié. Toutefois il avance des outils de travail indispensables pour chaque chercheur dans le domaine d’anthropologie. Turner est aussi attentif à toute la structure ainsi que les états d’âme (la joie, la peur, l’ironie, l’affection, l’agressivité, le silence, etc) des individus qui composent le groupe étudié.

L’auteur nous fournit là les clés pour bien mener nos recherches de terrain, les techniques pour faire une description dense et une interprétation riches de sens. Le chercheur ne doit pas omettre de tracer sur son journal de terrain toutes les notes concernant le déroulement des rites, les personnes qui y participent et la présence ou l’absence de certaines personnes ou de certains groupes lors de l’accomplissement des pratiques rituelles.

Finalement, dans la dimension positionnelle, le chercheur devrait positionner le rite dans l’ensemble des rituels. Le sens d’un symbole doit être envisagé sous l’angle de ses rapports avec les autres symboles. Cela signifie qu’il serait intéressant pour le chercheur de dire la position d’un symbole dans l’ensemble ou dans toute la structure symbolique. En effet, la signification d’un symbole isolé de l’ensemble mettra en avance un seul aspect et omettra plusieurs variables nécessaires pour une interprétation équitable.

Afin  d’éclaircir ses propos, Victor Turner donne l’exemple d’un comportement rituel africain. Il s’agit de la cérémonie dite Nkula de la tribu Ndembou de Zambézie, en Afrique centrale. Le culte se passe ainsi : un guérisseur taille en morceaux un jeune arbre (mukula)où il sculpte des figurines représentant des nouveau-nés. Ensuite il prend de petites calebasses rondes qu’il coupe en deux et il sacrifie un coq rouge dont il utilise le sang pour fabriquer une pâte glutineuse avec d’autres ingrédients de couleur rouge. Après le guérisseur introduit un peu de cette pâte dans la tête des figurines, et serre le reste dans une des moitiés de chaque calebasse. Après avoir placé les figurines dans les moitiés restés vides, il rajuste les deux parties de la calebasse puis il met le tout dans des paniers de vannerie au tressage serré. Pendant ce temps, les jeunes mariées, auxquelles ce rite est adressé, doivent rester assises une cinquantaine de mètres plus loin, les jambes sont allongées devant elles, les mains sur les cuisses et la tête baissée dans l’attitude traditionnelle de la pudeur et de la honte. Tous ces objets ont chacun une valeur symbolique et cette diversité symbolique se rapporte à un grand nombre de concepts et de valeurs de la culture Ndembou. Victor Turner, par cet exemple, montre que dans chaque comportement rituel il y a une multitude de symboles. L’anthropologue qui cherche l’interprétation des rites doit tout d’abord chercher la dimension exégétique des symboles, puis il étudie la dimension opératoire ou celle de l’utilisation des symboles, enfin il mettra l’accent sur l’étude de la dimension positionnelle, c’est-à-dire la position de ce rite dans la structure de l’ensemble.

L’idée force de cet article reste la méthode scientifique d’interprétation des rituels, avancée par Victor Turner après avoir travaillé longuement sur les rituels. C’est un instrument de travail pour les anthropologues quel que soit leur terrain et leurs objets de recherche. L’auteur a fourni ici une méthodologie de travail simple et pratique afin d’étudier la multiplicité des rites et de les analyser d’une manière plutôt objective.


[1]–  Geertz, Clifford, La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture. Enquête. Archives de la revue Enquête, 1998, no 6, p. 73-105.

Cite this article as: Mohamed ES-SALIH, « compte-rendu de « Syntaxe du symbolisme d’une religion africaine », Victor. W. Turner. Rédigé par Mohamed Es-SALIH, » in Orients Occidents مشارق ومغارب, 06/10/2018, https://orientsoccidents.hypotheses.org/654.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.