Hâtim al-Tâ’î, une figure de l’hospitalité antéislamique revisitée

Article de ‘Abd al-Rahman al-Suraihi

Professeur en littérature comparée à l’Université de Sanaa, Faculté des Lettres, Département de français

L’hospitalité chez les Arabes représente une pratique quotidienne qui remonte à une époque très ancienne qui précède même l’arrivée de l’Islam. C’est une époque où il n’y avait que des tribus qui se faisaient souvent la guerre entre elles. Pourtant, l’hospitalité existait et représentait un secours qui permettait une paix entre ces tribus. C’était une paix qui donnait un sens fondamental à la vie de l’homme de l’époque et qui différenciait cette vie de celle de la forêt.

Nous allons voyager dans le temps à la recherche des sources de l’hospitalité dans le monde arabe à travers un personnage légendaire, Hâtim al-Tâ’î. C’est un personnage antéislamique qui apparaît dans une expression  proverbiale : « As-tu la générosité de Hâtim ? ». Cette expression se prononce chez les Arabes aujourd’hui pour dire à celui qui vante la générosité de quelqu’un : « Quoi que ce dernier fasse, il n’arrivera jamais à la générosité de Hâtim ». Et là, nous ne sommes pas loin de l’hospitalité, bien au contraire parce que la générosité n’est qu’un très haut degré de l’hospitalité. Dans les lignes suivantes, nous allons parler dans un premier temps de l’hospitalité au temps antéislamique, Djahiliyya, en essayant de mettre l’accent sur la notion de Djahiliyya et la conception de l’hospitalité, de l’hôte, dayf, et du réfugié, dakhîl, pendant cette période-là. Dans un deuxième temps, nous allons nous pencher sur le personnage du Hâtim al -Tâ’î en tentant de mettre en relief trois points importants : l’opposition entre la générosité, Jûd , et l’hospitalité, al-dyafa, le rapport entre la générosité et la poésie chez le personnage légendaire et la question de l’inhospitalité de la littérature arabe vis-à-vis de Hâtim al-Tâ’i. Dans un dernier moment, nous interrogerons la question de l’hospitalité antéislamique, djahili, chez les Arabes par rapport à la conception de l’hospitalité chez Jacques Derrida.

L‘hospitalité, un usage de l’époque antéislamique ?

La période antéislamique porte chez les Arabes et les musulmans le nom d’al-Djahiliyya: c’est un terme qui s’oppose, dans presque toutes ses acceptions, au mot «Islam» et désigne l’état des choses qui régnait en Arabie avant la mission du prophète Mohammed, c’est-à-dire le paganisme (parfois même celui des nations non-arabes) et tout simplement la période antéislamique et les hommes qui y vivaient. Du point de vue morphologique djâhiliyya paraît bien être formé, par addition du suffixe – iyya, à valeur abstraite, au participe actif djâhil dont le sens est difficile à préciser. Par exemple ce mot peut s’opposer à halim, « policé ou civilisé». Alors, il a le sens de « barbare ». Ce qui conduirait à dire que la Djâhilyya désigne «l’époque de la barbarie ».

Les traducteurs de Coran rendent djahil par celui qui ignore Dieu, le prophète et la loi divine. Donc, la Djahiliyya est un terme abstrait qui s’applique à la période durant laquelle les Arabes ne connaissaient pas encore l’Islam et la loi divine ainsi qu’aux croyances qui avaient cours à cette période. Cette expression apparaît également dans le Coran qui parle de deux Djahiliyya. La première Djahiliyya s’étend d’Adam à Noé. La seconde correspond à l’ « intervalle » entre Jésus Christ et Mohammed. L’adjectif djahili tiré de Djahiliyya, correspond à tout ce qui est antérieur à l’Islam, en particulier aux poètes morts avant la révélation de Mohammed. Et là, il faut signaler que le personnage mythique en question, Hâtim al-Tâ’î, fait partie de ces poètes c’est-à-dire qu’il s’agit d’un poète djahili.

D’ailleurs, il est important de mentionner que tout en attribuant à la Djahiliyya les défauts stigmatisés par le Coran, les musulmans ne manquent pas de reconnaître aux anciens Arabes un certain nombre de vertus telles que la générosité, le courage, l’hospitalité, Dayf, et la dignité, Muru’a. La Muru’a est un terme employé spécialement à l’époque antéislamique et dans les premiers temps de l’Islam. lmar’ avec muray’ comme diminutif ne désigne en arabe que l’homme en général. L’attestation de ce sens est fournie par la littérature antéislamique et par le Coran.

Ce terme a plutôt groupé les qualités physiques de l’homme, Mar’, puis ses qualités morales de la virilité. De même pour la femme car Imra’a qui désigne aujourd’hui la femme en arabe, voulait dire à l’époque antéislamique « la femme parfaite». C’est avec l’Islam semble-t-il que la Muru’a a cessé d’être une valeur en elle-même parce que la reconnaissance de Dieu est prioritaire. Malgré cela, l’Islam garde la même conception de l’hospitalité. Dans les lignes suivantes, nous verrons la conception de l’hospitalité au temps antéislamique chez les tribus qui habitaient la péninsule arabique surtout au Yémen.

L’hospitalité dans ces tribus était une pratique quotidienne qui faisait partie des lois et des traditions tribales. Elle  peut  être  considérée  comme  la  monnaie de l’époque: recevoir l’hospitalité implique en effet de l’offrir un autre jour non seulement à celui qui vient de l’offrir, mais à tout qui, en arrivant dans la tribu, porte le nom de Dayf du sens primitif « incliner  vers,  décliner  (soleil), dévier (flèche) », le radical en vient à signifier « se détourner (du chemin)» et « s’arrêter en visite chez quelqu’un ». Les implications sociales de droit à protection semblent avoir été rattachées plus  anciennement au mot (djar) qui  veut  dire « voisin » et dont le correspondant hébraïque est (gêr). Ces deux termes ont la même origine sémitique. Il est curieux que la racine de ce mot montre la même dérivation sémantique de «dévier» à « descendre,  habiter chez quelqu’un ».

Alors, l’hôte accueilli (Dayf) qui a perdu son chemin, a le droit d’être reçu par la première tribu qu’il rencontre. De plus, il faut préciser que ce dayf est déjà invité par le feu que chaque tribu de l’époque devait mettre au sommet des montagnes et dont la fumée représente un appel aux gens qui ont perdu leur chemin. Avec la réception de cet hôte, commence une histoire de trois  jours  à savoir que cet hôte va recevoir  l’hospitalité

pendant        trois      jours I au        bout                     desquels il                   doit partir.                     Il est important de dire que cette coutume n’est jamais explicite: elle est pratiquée d’une manière implicite, c’est-à-dire que personne ne demande à l’hôte de partir, mais c’est lui qui se rend compte de la nécessité de son départ suivant la règle traditionnelle, au bout de trois jours.

Par contre, si l’hôte reçu veut rester plus de trois jours en recevant la même hospitalité, il doit changer de statut : au lieu d’être dayf, il doit s’annoncer en tant que dakhîl: c’est l’hôte auquel est due protection dès qu’il demande l’asile et il ne doit rien justifier. Cette notion bien vivante à toutes les époques ne s’est pas intégrée au droit islamique et ne figure pas au nombre des termes techniques de ce dernier. Dans la pratique, les différents éléments du système complexe des liens d’hospitalité se combinent. Ce que nous voulons dire par-là, c’est que l’hospitalité conditionnée par la limite de trois jours disparaît et que l’hôte accueilli doit recevoir une hospitalité absolue et permanente dès qu’il change de statut. Dans les lignes suivantes nous allons essayer de donner une image plus concrète avec le personnage de Hâtim al-Tâ’î.

  • Hâtim al-Tâ’î

On le connaît sous le nom de Hâtim, mais dans sa famille on l’appelait Abd Allah Ben Saïd. C’est un chevalier et poète antéislamique qui a vécu pendant la seconde moitié du sixième siècle. Il a pratiqué, à un haut degré, les vertus de la Muru’ a surtout l’hospitalité et la générosité, sans tenir compte, dans la pratique de ces vertus, de ses propres besoins. Cette inclination qui le portait à des prodigalités exagérées s’est manifestée chez lui dès sa jeunesse ; il en a résulté que son grand-père, sous la garde de qui il vivait depuis la mort prématurée de son père, l’a abandonné. On raconte que même, encore après sa mort, il avait coutume d’héberger ceux qui, à son tombeau, invoquaient son hospitalité. À droite et à gauche  du tombeau s’élèvent de chaque côté quatre figures de pierre qui représentent des jeunes filles  aux cheveux  dénoués,  qui  jouaient sur son tombeau le rôle des pleureuses. Près de son tombeau, on montre aussi les restes de, grandes marmites qui sert Hâtim à traiter ses hôtes.

À cet égard, une des anecdotes sur ce personnage raconte que deux hommes, après la mort de Hâtim se sont approchés de sa tombe pour lui demander l’hospitalité. Un des deux s’est mis à s moquer de Hâtim en disant à son ami: «  comment est-ce que tu crois qu’un cadavre va sortir de cette tombe pour nous offrir l’hospitalité ? ». Puis ils ont dormi  et le lendemain,  ils ont trouvé la chamelle de celui qui se moquait de Hatim égorgée. Quelques jours après, ils ont rencontré le fils de Hâtim qui s’est dirigé vers le propriétaire de la chamelle qui avait été engorgée, en lui disant; « prenez cette chamelle à la place de la vôtre que mon père a gorgée pour vous l’offrir. Il m’a rendu visite dans mes rêves me demandant de vous rembourser ».

D’ailleurs, la légende raconte également que sa mère Ghannya, était si généreuse que ses frères          avaient dû lui interdire l’usage de ses biens. Alors, tout cela conduirait à dire que l’attitude de la famille de Hâtim, notamment la mère, sa fille et lui, dépasse l’hospitalité quotidienne par la pratique de la générosité qui en est un degré très ou plutôt trop haut  dans la mesure où elle s’oppose à l’hospitalité. Cette idée serait éclaircie à travers trois anecdotes extraites du Kitâb al-Aghânî (« Le Livre des chansons») d’Abdel Faraj al-Asbanhânî (entre 906 et 978 ap. J.C. ) :

                               Extrait A : La mère de Hâtim (Ghanya)

On raconte que la mère de Hâtim était si généreuse que Graphic 25ses frères  finirent  par l’empêcher  de disposer  de ses  biens. Quand           ils pensèrent qu’elle    avait             abandonné         cette    habitude qu’ils trouvaient excessive, ils lui restituèrent ses biens. Pourtant, lorsqu’une femme vint lui rendre visite, elle lui donna son dernier troupeau en se justifiant ainsi :

                « J’ai si bien connu la morsure de la faim

                      que j’ai résolu de ne jamais rien refuser à l’affamé.

                À celui qui me condamne, dites de me pardonner

                car c’est lui qui devrait avoir honte de ne pas en faire autant.

                      Que pouvez-vous faire à votre sœur

                sinon la quitter, à moins qu’elle ne vous quitte elle-même?

                Ce que vous me voyez faire m’est naturel

                   Comment voulez-vous que j’abandonne ma nature ? »

                Extrait b : Hâtim al Tâ’î

On raconte que le grand-père de Hâtim lui avait demandé d’aller garder un troupeau de chamelles dans le                désert. Il lui avait même donné une esclave comme concubine. En chemin, Hâtim rencontra des voyageurs qui lui      demandèrent de leur offrir l’hospitalité. Il égorgea deux chamelles pour les leur offrir. En voyant ce qu’il faisait,            ils lui dirent : « Quand nous te demandions l’hospitalité, nous n’attendions qu’une tasse de lait ». Hâtim leur         répondit : « Lorsque j’ai vu que chacun de vous venait d’une tribu différente, j’ai voulu que chacun parle de                         moi à son retour chez lui». Ils étaient si contents qu’ils composèrent un poème à son éloge. En réponse, Hâtim leur     donna le reste du troupeau. L’un d’entre eux ajouta deux vers à ce poème, ce qui poussa Hâtim à lui donner sa                         concubine.

Ensuite, Hâtim rentra chez lui et raconta cette histoire à son grand-père qui se mit en colère. Pour se justifier,     Hâtim lui dit : «Tu n’as rien perdu puisque désormais, tu es mentionné dans un poème et que tu seras connu         partout ». Mais son grand­ père ne fut pas convaincu et il l’abandonna. À ce moment-là, Hâtim se mit à réciter          un poème de sa composition :

« Je lutte contre la pauvreté en partageant mes biens avec l’autre et j’abandonne celui qui ne me ressemble pas.

Et nul n’a la même attitude que moi

sauf celui qui m’égale en générosité.

Je donne toute ma fortune et ne garde que ma terre[1]

sans me soucier de ce que je donne.

Que Saïd[2] et sa famille s’en aillent,

même si je reste seul ici.

La gloire que je vise me suffit ; Saïd Ben Hashraj, je vais réparer tes fautes. »

Extrait C : La fille de Hâtim (Safâna)

On raconte que la fille de Hâtim était la plus généreuse de toutes les Arabes. Quand son père lui donnait un troupeau de chamelles, elle en donnait en secret quelques-unes aux gens. Lorsque, son père l’apprit, il lui dit : « Deux personnes qui agissent ainsi anéantiront les biens de toute la famille. Il te faut choisir : soit tu seras généreuse et moi hospitalier, soit tu seras hospitalière et moi généreux».

Nous allons essayer d’analyser ces trois passages en mettant en commun un point important à savoir l’opposition entre l’hospitalité et la générosité : dans ces trois extraits, nous constatons un conflit entre d’un côté, l’hospitalité représentée dans le premier passage par les frères de Hâtim, dans le deuxième par le grand-père de Hâtim et dans le dernier par Hâtim lui-même et d’un autre, la générosité exagérée vue dans le comportement de la mère de Hâtim,  de Hâtim et de sa fille.

Dans l’extrait a, nous voyons que les frères de la mère de Hâtim l’empêchent de disposer de ses biens, mais ceci ne signifie pas qu’ils sont méchants parce qu’ils lui ont finalement rendu ce qu’elle possédait. En fait, ils ont privé leur sœur de ses biens pour les protéger de sa générosité exagérée qui menace leur hospitalité permanente. Autrement dit, si cette femme donne tout ce qu’elle a aux pauvres, le lendemain, elle n’aura plus rien pour offrir l’hospitalité et cela sera la honte non seulement pour elle mais pour toute la tribu à laquelle elle appartient parce que cette tribu va connaître une mauvaise réputation parmi les autres tribus et elle sera maudite à cause de l’incapacité de cette femme à offrir une hospitalité normale. C’est pourquoi la réponse des frères qui veulent protéger la permanence de leur hospitalité est violente, c’est la séparation car l’hospitalité ne peut survivre avec une telle générosité.

La même scène de séparation se voit également dans l’extrait Boù le grand-père de Hâtim l’abandonne pour protéger la permanence de son hospitalité que Hâtim menace par sa générosité. Dans l’extrait C, l’opposition entre l’hospitalité et la générosité est beaucoup moins forte vu qu’il s’agit de deux personnes qui ont le même caractère et dont l’une demande à l’autre de renoncer à la générosité pour sauver l’essence de l’hospitalité de la famille: «Il te faut choisir: soit tu seras généreuse et moi hospitalier, soit tu seras hospitalière et moi généreux». Là, nous voyons que Hâtim, dont la générosité s’opposait à son grand-père dans l’extrait b, s’oppose lui-même à la générosité de sa fille, ce qui est contradictoire. Cette contradiction se voit plus évidemment lorsque nous le voyons dire à son grand-père dans l’extrait B : « Je lutte contre la pauvreté en partageant mes biens avec l’autre/ et j’abandonne celui qui ne me ressemble pas». Cependant, dans l’extrait c, il reproche à sa fille sa générosité et cela montre par cette attitude qu’en réalité, il ne peut pas vivre avec une personne qui lui ressemble. Peut-être parce qu’il ne s’est rendu compte de l’importance de l’essence de l’hospitalité que quand il a dépassé l’âge de jeunesse. Tout cela permettrait  de dire que la générosité pratiquée par la mère de Hâtim, la fille de Hâtim et Hâtim lui-même, s’oppose à l’hospitalité dans la mesure où la première menace la pratique permanente de la dernière.

                D’ailleurs, la mère de Hâtim, Hâtim et sa fille sont les seuls membres de cette famille à être connus pour une telle générosité exagérée, ce qui nous pousserait à parler d’un comportement héréditaire qui se transmet de la mère au fils (de la mère de Hâtim à Hâtim) et du père à la fille (de Hâtim à sa fille). Pourtant, cette générosité est souvent liée à la poésie. Comment?

                Dans le premier extrait, la mère de Hâtim justifie sa générosité en récitant un poème qui a rendu cette générosité éternelle parce que cette histoire de la mère de Hâtim n’a été connue qu’à travers ce poème. D’ailleurs, nous pouvons dire que pour composer ce poème la mère de Hâtim s’est inspirée de sa générosité. Dans le deuxième extrait, nous avons vu comment le poème que les voyageurs ont composé à l’éloge de Hâtim a poussé ce dernier à leur donner tout le troupeau et les deux vers qui ont été ajoutés par un autre lui ont coûté sa concubine. Alors, cette poésie provoque la générosité exagérée de Hâtim. Ensuite, Hâtim justifie sa générosité en récitant un poème qui est inspiré par elle. Tout cela montre une relation réciproque entre la générosité et la poésie dont l’une sert à l’autre c’est-à­ dire que la poésie chez la famille de Hâtim se traduit concrètement par un comportant généreux qui doit être chanté dans un poème. Ceci se voit lorsque Hâtim dit à son grand­ père : « tu n’as rien perdu puisque désormais, tu es mentionné dans un poème et que tu seras connu partout ».

                Tout cela permettrait de dire que la poésie et la générosité sont deux faces du comportement de la famille de Hâtim. Nous pourrions également dire que la générosité est là pour inspirer la poésie qui doit à son tour la chanter et la rendre éternelle en la gardant dans la mémoire de la littérature. Mais comment cette éternité a été accueillie par l’Islam et la littérature arabe ?

                   Un discours du prophète raconte que les deux enfants de Hâtim ont connu l’Islam et s’y sont convertis et un jour le fils de Hâtim est allé chez le prophète pour lui parler de son père et pour  voir comment  l’Islam considère les vertus qu’il pratiquait. Après l’avoir écouté, le prophète lui a répondu en disant : « Malgré tout ce que tu viens de raconter, ton père n’est         qu’un   morceau de bois dans le feu de l’enfer». La déception a couvert le visage du fils de Hâtim. Mais le prophète a ajouté : « ne t’inquiète pas parce que ton père, mon père et le père d’Abraham ne sont qu’un morceau de bois dans le feu de l’ enfer ». Comment peut-on interpréter ce discours pour dire s’il s’agit d’une hospitalité ou d’une inhospitalité?

                Cette même question de l’hospitalité ou de l’inhospitalité se pose aussi vis-à-vis de la littérature arabe lorsque nous constatons qu’aucun écrivain arabe n’a fait de Hâtim le personnage principal de son œuvre, alors qu’il est devenu dans la partie orientale du monde musulman une figure romanesque très aimée : en Inde, il est le héros d’un roman très aimé, Kissa Hâtim  al  Tâ ‘î traduit  en anglais par D. Forbes,  Londres en 1830. Une adaptation turque du roman est constituée par le Dâsitani Hâtim Tâ’î (Constantinople 1878) etc. Tout cela montre la différence de l’accueil de Hâtim dans la littérature arabe et dans la littérature du reste du monde musulman. Mais cela n’empêche pas la reconnaissance par les Arabes de l’hospitalité de la période antéisalmique. Dans les paragraphes suivants, nous allons interroger cette hospitalité par rapport à la conception de Jacques Derrida.

Hospitalité   djahiliyya  et conception de Jacques Derrida

                   « Pour revenir aux propos de Abdellatif  Chaouite  sur la règle des trois jours dans l’hospitalité islamique, il semblait que ce soit une règle pré-islamique liée à la culture nomade qui fut ensuite reprise dans la tradition et le droit islamique. Cette règle voulait que des nomades ayant perdu leur route soient reçus par d’autres nomades, pendant trois jours. L’hospitalité était inconditionnelle pendant ces trois jours au- delà desquels l’hôte devait partir. Nous retrouvons là encore des conditions l’hospitalité … »[3] dit Jacques Derrida. Nous pouvons ajouter à cette définition que cette hospitalité  conditionnée par les trois jours peut se transformer à une hospitalité permanente si l’hôte change de statut comme nous l’avons expliqué dans la première partie c’est-à-dire qu’au lieu de se présenter en tant que dayf , il se présente comme dakhîl, car de toute façon l’hôte pendant la période antéislamique doit s’annoncer soit comme dâyf soit comme dakhîl, dans les deux cas il sera accepté et c’est à lui de choisir. Cette annonce permet à l’hôte qui reçoit de se préparer soit pour trois jours dans le cas du dayf soit pour une durée illimitée dans le cas du dakhîl.

                «II n’y a hospitalité pure que là où j’accueille, non pas l’invité, mais le visiteur inattendu, celui qui m’envahit, d’une certaine manière, qui vient chez moi alors que je n’y étais pas préparé. Et je dois faire tout ce qu’il faut pour m’adapter à lui … »[4]. Le visiteur chez les Arabes à la période antéislamique est toujours inattendu. Pourtant, nous pouvons   parler d’une certaine invitation c’est-à-dire qu’il  s’agit  d’un  inattendu invité : le visiteur est inattendu parce que l’hospitalité doit être offerte à tout visiteur qu’il soit connu ou étranger c’est-à-dire que la question de l’identité de l’individu ne se pose jamais. Ce visiteur inattendu est en même temps appelé par la fumée du feu mis au sommet des montagnes, qui        représente une invitation. Ceci nous permettrait          de parler d’un inattendu invité.

                Nous sommes donc partis à la recherche de l’hospitalité chez les Arabes à l’époque antéislamique où, malgré la violence de la guerre entre les tribus, le rapport  de l’hospitalité  prime. Dans un deuxième temps, nous avons vu la pratique de la générosité qui est considérée comme un très haut degré de l’hospitalité à travers un personnage légendaire, Hâtim al-Tâ’î. Mais, ce haut degré de l’hospitalité se détache de l’hospitalité et s’y oppose. Et finalement, nous avons interrogé l’hospitalité chez les Arabes par rapport à la conception de Jacques Derrida.

                L’hospitalité à la période antéislamique serait une règle divine chez les tribus arabes entre lesquelles la guerre ne cesse pas. Cette violence se voit encore chez les descendants de ces tribus c’est-à-dire les tribus actuelles du Yémen. Non seulement ces tribus se font encore la guerre entre elles, mais elles kidnappent en plus des touristes étrangers pour faire chanter l’État.

                Un jour en 1995, un français a été enlevé par une de ces tribus et après l’avoir libéré, la première chose dont il a parlé, était l’hospitalité qu’il avait reçue des gens de la tribu chez qui il s’est senti un hôte et jamais un otage. Loin des facteurs de ce comportement illégal basé sur l’ignorance et la corruption de l’État et de la tribu, nous voudrions mettre en relief l’hospitalité qui apparaît au sein d’un acte violent. Autrement dit, bien que la violence soit intégrée dans la vie de ces tribus, l’hospitalité qui reste dominante, continue à  représenter l’identité des tribus arabes.


[1]Le mot ‘Ird désigne au sens propre les femmes de la famille en particulier l’épouse mais aussi la terre.

[2] Le nom du grand-père de Hâtim.

[3] Seffahi Mohammed (dir), Au tour de Jacques Derrida, De l’hospitalité, Paris la passe du vent, 2001, p.126.

[4] opte, Pl23

BIBLIOGRAPHIE

  1.   AL-ISBAHANI, Abû l Faraj, Kitab al-Aghânî, (” Le Livre des chansons »), écrit entre 906 et 978 ap. J.C., Le Caire, 1970, P. 6693-6742.
  2.   JABES, Edmond, Le Livre de l’hospitalité, Paris, Gallimard, 1991, P.79.
  3.   AL-ANDALUSÎ, Ibn ‘Abd Rabbihi, Al-‘lqd al-Farîd, (‘ Le Collier Unique”), Beyrouth, Maktabat al-Hilâl, 1990, 360p,
  4. SEFFAHI Mohammed (dir), Autour de Jaques Derrida, De l’hospitalité, Paris la passe de vent, 2001, P. 155.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Eric Vallet (12 septembre 2023). Hâtim al-Tâ’î, une figure de l’hospitalité antéislamique revisitée. Orients Occidents مشارق ومغارب. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0ap


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.