Travaux de l'École d'été euro-arabe 2017

Compte-rendu de “Traduire la nourriture en littérature d’enfance et de jeunesse : plaisirs et dangers, individu et société” d’Audrey Coussy Par Loujain Alserehi

La nourriture joue un rôle marquant dans les cultures, ce qui apparaît surtout dans le domaine de l’art et des Lettres. Elle est présente tôt dans la littérature de jeunesse. L’article Traduire la nourriture en littérature d’enfance et de jeunesse : plaisirs et dangers, individu et société d’Audrey Coussy discute le rôle de la nourriture dans la littérature de jeunesse et montre comment les traducteurs traduisent ce thème.

L’auteure souligne les tendances sourcières, le mouvement récent de traduire la littérature de jeunesse, selon Virginie Douglas, ou cibliste en réfléchissant sur le degré d’adaptation des mots de nourriture dans différentes œuvres et de fait des difficultés rencontrées par les traducteurs. Pour cela, elle adopte pour corpus les œuvres de la saga Harry Potter (1997-2007) de J.K. Rowling, Charlie and the Chocolate Factory de Roald Dahl, Peter and Wendy (1911) de J.M. Barrie, A Book of Nonsense (1846) de Edward Lear et T-Veg – The Story of a Carrot-Crunching Dinosaur (2015) de Smriti Prasadam-Halls. L’auteure passe ensuite aux analyses des données et aux  conclusions qui s’en découlent, ce qui rend son article riche en cas d’études sans s’attarder sur les aspects théoriques.

Les analyses nous montrent des cas que l’auteure a divisé selon des orientations thématiques : la nourriture est comme un plaisir, un danger et un lien entre l’individu et sa communauté ; ensuite elle discute les façons de traduire: le traducteur, soit il privilégie la culture d’arrivée, en l’occurrence la française dans le corpus, soit il procède à des effacements, et enfin il apprécie la sonorité orale pour la rime.

  1. Adaptation cibiliste

Dans cet extrait, Harry, qui est orphelin et mal soigné par les proches, examine le plaisir et le confort de prendre un repas au sein d’une nouvelle communauté.

Version originale :

Harry’s mouth fell open. The dishes in front of him were now piled with food. He had never seen so many things he liked to eat on one table: roast beef, roast chicken, pork chops and lamb chops, sausages, bacon and steak, boiled potatoes, roast potatoes, chips, Yorkshire pudding, peas, carrots, gravy, ketchup, and, for some strange reason, peppermint humbugs.

[And for dessert] blocks of ice cream in every flavour you could think of, apple pies, treacle tarts, chocolate éclairs, and jam doughnuts, trifle, strawberries, jelly, rice pudding… (Rowling, 2015 [1997] : chap. 7)

 

Version traduite :

Harry resta bouche bée. Les plats disposés sur la table débordaient à présent de victuailles : roast-beef, poulet, côtelettes de porc et d’agneau, saucisses, lard, steaks, gratin, pommes de terre sautées, frites, légumes divers, sauces onctueuses, ketchup et, il ne savait pour quelle raison, des bonbons à la menthe.

[…] Ce fut alors le moment du dessert : crèmes glacées à tous les parfums possibles, tartes aux pommes, éclairs au chocolat, beignets, babas, fraises, gâteau de riz… (Rowling, 2015 [1998] : chap. 7)

 

 

Dans la traduction d’un festin dans la saga Harry Potter (1997-2007) de J.K. Rowling (le premier tome, Harry Potter and the Philosopher’s Stone, 1997) le traducteur français Jean-François Ménard (Harry Potter à l’école des sorciers, 1998) a annulé quelques plats et en a modifié d’autres pour les rendre plus conformes à la culture française. Le traducteur ne veut pas désorienter le lecteur français avec des plats anglais  détaillés même si la culture anglophone semble plus dominante grâce à la mondialisation. (Coussy, 2019)

International trade and the universality of certain dishes […] ensure that many children today are familiar with a far more varied cuisine than in the past, but there will always be foods that require a search for an equivalent or an alternative that has the same impact on the child’s tastebuds. (Lathey, 2015 : 40)

Dans les trois versions de traduction de Peter and Wendy (1911) de J.M. Barrie, où la nourriture est représentée comme dangereuse, les traducteurs Yvette Métral, Henri Robillot et Sidonie Van den Dries travaillent à “donner la même épaisseur linguistique que celle qui le caractérise dans le texte”, parce qu’il est difficile d’effacer le plat problématique dans le texte source. (Coussy, 2019)

Ailleurs, le traducteur va effacer quelques lignes, soit l’exemple suivant :

  1. Effacement

Dans un autre passage de Harry Potter à l’école des sorciers, Ménard préfère l’effacement de quelques lignes, ce qui transforme l’information mais en gardant le sens d’appétit qui a besoin d’être assouvi. (Coussy, 2019)

Le romancier Roald Dahl dans son roman Charlie and the Chocolate Factory a bien décrit le personnage Augustus Gloop comme une gourmande, ce qui présente la nourriture en tant qu’élément de danger; Augustus lui-même est en risque de se transformer en un aliment. Dans l’extrait suivant le petit garçon Augustus qui vient d’être saisi par un tuyau d’une rivière de chocolat où il a bu gloutonnement : (Coussy, 2019)

Version original:

 

“Impossible!” cried Mr Wonka. “Unthinkable! Inconceivable! Absurd! He could never be made into marshmallows!”

“And why not, may I ask?” shouted Mrs Gloop.

“Because that pipe doesn’t go anywhere near it! That pipe—the one Augustus went up—happens to lead directly to the room where I make a most delicious kind of strawberry-flavoured chocolate-coated fudge…”

“Then he’ll be made into strawberry-flavoured chocolate-coated fudge!” screamed Mrs Gloop.

(Dahl, 2013 [1964] : 75)

 

Version traduite:

 

– Impossible ! s’écria Mr Wonka. Impensable ! Inconcevable ! Absurde ! Il ne pourra jamais être réduit en guimauve !

– Et pourquoi pas, puis-je le savoir ? hurla Mrs Gloop.

– Parce que ce tuyau ne conduit pas dans la salle à guimauve ! répondit Mr Wonka. Même pas à proximité de cette salle ! Ce tuyau – celui par où est monté Augustus –, ce tuyau conduit directement à la salle où je produis la plus délicieuse des nougatines, parfumée à la fraise, enrobée de chocolat

– Alors il va être changé en nougatine à la fraise enrobée de chocolat ! se lamenta Mrs Gloop.

(Dahl, 2007 [1967] : 109)

 

 

La traductrice Élisabeth Gaspar, en optant pour l’adaptation, a remplacé un plat anglais “fudge” par un français ” la nougatine”. (Coussy, 2019).

Dans le dernier cas, le traducteur préfère la sonorité orale dans des exemples suivants:

  1. La sonorité orale

La particularité de A Book of Nonsense (1846) de Edward Lear est que le traducteur cherche “un équilibre entre texte écrit et dimension orale, ce qui touche à la syntaxe, au registre et aux sonorités.” (Coussy, 2019). La nourriture, qui désigne le danger, peut causer la mort en associant la consommation des aliments au moral. Cela souligne l’importance des connotations alimentaires dans un ouvrage, selon Roland Barthes (1961 : 979) ce que le traducteur doit exposer dans sa traduction.  Entre un style sophistiqué plus proche du surréalisme du traducteur Henri Parisot (1968) et l’autre style plus simple que l’original du professeur A (2009), les deux versions consacrent une attention plus à la rime et à la forme qu’à l’adaptation à la culture française.

L’auteure de cet article parle ainsi de la relation entre l’individu et sa communauté à travers la nourriture ; des valeurs que la société donne aux aliments en soulignant que la nourriture fait part du “processus de socialisation”. Dans ce sens, l’auteure cite un exemple d’un album, T-Veg – The Story of a Carrot-Crunching Dinosaur (2015), écrit par Smriti Prasadam-Hallset illustré par Katherina Manolessou, où le romancier joue sur la rime et la sonorité en devenant l’avocat des végétariens ; c’est une des approches que l’on peut retrouver dans la littérature de jeunesse : mélange de divertissement et de pédagogie. Pour traduire un album, Le traducteur a besoin de l’analyser attentivement afin de comprendre la relation texte-image, ce que rend la traduction plus difficile (O’Sullivan 2015 : 114).

La traductrice Vanessa Rubio-Barreau, dans le recueil vers le français (T-Végi – Le petit tyrannosaure dévoreur de légumes, 2016) porte une attention à la sonorité dans son ouvrage, ce qui justifie ses choix dans la traduction. Elle s’appuie sur la ponctuation, la typographie et les onomatopées en ignorant le texte original. Elle profite aussi des images pour créer quelques fruits qui ne sont pas dans le texte original afin de trouver une solution pour la rime. Elle ne prête pas son regard au caractère du héros  ni à son régime végétarien et ses interactions avec sa communauté.

Après avoir examiné le corpus de plusieurs ouvrages (de 1967 à 2016), l’auteure arrive à tirer des conclusions que les techniques suivies par les traducteurs sont l’adaptation ou l’effacement ou la préférence de l’oral. Alors, la forainisation est proposée par Virginie Douglas (2015: 38) au début d’article pourrait apparaître dans la traduction récente grâce à la mondialisation et l’ouverture à l’étranger. En plus, elle souligne l’importance de la nourriture au sein d’une société comme Barthes affirme  « Conscience alimentaire : la nourriture, dans les pays développés, est désormais pensée, non par des spécialistes, mais par le public tout entier » (1961 : 985) mais elle reste encore un sujet moins exploré dans le domaine de la traduction (Delia Chiaro et Linda Rossato 2015 : 237).

Les références :

Audrey Coussy, « Traduire la nourriture en littérature d’enfance et de jeunesse : plaisirs et dangers, individu et société », Palimpsestes [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 04 février 2019, consulté le 07 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/3326 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palimpsestes.3326

Barrie, James Matthew, 2008 [1911], Peter Pan in Kensington Gardens & Peter and Wendy, Oxford, Oxford University Press.

—, 2003 [1982], Peter Pan, trad. Yvette Métral, Paris, Flammarion.

—, 2005 [1988], Peter Pan, trad. Henri Robillot, Paris, éditions Être.

—, 2010, Peter Pan, trad. Sidonie Van den Dries, Paris, Tourbillon.

Barthes, Roland, 1961, « Pour une psycho-sociologie de l’alimentation contemporaine », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 5, p. 977-986.
DOI : 10.3406/ahess.1961.420772

Chiaro, Delia & Rossato, Linda, 2015, « Introduction – Food and translation, translation and food », in The Translator, vol. 21, n° 3, p. 237-243.

Douglas, Virginie, 2015, « Introduction – La traduction pour la jeunesse, reflet de la perception changeante d’une littérature et de ses destinataires », in Douglas, Virginie (éd.), États des lieux de la traduction pour la jeunesse, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 7-14.

Dahl, Roald, 2013 [1964], Charlie and the Chocolate Factory, New York, Puffin Books.

—, 2007 [1967], Charlie et la chocolaterie, trad. Élisabeth Gaspar, Paris, Gallimard Jeunesse.

Rowling, J.K., 2015 [1997], Harry Potter and the Philosopher’s Stone, digital edition, Pottermore Limited.

—, 2015 [1998], Harry Potter à l’école des sorciers, trad. Jean-François Ménard, édition numérique, Pottermore Limited.

Lathey, Gillian, 2015, Translating Children’s Literature, Londres/New York, Routledge.

Lear, Edward, 2001 [1846], The Complete Nonsense of Edward Lear, Londres, Faber.

—, 1974 [1968], Poèmes sans sens / Nonsense Poems, trad. Henri Parisot, Paris, Aubier-Flammarion.

—, 2009, Un livre a-sensé / A Book of Nonsense, trad. Professeur A., Paris, éditions Rackham.

O’Sullivan, Emer, 2015, « Translating Pictures », in Lathey, Gillian (ed.), Translating Children’s Literature, Londres/New York, Routledge.

Prasadam-Halls, Smriti & Manolessou, Katherina, 2015, T-Veg – The Story of a Carrot-Crunching Dinosaur, Londres, Frances Lincoln Children’s Books.

—, 2016, T-Végi – Le petit tyrannosaure dévoreur de légumes, trad. Vanessa Rubio-Barreau, Paris, Gallimard Jeunesse.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.