Travaux de l'École d'été euro-arabe 2017

Compte-rendu de « Les incertitudes du traduire », Lance Hewson, réalisé par Amjad Alawadh

Hewson, L. (2016). Les incertitudes du traduire. Meta, 61 (1), 12–28.

Le processus de la traduction passe par des phases différentes. Chacune nécessite des efforts supplémentaires de la part du traducteur. Etant donne qu’il s’agit d’un nouveau domaine par rapport à la traduction, la traductologie est en cours d’analyser et de découvrir les différentes étapes du processus traduisant. Lance Hewson, dans son article « Les incertitudes du traduire », met l’accent sur un phénomène très répandu dans le milieu des traducteurs qui est l’incertitude.

Alexander Künzli fut le premier à parler de ce phénomène, il le considère comme un facteur important qui joue un rôle considérable dans l’acte de traduction. Hewson pense que l’incertitude, en général, est un résultat de la nature même de la traduction, qui nécessite une innovation et une capacité à surmonter les obstacles rencontrés. En raison de l’importance d’étudier ce phénomène, l’auteur propose une cartographie liée aux incertitudes du traducteur et d’examiner les divers acteurs qui y participent pour voir comment l’incertitude influence-t-elle l’opération traduisante.

Hewson commence par le donneur d’ordre, c’est-à-dire la personne qui demande de la traduction, ou la commande. Que ce soit une entreprise ou un client, le donneur d’ordre pourrait être peu coopératif et ne partage pas les informations dont le traducteur a besoin pour assurer le succès du travail. En revanche, on trouve des clients qui interviennent d’une manière excessive dans la traduction. Ils changent et ajoutent des informations à leur guise.

Dès que le traducteur commence à lire le texte source (à traduire), un deuxième cas d’incertitude se manifeste. La difficulté tient à un choix linguistique compliqué de la part de l’écrivain, un mot polysémique (c’est-à-dire un mot qui possède plusieurs sens), ou un passage entre discours direct et indirect dans le texte. Là réside l’importance du double regard du traducteur. Ce dernier ne peut pas faire une lecture simple comme les autres, mais il lui faudra de faire une lecture analytique en tenant compte de la spécificité de la langue cible (à laquelle on traduit).

Pour réduire les ambiguïtés dans le texte source, le traducteur a le choix d’être en contact avec l’écrivain pour demander des clarifications et retrouver le « vouloir dire de l’auteur » (comme le préconise par ex. L’Ecole de Paris). Hewson nous montre que cette démarche n’est pas applicable à tous les types de texte. Par exemple, contrairement au texte littéraire, il est acceptable de demander une précision pour un texte pragmatique.

Une fois le traducteur commence à réfléchir à la production du texte cible, l’incertitude réapparait. Le lecteur cible, parfois inconnu, est tellement apprécié au détriment du texte. Les traductologues consacrent la plupart de leurs études au destinataire du texte cible. Par exemple, la théorie du skopos, qui est une théorie cibliste, consiste à dégager le but et la finalité du texte source pour les transmettre au texte cible. De plus, des stratégies de traduction sont établies pour le lecteur cible (la simplification, l’explicitation – c’est-à-dire rendre tout ce qui est explicite dans le texte source, implicite pour le lecteur cible). L’accent étant mis sur ce dernier et ne se limite pas seulement aux études traductologiques, l’éditeur intervient parfois pour forcer le traducteur à rendre la traduction plus jolie en pensant au destinataire et à la vente des ouvrages, autrement dit à l’horizon d’attente du public.

Hewson prolonge la notion de l’incertitude en parlant du degré de l’incertitude, qui varie selon la complexité du texte. Si le traducteur travaille sur un thème déjà traité, la traduction sera faite de manière spontanée. Mais si le texte présente assez de difficultés de compréhension, le traducteur prendra des risques en faisant le choix de la créativité. Cette dernière est une grande source d’incertitude.

L’auteur termine sa cartographie par le fait que le traducteur, si expérimenté soit-il, en traduisant vers sa langue maternelle, est bien plus confiant que vers la langue étrangère parce qu’il est censé bien savoir ce qui acceptable dans sa langue maternelle. Ce qui ne nous empêche pas de penser que le cas inverse peut également exister, où le traducteur peut éprouver plus d’aisance à traduire vers la langue étrangère. Ceci est dû à la profondeur de ses capacités de pénétration de l’autre langue et de l’autre culture.

Hewson parvient à une conclusion fort importante : l’incertitude n’est pas un état passager réservé à l’apprenti traducteur ; elle accompagne le professionnel dans ses activités et, surtout, peut contribuer à l’efficacité de son travail. Les incertitudes constituent une facette inévitable, mais positive de l’expérience du traduire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.