Travaux de l'École d'été euro-arabe 2017

Compte-rendu de « Le mouvement de traduction entre le passé et le présent dans lemonde arabe », réalisé par Shérifa Arrabai

Les sociétés sont devenues plus ouvertes les unes sur les autres grâce à la mondialisation et les nouvelles technologies. D’ailleurs, la diversité ethnique promouvoit la tolérance et le respect mutuel, néanmoins, elle peut déséquilibrer l’identité des personnes en privilégiant une culture donnée sur l’autre, à titre d’exemple, la domination de la culture anglo-américaine sur les autres cultures. Dans ce sens, émerge le besoin de l’activité de traduction pour réduire les écarts dûs à la diversité culturelle. Les deux auteurs de l’article se sont attachés à tracer et à expliciter le mouvement de la traduction dans le monde arabe du passé jusqu’à présent.

L’étymologie du terme Tarjama en arabe, désignant en français

«Traduction »

Pour bien expliciter l’étymologie de ce terme, nous allons remonter le temps  au VIe siècle avant J-C. L’araméen était la langue officielle de l’empire perse et la langue commune du Proche Orient, du IIIe siècle avant J-C au Ve siècle après J.-C.

Les Hébreux ont utilisé targmono désigne « l’interprète », c’est celui qui explicie les textes sacrés juifs et ses interprétations sont appelés targums signifiant « les versions traduites ». Le terme araméen targmono a évolué au fils de temps en donnant le terme turjumân en arabe. Celui-ci porte deux sens comme le définit le dictionnaire arabe Lisân al-Arab de l’auteur d’Ibn Mandhûr :

     Le premier sens : « Celui qui explique ». À propos de cette signification, il convient de signaler que Abdullah ibn Abbas, un des compagnons du Prophète Mohamed, est surnommé Turjumân al-Qur’ân, ce qui désigne en français « l’interpète du Coran ».

     Le deuxième sens : « Celui qui traduit sa parole » autrement dit, c’est la personne qui transfère ses propos vers une autre langue étrangère. C’est donc ce sens qui est l’équivalent de turjumân « interprète ». Cet emprunt à l’arabe turjumân a ouvert les pistes à un grand nombre d’emprunts dans les langues indo-européennes. Ainsi, les Ottamans ont employé le terme drogman signifiant « Interprète officile » comme un terme du jargon politique utilisé dans le cadre des relations entre les Européens et les peuples du Proche Orient.

La traduction dans la culture arabe

     La traduction est un sujet de préoccupation majeure dans la civilisation arabo-islamique depuis le Moyen Âge. L’activité de traduction a connu une période d’or pendant la dynastie abbasside (750-905), ce qui a conservé le patrimoine culturel universel, notamment le grec. Ainsi, les efforts tangibles dans cette période ont permis au monde de mieux connaître la riche culture grecque. Dans cette période florissante, les arabes n’ont pas seulement transmis la culture et les savoirs, mais aussi les ont-ils développé et les ont soumis à leur mode de raisonnement. Ils ont mis les fondements des sicences modernes ainsi que tout notre progrès technologique dont nous jouissons actuellement, c’est grâce à leur travaux dans cette période dite d’or de la civilisation arabe. D’ailleurs, l’empire Abbasside était étendu sur les trois continents : Asie, Afrique et Europe. À cet époque, la traduction a joué un rôle capital dans les échanges entres les Turcs, les Persans, les Berbères et des Kurdes. Ils n’ont pas seulement transmis les connaissances, mais aussi ils ont produit le savoir dans de nombreux domaines d’importance majeure tels que la médecine, l’astronomie, l’agriculture, la philosophie et la littérature, etc. En fait, les Omeyyades ont également encouragé les savants à traduire depuis le grec dans tous les domaines, sauf les ouvrages littéraires et romanesques pour des raisons religieuses.

En traçant le mouvement de la traduction chez les arabes, nous constatons qu’elle a passé par deux phases. La première, des efforts individuels visant à produire la traduction. Sous la règne des Omeyyades, les arabes ont traduit les diwâns vers l’arabe, ce sont des recueils de textes écrits en grec, en persan et en copte. La seconde, l’établissement de Bayt al-Hikma, par Hârûn Al-Rachîd (786-809) , c’est-à-dire « La Maison De La Sagesse ». Ce fondement est constitué comme la première académie au service de la traduction dans l’histoire. La traduction a été effectuée à partir de six langues : grec, persan, sindhi, syriaque, hébreu et copte. Son activité était brillante dans tous les domaines, en particulier, sous la gouvernance de son fils Al-Ma’mûn (813-833). Celui-ci était passionn par la culture et le savoir. Il encouraga les traducteurs en pesant leur livres traduits, ils auraient le poids de leur ouvrage traduit en or. Bayt al-Hikma était plus qu’une simple bibliothèque, mais un lieu de réunion, centre de traduction et un observatoire d’astronomie. Hunayn ibn Ishâq (810-873), était le traducteur le plus éminent vers l’arabe et l’auteur de plus importants ouvrages d’ophtalmologie. Il a été désigné comme le directeur de Bayt al-Hikma par Al-Ma’mûn. Le fils de Hayan, Jaber était un traducteur compétent, il a traduit vers l’arabe le livre intitulé les Éléments de géométrie du mathématicien grec Euclide.

     Cette période a connu un vaste mouvement de traduction dans de nombreux aspects, par exemple le recueil Kalîla wa Dimna a été traduit du persan vers l’arabe par Abdallah ibn Al-Muqaffa’. Cet ouvrage est très célèbre jusqu’à présent et fait partie de la littérature classique arabe. À ce propos, nous constatons qu’il y avait des efforts considérables ayant pour objectif de la traduction en particulier et les connaissances en général.

    Il faudrait noter ici que les guerres comme la Reconquista espagnole (reconquête de l’Espagne) et les croissades ont ouverts les pistes au partage du trésor culturel des arabes à travers les manuscrits arabes trouvés et traduits vers d’autres langues à Tolède.

Aujourd’hui : dure réalité de la traduction dans le monde arabe.

     Nous allons mettre en lumière dans cette partie la situation actuelle de la traduction dans le monde arabe ainsi que les raisons pour lesquelles la production traductive n’est pas satisfaisante.

     En réalité, l’activité de la traduction est très faible dans le monde arabe. En outre, les arabes ne traduisent guère ni vers l’arabe, ni de l’arabe ce qui se fait sentir au niveau de la situation cuturelle arabe.

     Il y a un lien étroit entre la production du savoir et le mouvement de traduction dans une société donnée. En d’autres termes, nous ne pouvons pas traduire de l’arabe si les publications scientifiques sont très peu. Sous un autre angle, je pense que l’instabilité socio-politique dans la majorité du monde arabe jette une ombre sur le domaine de la traduction.

     Pour avoir un avenir brillant de la traduction, il faudrait que cette activité devienne cadrée de façon officielle et institutionnelle, suivie et encouragée  mais aussi récompensé. À cet effet, l’Arabie saoudite a adopté une intiative importante, c’est le Prix international du Serviteur des deux Saintes Mosquées, le roi Abdallah ibn Abdul Aziz, pour la Traduction, en plus de la création de L’Institut du roi Abdallah pour la Traduction et L’Arabisation.

     En somme, la traduction est un moyen de s’ouvrir sur l’autrui, d’inter-communiquer entre sociétés. Promouvoir la traduction réduit les écarts entre les cultures des peuples et encourage le dialogue pacifique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.