Travaux de l'École d'été euro-arabe 2017

Compte-rendu de l’article « Šuyūḫ-s al-Ḫuddām-s bi al-Ḥaram al-Nabawy al-Šarīf», de Shahista Refaat, réalisé par Shahista Refaat

Mots clés : Eunuques, Esclaves, Ḫuddām-s, Šuyūḫ-s.

Le sujet de cet article[1] est de discuter la question des esclaves avec l’objectif de jeter la lumière sur les fonctions des esclaves eunuques « al-Ḫuddām-s » au Sanctuaire du Prophète à Médine à l’époque mamelouke et de fait de mieux comprendre leurs vies.

L’auteur commence son article en précisant que le service des mosquées est considéré comme l’une des œuvres que les musulmans désirent et exécutent à proximité de Dieu car c’est sa maison (al-Pāšā, 1989). Alors qu’en est-il de la mosquée du Prophète et de la salle funéraire du Prophète?

L’auteur nous invite à s’interroger : « combien de ḫādim (esclave) doit se présenter dans la mosquée du prophète ? Et quelles sont les conditions de sélection des ḫuddām et de leurs origines ? ». Le nombre des ḫuddām dans la mosquée du prophète augmentait et diminuait selon les sultans et les personnes aisées qui voulaient faire des waqfs.

Voici les exemples donnés sur la base des travaux des historiens médiévaux;

  • Ibn I’āss a dit que le sultan Ṣalāḥ al-Dīn al-Ayyūbī a envoyé vingt-quatre ḫādim-s eunuques dirigeaient par un šayḫ nommait Badr al-Dīn al-Asadī.
  • Tant que Al-Anṣārī a mentionné que le sultan Nūr al-Dīn a envoyé douze ḫādim-s.
  • Alors qu’al-Saḫāwī a mentionné que le nombre des ḫuddām-s d’al-masğid al-nabawy al-šarīf est d’environ quarante ḫādim-s.
  • D’autres sources mentionnent qu’il y avait environ quatre-vingt ḫādim-s.

Les ḫuddām devaient donc être des mémorisateurs du Coran et devaient maîtriser les actes d’adoration. Quant à leurs nationalités, elles étaient différentes, ils pouvaient être d’al-Ḥabaša, d’al-Rūm ou d’al-Takrūr.

Concernant leurs vêtements, ils devaient être blancs, propres avec des badges šārāt (sing. Sāra) spéciaux pour qu’ils puissent être reconnus. Cela montre l’importance de la position des Ḫuddām, dont l’apparence par les vêtements peut être comparable à l’apparence des princes.

Enfin, l’article explique les rangs et les fonctions des Šuyūḫ al-Ḫuddām et il mentionne que Šuyūḫ al-Ḫuddām avaient des adjoints (nā’ib, pl. nuwwāb) pour les assister dans leur travail et agissaient en leur noms lorsqu’ils tombaient malades ou mourraient. Ils pouvaient également atteindre la position de Šayḫ al-Ḫuddām (le chef) après eux. Ainsi on a le poste de Amīn Ḫazīnat al-Ḥaram, parmi ses tâches, celui-ci s’occupait de la mosquée pendant la journée et la gardait la nuit, allumait les lampes, balayait et lavait la salle funéraire, servait l’Imam tous les vendredis, faisaient le tour d’al-masğid après la prière du soir (salat al-‘išā’). Puis il éteignait les lampes à l’exception de celles à l’intérieur de al-ḥuğra al-nabawya al-šarīfa, et fermait toutes les portes. Donc personne ne restait dans la mosquée, sauf celui qui la gardait.

En conclusion, Šuyūḫ-s al-Ḫuddām avaient un pouvoir et une grande position dans la communauté de Médine.

 

 

 

[1] L’article est inédit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.