Les pigeonniers à Louxor : agriculture, loisir et tourisme par Corten Pérez Houis

À l’occasion d’une semaine de stage intensif de langue à Louxor en février 2019, nous avons mené une brève enquête de terrain sur l’élevage des pigeons en milieu rural. Nous avons d’abord constaté l’absence de pigeonniers sous forme de ghia(structure en bois construite sur le toit d’un immeuble — voir entretien précédent) et l’omniprésence de la fonction alimentaire. À Louxor, les pigeons seraient uniquement élevés dans des abrag al-hamam (« tours de pigeons ») et pour être mangés. La série de portraits[1]qui suit permet d’illustrer cette affirmation, mais surtout de la nuancer à partir de la diversité des profils sociologiques des éleveurs, des formes d’élevages et des valeurs associées à l’animal. 

Une “burg” al-hamam dans le village Al-Tarif.
  •  Mahmoud Al-Masri

Hormis l’apparence du bâtiment, qui ressemble plus à une petite maison qu’à une tour, l’élevage de Mahmoud Al-Masri a toutes les caractéristiques d’une bourg al-hamamtraditionnelle. Il contient environ 25 pigeons de type baladi (« populaire »), qui se définit par sa fonction strictement alimentaire et sa sédentarité, par opposition au pigeon gabali(« de la montagne ») qui, lui, est moins propre à la consommation et effectue des trajets fréquents entre la montagne et les zones agricoles. Ici, Mahmoud élève des pigeons depuis une quinzaine d’années dans un objectif d’autoconsommation et il intègre cette activité dans son exploitation agricole de 5 feddans[2,1 ha]. 

Un élevage de pigeons dans une des pièces de la maison…
…parmi d’autres types d’animaux.
La tour des pigeons comme atout visuel et éventuellement touristique, selon Nour Sultan.
  • Nour Sultan

Nour Sultan et sa famille élèvent également des pigeons dans le village de Al-Qarnah, sur la côte ouest de Louxor, où se concentre la plupart des surfaces agricoles. Les pigeons sont ici compris dans une activité d’élevage plus importante, au milieu des oies, des lapins ou encore des vaches. Ils sont exclusivement utilisés dans un but alimentaire et économique, mais Nour a rapidement évoqué la charge symbolique que les Égyptiens confèrent au pigeon. D’après lui, les tours de pigeons représentent d’abord un intérêt visuel et, éventuellement, touristique, mais elles attirent également les compliments des passants et donc, selon le système de superstitions égyptien, le « mauvais œil ».

 

 

  • Ahmed
Une tour de pigeons au sein d’une exploitation agricole modeste.
« Les pigeons repoussent le mauvais oeil »

La vision des pigeons chez Ahmed, petit paysan propriétaire d’un demi-feddan[0,2 ha], confirme cette place particulière du pigeon dans les représentations locales. Il ne s’agit pas que d’un simple animal d’élevage, mais il est également doté de vertus thérapeutiques selon Ahmed. La tour, qu’il a construite au milieu de son champ il y a dix ans, peut accueillir environ une centaine de pigeons, principalement des gabali. Il n’en tire aucun bénéfice économique direct, mais ces oiseaux repoussent le « mauvais œil », d’après lui, et contrairement à la conception de Nour Sultan. Le pigeon est ici considéré comme élément de la médecine populaire traditionnelle et fait l’objet de superstitions positives.

  • Mounir
Un exemple de tour de pigeons à usage strictement domestique.
« C’est avant tout un loisir pour moi, je suis un passionné »

Les deux exemples précédents montrent que le pigeon n’est pas cantonné à une fonction agricole et alimentaire, mais qu’il est aussi associé à une charge symbolique particulière. C’est ce que Mounir, directeur d’un hôtel sur la côte ouest de Louxor, et qui dispose d’une petite tour dans le jardin de son domicile, nous a également déclaré en rappelant que le pigeon est régulièrement associé à l’idée de virilité. Il a construit cette tour l’année dernière dans un objectif de complément alimentaire, associé à un potager et à une basse-cour (zriba), mais il considère cet élevage avant tout comme un loisir. Il est même allé jusqu’à se désigner comme ghaoui(« passionné »), de la même manière que les éleveurs de pigeons au Caire.

  • Mohammed

Si l’élevage de pigeons ne représente ni une source de revenus ni l’activité principale de Mounir, il apparaît en revanche central dans la vie de Mohammed, qui se définit également comme un passionné. Ancien paysan, semblant désormais vivre à la marge de la société, Mohammed a reconverti une partie de sa cour en pigeonnier il y a environ quinze ans. S’occuper de ces pigeons, qu’il considère comme sa famille ou ses amis, est pour lui devenu une passion à temps plein. 

Pigeonnier construit au milieu de la cour.
« Les pigeons sont comme ma famille, comme mes amis. »
L’élevage de pigeons est un loisir et une activité à part entière pour Mohammed.

 

 

 

 

 

Abdou

Vente de graines devant l’entrée du temple de Louxor.
Les touristes jettent ensuite les graines aux pigeons…
…puis se prennent en photo avec eux.

 

Abdou n’est pas un éleveur de pigeons, mais un guide touristique qui s’est spécialisé dans la vente de sachets de graines aux passants. Ceux-ci les jettent ensuite aux nombreux pigeons présents sur la place devant l’entrée du temple de Louxor, sur la rive est, et se prennent ainsi en photo au milieu des oiseaux. L’exemple d’Abdou met en exergue l’intérêt économique et touristique du pigeon, dans le contexte particulier de Louxor. En s’appuyant sur la réputation positive du pigeon dans la culture égyptienne, le guide met à profit l’engouement des touristes pour ces pigeons.

Contrairement au Caire et à ses compétitions de passionnés, les pigeons s’inscrivent à Louxor dans des activités agricoles de plus ou moins grande ampleur en tant que produit d’autoconsommation. Néanmoins, cette fonction alimentaire mérite d’être nuancée à travers les discours des éleveurs, qui associent régulièrement le pigeon à une charge symbolique particulière (médecine, virilité, barrage contre le mauvais œil), et qui en font un objet de loisir. L’enquête de terrain a enfin mis en évidence la possibilité d’une valorisation touristique du pigeon, dans le contexte spécifique de Louxor certes, mais rappelant clairement la place originale de cet animal dans le système de représentations culturelles égyptien. 


[1]Tous les noms ont été changés dans un souci d’anonymat et de respect des enquêtés.

Cette enquête de terrain a été réalisée à Louxor, en février 2019, avec la participation d’Ariel Caubet. Nous tenons également à remercier nos professeurs Afef, Abdou et Morith pour leur aide précieuse tout au long de ce stage

Cite this article as: Corten Pérez Houis, “Les pigeonniers à Louxor : agriculture, loisir et tourisme par Corten Pérez Houis,” in Orients Occidents مشارق ومغارب, 27/05/2019, https://orientsoccidents.hypotheses.org/1225.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.