Archives par mot-clé : القاهرة

2/2 Un pigeonnier au Caire : enjeux économiques, politiques et sanitaires غاوي الحمام في القاهرة : مسائل اقتصادية، سياسية و صحية Par Ariel Caubet & Corten Perez Houis

Un simple passage dans les rues du Caire vous fait remarquer ces structures en bois construites sur les toits. Des pigeonniers (ghaoui el hamam) y élèvent des pigeons, les entraînent à voler et organisent ainsi un va-et-vient bien réglé d’oiseaux dans les hauteurs de la ville. Ils sont nombreux dans la capitale égyptienne, un monde de « passionnés » (ghaoui) où la compétition semble jouer un rôle important. Car il s’agit aussi d’attraper les oiseaux d’autres pigeonniers, dans plusieurs types de défis. Pour comprendre plus en détail ce système, nous avons pu rencontrer l’un d’eux, Sayed Saad, qui élève des pigeons sur un toit du quartier de Darb el Ahmar, à proximité de la Citadelle du Caire. L’entretien a été réalisé directement sur le toit, en dialecte égyptien.

Q — Est-ce qu’on peut parler d’un système économique des pigeons ? Quels sont les usages économiques des pigeons ?

S — Les pigeons, c’est un loisir, mais en même temps, tu peux gagner de l’argent si tu en fais un business important. C’est un commerce profitable qui rapporte beaucoup d’argent. 

Q — Tu vends tes pigeons à des restaurants ou au marché ? 

S — Quand on descend au marché de Saïda Aicha [grand marché aux animaux à proximité de son pigeonnier], on vend des pigeons, on se fait de l’argent et si on vend à des amis, on se fait aussi de l’argent parce qu’on estime le prix ensemble et on fait des transactions.

Q — Tu y vas souvent ? 

S — Oui, tous les vendredi et dans ce marché, il y a des endroits spécialisés pour chaque produit, donc, pour les pigeons aussi, il y a un endroit particulier.

Q — Et tu vends, tu achètes ? Tu as un magasin ?

S — Oui, je fais les deux. Mais je n’ai pas de magasin, je ne fais pas de commerce, mais des échanges. Mais il y a des gens qui ont des boutiques et qui font du business. Il y en a aussi qui apportent des pigeons baladi [national] pour la nourriture. Mais, pour nous, c’est un loisir, on apprécie ça, on apprécie quand les pigeons volent ici et là. On en sélectionne ensemble, et moi je t’en capture un et toi, tu m’en captures un. C’est un loisir dans lequel il y a une sorte de compétition, exactement comme le football.

Q — Quelles sont les différences entre les pigeons ? Il y a des pigeons plus chers que d’autres, c’est ça ? Qu’est-ce qui est le plus important ? 

S — Le prix varie d’une espèce à une autre, et en fonction des caractéristiques de chaque pigeon. Il y a des espèces très chères, comme le bolq et le saouafa. Eux, ce sont les pigeons les plus chers. Peut-être 20 000 ou 30 000 guinées par pièce [entre 1000 et 1500 euros].

Q — D’accord et quel est le prix moyen ? 

S — Pour le pigeon commun, le plus abordable, à la portée de tous, le prix varie entre 50 et 100 guinées [2,50 et 5 €] et pour le pigeon moyen, c’est 500 guinées [25 €], c’est le plus répandu. Et moi, j’ai de tout. Les pigeons qui sont en haut [en désignant la ghia lil nach], c’est ceux qui volent et se font attraper. Ils coûtent entre 50 et 100 guinées, c’est pas important. Alors que ces pigeons-là [dans la salaka lil frah], ils se reproduisent, ils font des bébés et donc, des lignées. Je vends les bébés, ça rapporte pas mal d’argent, ce qui me permet ensuite de nourrir tous les pigeons. Et donc, le pigeonnier se suffit à lui-même.

Q — ِEt ce que tu gagnes avec les pigeons, c’est suffisant pour vivre au quotidien ou pas ?

S — Le revenu dépend des gens. Par exemple, moi, j’en tire pas un revenu important parce que c’est un loisir. Mais, il y a des gens qui en font du profit, comme un business. 

Q — Dans l’actualité, on a lu un article sur une nouvelle loi qui interdit la vente et l’achat de volaille vivante dans la rue. 

S — La volaille qui est dans la rue, c’est seulement des poulets, et non des pigeons. C’est la volaille que l’on mange, mais ce ne sont pas des pigeons, ou alors, ce sont des pigeons baladi et pas les autres espèces. Cette loi concerne la législation des boutiques qui vendent du poulet, du canard et des oies, mais les pigeons ici sont complètement différents.

Q — Donc, tu n’as pas de pigeons baladi ? 

S — Non, les pigeons pour manger, ce sont les pigeons normaux, qui sont élevés dans n’importe quel endroit. Mais ils ne sont pas dans les pigeonniers. Ces pigeons sont élevés par des paysans (fellahs), par exemple dans des champs, dans les « tours à pigeons ». Ils sont très différents, ils n’ont pas d’esprit, ils restent seulement à leur place et ne vont pas ici ou là. Ils sont uniquement élevés pour la nourriture. C’est tout.

Q — Dans le futur, est-ce que tu penses qu’il y aura une loi spécifique qui interdira l’élevage de pigeons dans les pigeonniers ? 

S — Non, si cette loi est appliquée dans le futur, il y aura un rassemblement des ghaouis, comme un syndicat des pigeonniers. Nous tous, on fonctionne selon notre propre loi. La loi dont vous parlez concerne la volaille en circulation dans les magasins qui vendent de la nourriture surgelée. C’est deux choses différentes. 

Q — Et donc, il y a des réunions de tous les ghaouis ? 

S — Oui, on se rejoint tous dans n’importe quel café en bas et chacun descend avec les pigeons qu’il a capturés.

Q — Je pense que s’il y avait des élevages de pigeons sur les toits en France, le gouvernement l’interdirait…

S — Oui, eux, ils pensent que ces pigeons transmettent le virus de la grippe aviaire, la « sers » et ces discours ne sont pas logiques. Ceux qui ont le virus, c’est les poulets seulement. Ou les oiseaux qui migrent de pays en pays, comme les cygnes, les corbeaux et les faucons. Toutes ces espèces portent ces microbes de pays en pays et ils arrivent entre l’hiver et l’été. 

Q — Mais, depuis la crise de la grippe aviaire, le gouvernement veut…

S — …il veut encadrer.

Q — Il veut organiser l’élevage, avec des lois, c’est ça ?

S — Exactement, exactement.

Q — Est-ce que tes activités ont changé depuis le début de la grippe aviaire ?

S — Non, parce que les pigeons sont loin… Ils ne descendent pas par terre, ils volent, ils ont une maison, ils y rentrent. On ferme la porte, on les nourrit bien et on prend soin d’eux.

 

 

Entretien et recherche réalisés par Ariel Caubet & Corten Perez Houis

مجرّد ما تمشي في الشوارع القاهرة تلاحظ هياكل من الخشب مبنية على أسطح البيوت : « غية الحمام » اللي بيربوا فيها حمام و يدربوه على الطيران. وبيكون فيه حركة منظمة جداً من « الذهاب و العودة » للحمام في سماء المدينة.

عددهم كبير قوي في القاهرة، عالم من محبي تربية الحمام (« الغاويين ») فيه المنافسة بتلعب دور مهم، لأن المنافسين الغاويين « بيمسكوا » انواع مختلفة من الحمام و دا شكل من أشكال المباراة.

وعشان نفهم النظام دا أكتر، قدرنا نقابل واحد منهم « سيّد سعد » بيربي حمام على سطح بيت في حيّ الدرب الأحمر قريب من القلعة، المقابلة كانت على سطح البيت باللغة العامية المصرية.

هل فيه نظام للحمام ؟ يعني فيه نظام اقتصادي ؟   يعني استعمال الحمام؟ إيه الفايدة اللي بتعود عليك ؟  

هو الحمام عملية هواية و في نفس الوقت ممكن تتربح منه لو حبيت تعمل بيزنس منه هو بيبقي مربح. تجارة مربحة يعني، بيجيب فلوس كويسة

هل بتبيع الحمام في المطاعم و الاسواق؟

لما بتنزل سوق السيدة عائشة و بتبيع الحمام و بتكسب و لو بتبيع للأصدقاء برضه بتعمل ربح، لأنّنا بنقدر أسعار الحمام مع بعض و نبدأ نتعامل فيها مع بعض  

وإنت بتروح غالبًا؟ 

آه كل جمعة، كل مكان في السوق مخصص لحاجة معينة، يعني بتاع الحمام ليه مكان معين

وإنت بتبيع وبتشتري ؟ وعندك محل في السوق ؟   

اه باعمل الاتنين. بس ماعنديش محل هناك، ماباتاجرش، تبديل بس. بس فيه ناس عندها محلات وبتعمل البيزنس ده. وكمان فيه ناس غاوية تجيب حمام بلدي للأكل. احنا بنستمتح بالهواية دي؛  نستمتع بيه، نستمتع بالطيران و يروح هنا و هنا. ونبدأ ناخد مع بعض و أنا أبتدي أمسك لدا و دا يمسكلي دي هواية فيها نوع من المنافسة القوية زي الكورة بالظبط 

إيه الاختلاف بين أنواع الحمام ؟ فيه حمام أغلى و فيه أرخص ؟ و إيه الأهم ؟   

السعر بيختلف من نوع لنوع و المواصفات على حسب فرد الحمام. فيه أنوع كتير غالية زي البولق و الصوافة  هم دول أغلى أنواع. ممكن 20000 او 30000 جنيه للواحدة

طيب و إيه اسعار الحمام العادي ؟  

الحمام العادي السهل يعني اللي في إيد الجميع يترواح سعره مابين خمسين و مية والوسط خمسمائة، ده بقى الحمام المتداول. وعندي من كل الأنواع. الحمام الوسط فوق هو اللي بسهولة بيطير و بيتمسك و ده بين خمسين و مية، مش مهم. الحمام الغالي دا بقى بيتفرخ و نعمل منه سلالة و « زغاليل » صغيرة. ممكن أبيع الزغلول و أجيب فلوس كويسة و أجيب أكل للحمام. وكلهم ياكلوا و الغية تصرف على نفسها

احنا عايزين نعرف هل مكسبك اللي بتاخده من الحمام كافي للمعيشة اليومية ولّا لأ ؟

الدخل بتاعها بيختلف من شخص للتاني. أنا مثلا مش باكسب عشان دي هواية لكن فيه ناس بتشتغل على كده يعني بيزنس

فى الأخبار عرفنا إن فيه قانون بيمنع بيع الطيور حية في الشارع

الطيور اللي في الشارع اللي هي الفراخ بس مش الحمام. القانون عن الطيور اللي تؤكل مالوش دعوة بالحمام و اللي بيؤكل الحمام البلدي و مش الأنواع التانية. القانون بيتكلم عن المحلات اللي بتبيع الفراخ و البط و الوز، ولكن الحمام دا مختلف خالص.

بس ماعندكش حمام بلدي في الغية بقى ؟

لأ، حمام الأكل ده حمام عادي بيتربي في أي مكان بس مش بيتعمل له غية و لا حاجة. الحمام ده بيربيه الفلاح مثلا في الحقل في أبراج يعني. الحمام مختلف جدًا يعني  معندهوش فكر بيفضل في مكانه بس و لا بيروح هنا و لا هنا، تربيه للأكل بس. 

يعني فى المستقبل هل هيبقى فيه قانون معين يمنع تربية الحمام في الغية ؟

لا حتي لو دخل قانون مستقبلي في الحمام غواية الحمام ليها جمعية زي نقابة للحمام احنا كلنا ماشيين بقانون لينا احنا. هو بيتكلم عن الطيور المتداولة في المحلات تتباع مجمدة للأكل بس مفيش علاقة بين ده و ده

وفيه اجتماعات لكل الغوي بقى ؟

  

احنا ممكن نقعد كلنا في أي قهوة تحت و كل واحد بينزل الحمام اللي هو مسكه.

أعتقد لو فيه تربية للحمام في غية في فرنسا، الحكومة هتمنع حاجة زى كده…

  

هم بيعتقدوا أن الحمام دا بينقل فيروس انفلوانزا الطيور اللي هو « السرس » و الكلام دا مش منطقي اللي بينقل العدوى هي الفراخ بس. الطيور اللي هي بتهاجر من بلد لبلد زي البجعة، الغراب، الصقر كل الحاجات دي بتنقل المكروبات دى من بلد لبلد. و بتيجي بين الشتا و الصيف

 

بس من ساعة أزمة انفلونزا الطيور الحكومة عايزة…

…عايزة تحجم

عايزة نظام للتربية و كدا، صح ؟

 مظبوط مظبوط

وهل نشاطك للحمام اتغير بعد الانفلونزا ولّا لأ ؟
الحمام بعيد… الحمام هنا مش بينزل الأرض هو بيطير و ليه بيت، الغية يعني، بيقعد فيها وبيخش جوه و بتقفل عليه و بتأكله كوي  وبتعتني بيه

Glossaire

Burg el hamam : littéralement, « tour des pigeons ». On trouve ces constructions plutôt en paysage rural. Selon Sayed Saad, elles servent à l’élevage de pigeons destinés à la consommation uniquement.

Ghaoui el hamam : littéralement, le « passionné des pigeons ». Désigne la personne qui s’occupe des pigeons pour le loisir. Les ghaouiss’affrontent lors de compétitions amicales, qui consistent notamment à capturer le plus de pigeons possible.

Ghia el hamam [traduit dans l’entretien par « pigeonnier »] : structure en bois construite sur les toits du Caire et qui sert d’abri pour les pigeons. Elle peut être divisée en plusieurs espaces, aux fonctions différentes. Le pigeonnier de Sayed Saad est ainsi composé d’une salaka lil frah, où ont lieu les accouplements et l’élevage des jeunes pigeons avant qu’ils ne prennent leur envol, et d’une ghia el nach, plus en hauteur, d’où les pigeons s’envolent, une fois qu’ils ont été entraînés à reconnaître leur pigeonnier.

Merci à Charaf, Amr et Racha pour leur aide précieuse

Ariel Caubet & Corten Perez Houis 

1/2 Un pigeonnier au Caire : un passionné parmi les passionnés غاوي الحمام في القاهرة Par Ariel Caubet & Corten Perez Houis

Un simple passage dans les rues du Caire vous fait remarquer ces structures en bois construites sur les toits. Des pigeonniers (ghaoui el hamam) y élèvent des pigeons, les entraînent à voler et organisent ainsi un va-et-vient bien réglé d’oiseaux dans les hauteurs de la ville. Ils sont nombreux dans la capitale égyptienne, un monde de « passionnés » (ghaoui), où la compétition semble jouer un rôle important. Car il s’agit aussi d’attraper les oiseaux d’autres pigeonniers, dans plusieurs types de défis. Pour comprendre plus en détail ce système, nous avons pu rencontrer l’un d’eux, Sayed Saad, qui élève des pigeons sur un toit du quartier de Darb el Ahmar, à proximité de la Citadelle du Caire. L’entretien a été réalisé directement sur le toit, en dialecte égyptien.

Q — Est-ce que tu pourrais commencer par te présenter ? Qu’est-ce que tu fais sur ce pigeonnier ? 

S — Je m’appelle Sayed Saad, j’ai 51 ans et pour moi, avoir des pigeons, c’est un loisir. L’élevage de pigeons est un loisir artistique. Pourquoi c’est de l’art ? Parce que c’est un entraînement quotidien pour les pigeons : tu peux les laisser sortir, ils volent à un moment particulier, ils reviennent à toi à un moment particulier, et tout ça va avec un système d’alimentation et d’envols spécifiques. 

Q — Quel est le programme quotidien ?

S — Pour moi ou pour les pigeons ? 

Q — Pour toi ! 

S — Je fais du sport le matin et l’après-midi, je reviens à la maison, je déjeune et après, je monte pour regarder comment vont les pigeons. Puis, je descends après le coucher du soleil et je sors avec mes amis, nous parlons des pigeons et nous allons « en boîte » ou dans des foires.

 

Q — Tu travailles la nuit ?

S — Oui, mon travail est particulier, il dépend de rendez-vous…

Q — Qui sont les pigeonniers ?

S — C’est un loisir pour toutes les classes : des directeurs, des officiers, des ingénieurs, des docteurs, des boulangers ou des propriétaires de restaurant… C’est comme le foot.

Q — Et pour les pigeons, est-ce qu’il y a un rythme d’entraînement défini ?

S — Oui, par exemple, pendant l’été, nous avons un système pour l’envol des pigeons, on les fait voler en même temps et on les entraîne. Et en hiver, tu peux les voir s’envoler à cinq heures. 

Q — La dernière fois, tu nous as dit que ton père avait des pigeons, c’est ça ? 

S — Mon père est mort maintenant, et moi, j’ai repris l’élevage de pigeons. C’est un héritage familial, l’élevage de pigeons, de père en fils, vraiment. Et ma fille aussi, Basma, elle s’occupe aussi des pigeons.

Q — Toute ta famille s’occupe des pigeons ? 

S — Oui, ils montent, ils nourrissent les pigeons et leur donnent à boire… Ils font un peu de tout, ils nettoient à l’intérieur, etc. 

Q — Est-ce que tu peux nous décrire ta relation avec les pigeons ?

S — Pour moi, c’est comme ma famille, je les aime beaucoup. 

Q — Est-ce que tu connais les gens qui sont là, sur ce pigeonnier ? (en montrant un pigeonnier voisin) 

S — Oui, je connais aussi leur grand frère qui était à l’université Al-Azhar. Ce sont des jeunes, ils n’ont pas vraiment commencé, ils apprennent encore.

Q — Est-ce qu’on peut regarder les autres pigeonniers ? Ce sont tous tes amis ? 

S — Tous les pigeonniers se connaissent parce qu’on se voit au marché, on sait d’où chacun vient et aussi parce qu’il y a de la compétition.

Q — Il y a donc une guerre entre les pigeonniers ?

S — Non, pas une guerre, mais de la compétition dans le ciel. Mais, en dessous, on est tous amis. 

Q — Celui à qui tu as pris les pigeons, est-ce qu’ils vient ensuite te les racheter ? Est-ce que tu peux nous décrire le processus ?

S — Je gagne de l’argent bien sûr. Si nous sommes amis, je te les rends gratuitement. Mais quand ce sont des rivaux, soit je leur demande de l’argent, soit je refuse. Comme les pigeons qu’on voit là (dans des cages). Les pigeons que je capture, je les garde ici et je ne les donne à personne. Et je les fais se reproduire pour qu’ils ne s’enfuient pas, pour qu’ils ne retournent pas chez eux. Je lui en prends des familles entières, le plus possible, pour que son nombre de pigeons diminue. Ça devient une faiblesse et là j’en profite pour l’attaquer. 

Q — ِEt cette compétition, c’est juste dans ton quartier ou aussi dans d’autres ? 

S — Non, il y a d’autres quartiers aussi où on peut la faire. Par exemple, toi, tu habites dans

tel quartier, et moi, j’habite ici. On se défie, on prend des pigeons, on va loin et on les fait s’envoler. Après ça, le premier dont les pigeons reviennent gagne le pari.

Q — Et toi, tu nous as dit que tu étais connu parmi les pigeonniers… Mais, les autres, non ?

S — Si, il y en a d’autres qui sont connus, mais moi je suis spécial. Tu peux dire à n’importe qui je veux aller chez Abu Bassem, il t’amènera ici. 

Q — Et pourquoi es-tu connu ? 

S — Parce que je suis né ici… C’est de père en fils, ma famille est connue. C’est aussi parce que j’ai beaucoup de pigeons et un grand pigeonnier. Donc, tout le monde voit qui je suis. 

Q — Les autres gens, dans la rue, que pensent-ils des pigeons ? Des gens qui élèvent les pigeons ? 

 

S — Ils aiment beaucoup l’idée des pigeons et tout ce qui s’y rapporte. Alors, ils se posent et regardent les pigeons. Ils sont contents de voir les pigeons pendant que nous, on les fait voler. Le vol des pigeons, c’est seulement un beau spectacle. Ils ne font rien de mal, c’est inoffensif.

Entretien et recherche réalisés par Ariel Caubet & Corten Perez Houis

مجرّد ما تمشي في الشوارع القاهرة تلاحظ هياكل من الخشب مبنية على أسطح البيوت : « غية الحمام » اللي بيربوا فيها حمام و يدربوه على الطيران. وبيكون فيه حركة منظمة جداً من « الذهاب و العودة » للحمام في سماء المدينة.

عددهم كبير قوي في القاهرة، عالم من محبي تربية الحمام (« الغاويين ») فيه المنافسة بتلعب دور مهم، لأن المنافسين الغاويين « بيمسكوا » انواع مختلفة من الحمام و دا شكل من أشكال المباراة.

وعشان نفهم النظام دا أكتر، قدرنا نقابل واحد منهم « سيّد سعد » بيربي حمام على سطح بيت في حيّ الدرب الأحمر قريب من القلعة، المقابلة كانت على سطح البيت باللغة العامية المصرية.

قبل أي حاجة، ممكن تقدم نفسك ؟ بتعمل إيه هنا ؟

الاسم سيد سعد العمر 51، الحمام بالنسبة لي هواية. بالنسبة لينا تربية الحمام هي هواية فنية. ليه فيها فن ؟ تقدر تعمل للحمام عملية تدريبية يومية و تقدر تسيّبه يطير في معاد معين و يجيلك في معاد معين و تمشي معاه في نظام معين في أكل و شرب و طيران.  

إيه هو البرنامج اليومي ؟

بالنسبة لي ولّا للحمام ؟

بالنسبة لك !

بالنسبة ليا أنا بامارس الرياضة الصبح و بعد الظهر في البيت باخد وجبة الغدا و بعد كدة أطلع للحمام و أشوف نظامة إيه، و بعد كدة بانزل في الفترة بعد المغرب و باخرج مع أصحابي و نتكلم على الحمام و بنروح أي نوادي أو أي معارض

بتشتغل بالليل ؟ 

…أنا شغلي بيختلف على حسب مواعيدي الخاصة

ومين الناس اللي بتربي الحمام ؟

الحمام هواية لكل الفئات : مدير و ظابط و مهندس و دكتور و بتاع عيش و بتاع مطعم زي ما إنت بتلعب كورة

وبالنسبة للحمام، فيه نظام للتدريب ؟

هو النظام انه احنا لما ننش [نطيّر] بنطير في وقت واحد طول الصيف بنعمل تدريب و نطير الحمام في الصيف و بتبص تلاقي الحمام طاير. في الشتا النش [تطيير] هتلاقيني بنش الساعة خمسة

  المرة اللي فاتت قلت لنا إن ابوك كان بيربي حمام؟

هو والدي توفّي و أنا خدت الحمام و عملت تدوير بس هي وراثة. بالنسبة لعيلتي تربية الحمام  أباً عن جد، قبل أبويا كان جدي كده بالظبط. وبنتي بسمة غاوية حمام 

  كل عيلتك غاويين حمام ؟

هما بيطلعوا يأكّلوا الحمام و يشربوه او هما بيعملوا كل حاجة و بينضفوا جوا و كل حاجة

ممكن توصف علاقتك بالحمام ؟ 

الحمام بالنسبة لي زي أسرتي، باحبه جدًا جدًا.

وأنت عارف الناس اللي هناك، اللي على البرج دا ؟ 

 ايوة عارفين برضه اخوهم الكبير في الأزهر، انما هما دول لسه شباب لسه بيبدأوا يتعلموا 

ممكن اشوف الأبراج التانية ؟ كل الغية صحابك يعني ؟ 

كل غواية الحمام يعرفوا بعض عشان بنتقابل في الأسواق. بنعرف بعض و بنعرف كل واحد منين و هي بتبقي منافسة

وبقى في حرب بين الغاويين ؟

لا، المنافسة بتبقى في السماء بس، في الحمام، لكن تحت احنا أصدقاء.

الشخص اللي أنت « مسكت » منه الحمام ، هل بييجي يشتري منك ولّا لا ؟ ممكن توصف الحكاية ماشية إزاي ؟

باخد فلوس طبعًا. لو احنا أصحاب اديهولك من غير فلوس. إنما لو خصم بفلوس أو أرفض. زي دول كدا. أنا بامسكهم وأحطهم هنا و مدأديهمش لحد لكن أفرخ منه عشان مايهربوش تاني و يبدأ ينافسني بيه و آخد منه أسرة و آخد منه أكبر عدد عشان يقل حمامه وتبقي نقطة ضعف و أبدأ أهاجمه.

أنت بتعمل المنافسة دي هنا في الحيّ بس ؟ 

هنا و في مناطق تانية. ممكن أن احنا نعمل… مثلاً أنت ساكن في منطقة و أنا ساكن هنا. نتنافس، ناخد الحمام و نروح بعيد و نطيره و بعد كده اللي الحمام بتاعه ييجي يكسب الرهان  

ليك سمعة والناس التانية لا ؟ 

لا فيه ناس تانية معروفة بس أنا مميز. ممكن تقول لأي حد أنا عايز أروح عند أبو باسم هو هيجيبك هنا.

وإنت معروف ليه ؟

عشان أنا مولود هنا أباً عن جد يعني عيلة معروفة و عشان خاطر عندي حمام كتيير و غية كبيرة فكله شايف أبو باسم. 

الأشخاص التانية رأيهم ايه في الحمام والناس اللي بتربي حمام ؟ 

هما بيحبوا فكرة الحمام و هوايتها. فبالتالي بيقعدوا يتفرجوا على الحمام و فرحانين و بيشوفونا و احنا بنطيّره مجرد مشاهدة الحمام هو طائر جميل و لا بيئذي و لا أي حاجة، مسالم يعني

Glossaire

Burg el hamam : littéralement, « tour des pigeons ». On trouve ces constructions plutôt en paysage rural. Selon Sayed Saad, elles servent à l’élevage de pigeons destinés à la consommation uniquement.

Ghaoui el hamam : littéralement, le « passionné des pigeons ». Désigne la personne qui s’occupe des pigeons pour le loisir. Les ghaouis s’affrontent lors de compétitions amicales, qui consistent notamment à capturer le plus de pigeons possible.

Ghia el hamam [traduit dans l’entretien par « pigeonnier »] : structure en bois construite sur les toits du Caire et qui sert d’abri pour les pigeons. Elle peut être divisée en plusieurs espaces, aux fonctions différentes. Le pigeonnier de Sayed Saad est ainsi composé d’une salaka lil frah, où ont lieu les accouplements et l’élevage des jeunes pigeons avant qu’ils ne prennent leur envol, et d’une ghia el nach, plus en hauteur, d’où les pigeons s’envolent, une fois qu’ils ont été entraînés à reconnaître leur pigeonnier.

Merci à Charaf, Amr et Racha pour leur aide précieuse

Ariel Caubet & Corten Perez Houis