Afaf Said

Biographie de Afaf Said réalisée par Dhia-Eddine Bendali Braham

Traductrice, doctorante et future chercheure, Afaf SAID jeune palestinienne résidente à Paris, a pris le plaisir de nous raconter, lors d’un interview, son parcours universitaire, ses études, son expérience professionnelle mais surtout sa recherche doctorale qu’elle effectue actuellement à l’École supérieure d’interprètes et de traducteurs de l’Université Paris 3. Au bout de son parcours de licence dans la spécialité de traduction anglais/arabe, qui a duré quatre années au sein de l’université arabo-américaine de Jenine à Palestine, la jeune traductrice s’est engagée dans un Master de recherche en traduction et terminologie financières et juridiques à l’Université de Paris. Ces études de recherche lui ont ouvert la grande porte pour aller de l’avant et entamer une thèse de doctorat qui traite de la question de l’influence du pouvoir politique sur la traduction dans les médias.

Elle s’interroge dans ses recherches doctorales : comment la presse et les médias peuvent manipuler les discours traduits, et quel rôle jouent-ils dans le contrôle, l’orientation ou tout simplement la manipulation de l’information traduite ? A travers sa thèse, Afaf tend d’identifier et d’analyser le statut de la traduction dans la presse et les médias d’aujourd’hui, et ce en prenant pour exemple le cas des médias israélo-palestiniens. Pour atteindre cet objectif, elle se base sur l’analyse des communiqués de presse, les avis aux médias ainsi que d’autres catégories de textes journalistiques traduits ayant pour objet la question israélo-palestinienne. Comme elle nous l’explique par ses propres mots, son intérêt porte plus particulièrement sur le site de la mosquée Al-Aqsa, un bien historique et culturel inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, à cet effet elle illustre son propos par l’exemple des textes de décisions élaborés par l’UNESCO et repris dans les médias de manière déformée accentuant d’avantage le conflit israélo-palestinien relatif à ce patrimoine.

En lui posant la question du choix particulier de cette problématique, la jeune doctorante nous fait comprendre qu’il n’est pas dû au hasard, d’abord il s’agit d’une motivation personnelle du fait qu’elle soit palestinienne, mais surtout ce choix est directement issu de sa propre expérience professionnelle qu’elle a eu au sein de l’UNESCO, un organisme international au niveau duquel elle occupe un poste de traductrice depuis trois ans. Elle s’occupe plus précisément de la traduction des textes de décisions établis par l’organisme international sur le patrimoine mondial qui se situe sur le territoire israélo-palestinien.

Comme dans tout projet de recherche, Afaf a rencontré plusieurs contraintes et obstacles durant ses années de Master et de doctorat. Elle nous explique qu’ils sont dûs tout d’abord à la difficulté du choix d’un directeur de thèse, en effet elle a dû passer une longue période à faire des contacts et à chercher désespérément des chercheurs habilités à diriger sa thèse, mais la roue a fini par tourner jusque là où elle se retrouve aujourd’hui codirigée par deux chercheurs de son université. D’autres difficultés concernent la maîtrise de la langue française, en effet, effectuant ses études en France, la jeune arabophone était confrontée à apprendre le français de manière autodidactique mais aussi en se basant sur les cours intensifs qui étaient donnés en langue française au sein de son université d’accueil lors de ses études de Master. L’une des difficultés à laquelle fait-elle face est dûe à la langue des sources et des documents de travail qui se trouvent généralement en langue anglaise, d’où la charge de les traduire afin de pouvoir les utiliser dans ses travaux de thèse. Enfin, elle fait allusion à une autre difficulté non négligeable, qui est liée au temps estimable qu’elle consacre à la recherche des documents sur internet, d’où la nécessité pour Afaf de se retrouver quotidiennement à travailler sur sa thèse, et ce à la Bibliothèque Nationale de France, d’autant plus qu’une grande partie des références ne sont disponibles et consultables que sur place.

Au terme de cette entrevue, la futur docteur nous révèle qu’en dehors de ses recherches, son travail de thèse et son activité professionnelle, elle ne trouve pas assez de temps pour se consacrer à d’autres activités de loisirs et de détentes, à l’exception des sorties entre amis qu’elle organise généralement les week-ends.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.