Mohamed Es-Salih

Biographie de Mohamed Es-Salih réalisée par Logaine Ebeid

Aujourd’hui nous avons eu la chance d’interviewer Mohamed Es-salih, un doctorant en anthropologie au Centre Marocain des Science Sociales CMSS, qui nous parle de son parcours académique. Sa démarche et son parcours  académique ont commencé bien avant ses études de doctorat. Mohamed a obtenu son Bac économique en 1996 et a continué ses études en économie à la faculté des sciences juridique et économique et sociale à Marrakech. Ensuite il a fait une formation de deux ans, ce qui lui a permis de devenir un professeur d’enseignement primaire. Ainsi, son parcours professionnel débute en 1999.

Passionné par les Sciences humaines et sociales, Mohamed a décidé de faire un bac libre en littératures, un bac qui lui a permis de faire ce qu’il aimait. Après avoir terminé son Bac libre en littérature, il a commencé ses études à la Faculté des Lettres et des Science Humaines de Marrakech, où il faisait des études en psychologie, sociologie et philosophie, et où il a obtenu sa licence en 2005. En outre, ce n’était jamais assez pour Mohamed, en fait, il s’est inscrit dans un Master en  Sociologie Politique et Dynamiques Sociales, et a obtenu le diplôme en 2015. Ce Master a été comme un tournant historique dans la vie de Mohamed, d’une part, il a pu obtenir le grade de Professeur d’enseignement secondaire de philosophie à Agadir, et d’autre part, il s’est inscrit en Doctorat en Anthropologie dans le Centre Marocain des Sciences Sociales CMSS, où il est actuellement dans sa troisième année de doctorat, il compte soutenir prochainement.

Pendant trois ans, Mohamed s’est lancé dans ses recherches sur le Soufisme, plus spécifiquement sur une confrérie religieuse qui s’appelle “Derquaouia” (الدرقاوية), la confrérie religieuse la plus représentative dans la région. L’importance que donnait le Maroc au soufisme et à la confrérie “Derquaouia” n’étaient pas les seules raisons qui ont mené Mohamed à choisir la confrérie religieuse en question comme sujet de recherche. En effet, selon Mohamed, le Maroc a commencé à donner une grande importance ces jours-ci à ces confréries et à les encourager, ce qui a fait qu’elles accueillent plus d’adhérents au fur et à mesure. Le maître de cette confrérie est le Haj Ali El Derquaoui الحاج علي الدرقاويpère de l’érudit connu au Maroc Mohamed Mokhtar Al Soussi محمد مختار السوسي, ce qui donne encore plus de valeur au sujet de Mohamed. 

La méthodologie du chercheur, donne au sujet une originalité extrême. En effet, sa recherche est basée sur les trois axes philosophique, psychologique et anthropologique, en plus d’une étude de terrain. Son corpus est composé de ses observations personnelles et des entretiens qu’il menait lui-même avec “le maître” de la confrérie et les adeptes. En se basant sur le livre “Le Maître et le Disciple” de Abdallah Hammoudi lequel montre que les adhérents sont soumis à l’autorité du maître, ce livre cherche à transposer cette approche vers le champ  politique, Moahmed voudrait montrer  que la relation entre le maître et le disciple est fondée sur une autorité mutuelle, que le disciple obéit à son maître par amour, en menant des recherches fondées sur les travaux du philsophe Michel Foucault.  

Quand on a demandé à Mohamed ce qu’il veut “changer” par sa thèse, il a répondu en disant que cette étude de terrain est une étude microsociologique qui va présenter une image authentique de la société marocai


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.