Travaux de l'École d'été euro-arabe 2017

Compte-rendu de «Tidjaniya: usage diplomatique d’une confrérie soufie », Sambe Bakary. Rédigé Par Khalid Abdechafi

Bakary Sambe, « Tidjaniya : usages diplomatiques d’une confrérie soufie », Politique étrangère 2010/4 (Hiver), p. 843-854

Précision du sujet et justification de choix du l’auteur 

Bakary Sambe commence son article par un constat : la négligence de l’acteur religieux dans les analyses actuelles des relations internationales en dépit de l’importance de cet acteur dans les pays du sud, et dans les relations entre eux aussi. Le cas d’étude pour Bakary Sambe est ainsi les relations entre Mali, Sénégal et le monde arabe, et plus précisément la relation entre le Maroc et le Sénégal. C’est bien au cœur de cette relation bilatérale qu’il a essayé d’étudier l’impact du facteur religieux et son usage dans la diplomatie de ces deux pays, puisque l’influence et le poids de la religion dans la politique intérieure ont  déjà été analysés d’après l’auteur. Il a choisi de s’occuper de l’impact de l’appartenance religieuse notamment confrérique du point de vue de la politique extérieure des dits pays.

Pour justifier son choix, il a expliqué l’importance de la diplomatie parallèle ou non institutionnelle dans les relations internationales en général et entre les pays du sud en particulier. Ainsi, le rôle et les usages de la confrérie «  Tidjaniya » dans la relation Maroco- sénégalaise furent le centre d’intérêt pour le chercheur.

Une relation religieuse millénaire : l’islam comme un facteur international en Afrique

En revenant aux origines de la naissance et l’expansion de la Tidjaniya aux pays subsahariens, il a réaffirmé le poids de l’islam dans la relation entre les pays du nord de l’Afrique et ceux de l’ouest de ce continent. En effet, il a considéré cette proposition comme «  une hypothèse », sachant bien évidement que cette relation religieuse a débuté dès le 11èmesiècle avant même la parution des confréries, pour la Tidjaniya par exemple, elle est apparue en 18èmesiècle.

Après avoir mentionné des études précédentes de cette confrérie, l’auteur remarque que celle-ci constitue la base de la relation entre le Maroc et le Sénégal et garantit la continuité de cette relation surtout à travers ses réseaux de dizaines de millions d’adeptes dans l’Afrique de l’ouest notamment au Sénégal .

La TIDJANIYA dans la relation entre le Maroc et le Sénégal après l’indépendance : poids et usage diplomatique

Pour mettre en relief le rôle des cheikhs et des oulémas dans cette relation bilatérale, l’auteur souligne l’importance attribuée aux cheikhs Tijanis auprès du palais royal marocain, la ligue des oulémas du Maroc et du Sénégal en 1985 sous le patronage de Hassan 2 « le commandeur des croyants » fut un indice significatif des institutions qui étaient établies à cette époque pour garder les liens entre le Maroc et son roi avec les cheikhs Tijanis : un soutien financier aux oulémas et aux cheikhs a été offert surtout pendant les grands évènements religieux. Quant à la prière de vendredi et de l’aïd, elle était faite à l’époque au nom de commandeur des croyants ; titre encore porté par les rois du Maroc.

C’est avec ce titre que se présente le rôle de roi marocain comme étant le grand défendeur du rite Malikite  et le garant de la perpétuation du « Malikisme »  au monde musulman, en essayant de présenter un « modèle » d’un islam modéré et tolérant contre les courants extrémistes soient des wahhabites ou des chiites.

Au fait, le Maroc utilise cette diplomatie spirituelle pour défendre son unité territoire en sensibilisant l’opinion africaine de la question du Sahara occidentale, par conséquent, le Maroc est impliqué en Afrique en dépit de son absence des instances de « OUA » puis l’union africaine depuis 1984 (le Maroc est rentré à UA en 2017).

La relation entre le Maroc et les disciples africains de la Tidjaniya peut être expliquée  aussi par leur attachement à la ville de Fès qui abrite la zaouïa-mère, siège de la confrérie, c’est pour cela que l’auteur a également expliqué comment cette relation a pu demeurer stable durant le changement politique à la tête des régimes politiques marocain et sénégalais en fin de 20èmesiècle.

Bakary Sambe s’occupe surtout de la période de l’indépendance dans son article , en revenant ainsi à l’arrivée de Hassan 2 à la tête du royaume, le chercheur confirme que ce dernier a entreprit, dès 1963, un « retour en  Afrique »  en considérant le Sénégal comme « une profondeur africaine » du royaume, notamment avec la relation personnelle des dirigeants et l’appartenance commune au bloc occidental avec une proximité idéologico-politique, et enfin le religieux qui est toujours un secours face aux aléas de la vie internationale et aux conjonctures politiques.

 

Le Maroc et l’Algérie en concurrence 

Pour plusieurs raisons, on observe une concurrence entre le Maroc et l’Algérie pour se servir des réseaux d’une confrérie transnationale, la Tidjaniya. Le Maroc a été le premier à reconnaître l’importance de garder la relation avec les cheikhs, c’est pour cela qu’il a organisé en 1985 à Fès un colloque international des adeptes Tijanis après l’événement organisé par l’Algérie à Ain ma’di en 1983. Une autre rencontre mondiale de la Tidjaniya a eu lieu à Fès en 2007, et qui a reconfirmé le statut de roi de Maroc et son rôle, il en a résulté un attachement très fort des adeptes à ce pays et à Fès précisément, qui abrite la mausolée du fondateur de la Tariqa Tidjaniya, en plus les oulémas participent au Durus Hasaniya au palais royal pendant le mois de Ramadan.

Pour conclure 

L’article se termine par la réaffirmation de l’importance du canal religieux dans les relations entre le monde arabe et les pays de l’Afrique de l’Ouest, les relations à caractère politique, économique, culturel bénéficient de ce canal : ce sont des acteurs non institutionnels qui  jouent des rôles dans la scène internationale qui n’est plus un champs réservé aux états-nations. Parmi ces acteurs, il y a la confrérie Tidjaniya qui a fait un rapprochement par le bais du spirituel entre deux états, et qui continue à occuper une place importante dans la relation bilatérale entre le Maroc et le Sénégal.

Discussion

D’abord, il est évident que la relation entre le Maroc et le Sénégal ne peuvent pas être  un « model » des relations du monde arabe avec les pays de l’Afrique de l’Ouest au vu de leurs caractéristiques uniques, historiquement connues par une onction religieuse. La nature du régime politique marocain doit être aussi prise en considération, c’est pour montrer que la généralisation de l’analyse de cette relation peut être discutable.

Aussi l’institution de « Imarat Al Mu’minin » présidée par le commandeur des croyants ne dépend pas uniquement du rôle de cette confrérie fin de garder et d’améliorer la relation entre le Maroc et le Sénégal. La dimension religieuse elle-même dans cette relation n’est pas restreinte au poids et au rôle de la Tidjaniya.

En plus, si la Tidjaniya a joué une rôle très important au passé, pour le rapprochement entre le Maroc et ces pays, c’est la Tariqa lqadiriya qui le fait actuellement, une confrérie que l’auteur a complètement négligée (dans la mesure o l’on ne peut pas tout dire dans un seul article).

Enfin, on parle souvent de l’influence des cheikhs soufis et des oulémas dans la politique intérieure de leurs pays, ainsi que dans leurs politiques extérieures, mais cette hypothèse reste abstraite, puisque on n’a pas encore montré des indicateurs suffisamment significatifs et prouvant leur poids réel . Et on peut dire la même chose pour l’intérêt politique pour Le Maroc concernant son unité territoriale en relation avec la question de Sahara occidental.

Cite this article as: Khalid Abdechafi, « Compte-rendu de « Tidjaniya : usage diplomatique d’une confrérie soufie », de Sambe Bakary. Rédigé Par Khalid Abdechafi, » in Orients Occidents مشارق ومغارب, 06/10/2018, https://orientsoccidents.hypotheses.org/713.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.