Travaux de l'École d'été euro-arabe 2017

Compte rendu de l’article « L’engagement militant dans les mouvements politiques de jeunesse », Gérald Gallet. Rédigé par Fatima Zohra AKKIF

« L’engagement militant dans les mouvements politiques de jeunesse », Gérald Gallet. Le FNJ et le MJS, in Agora débats / jeunesses N°17, 1999, Editions L’Harmattan

L’article est paru dans la revue Agora : Débat/ Jeunesse, N° 17, 1999, sous le titre de Relations, réseaux, passages. L’auteur du texte Gérald Gallet souligne l’augmentation de l’intérêt des jeunes français pour la politique depuis 1988. Selon lui, les jeunes s’intéressent à la politique sans pour autant s’engager dans un parti. Le peu de jeunes engagés, sont initiés à travers leur entourage qui a déclenché leur socialisation politique. Cette minorité active n’arrive pas, d’après l’auteur, à avoir une pratique assidue et durable. Les jeunes FNJ et MJS pris comme échantillon dans l’article, s’engagent et militent spontanément, de manière protestataire en réaction à des événements pointus qui touchent les jeunes.

Gallet considère que l’engagement s’incline du mythe du sacrifice et devient un engagement momentané, avantageux et d’expérimentation. La méthode utilisée dans cette étude est qualitative ; se basant sur des entretiens semi-directifs et sur l’observation participante.

Le texte expose une l’idée selon laquelle les jeunes peuvent avoir un intérêt pour la politique, sans pour autant être engagés dans un parti. Plusieurs facteurs entrent alors dans ce choix fait par les jeunes non politisés : Faiblesse de démocratie interne, anonymat et corruption qui sont des éléments dissuadant qui entravent l’adhésion dans un parti politique.

L’auteur essaye de répondre à trois questions principales : qui sont ces jeunes ? Comment s’intègrent-ils dans une organisation de jeunes ? Et comment exercent-ils leur militantisme ?

Concernant la première question, l’auteur dresse un profil typologique de ces jeunes, qui sont essentiellement des étudiants du cycle supérieur scientifique en majorité, occupant un travail à mi-temps pour financer leur études et dépendant toujours du foyer parental.

Leurs études prolongées leur permettent, selon Gallet,de construire un « libre arbitre politique », une maturité culturelle et intellectuelle ; à défaut, ils n’ont pas de l’expérience professionnelle. Ce sont des jeunes actifs dans le milieu politique et associatif mais inactifs dans le milieu socioprofessionnel. L’auteur considère que les jeunes dans l’échantillon étudié, se sont intéressés à la politique par le biais de leur études, moins par l’influence de leur parents. Mais leur milieu d’appartenance n’est pas neutre, il leur inculque consciemment ou inconsciemment des valeurs à suivre. 

Afin de répondre à la seconde question, Gallet s’intéresse à différents types de socialisation, permettant aux jeunes de subsister au sein d’une organisation de jeunesse partisane. En effet, le jeune adhère l’organisation par sa propre volonté dans l’attente de répondre à ses besoins.

La première forme de socialisation qu’évoque l’auteur est la socialisation d’initiation qui est, d’après lui, la première expérience de vie en groupe, d’engagement politique ou associatif. C’est en prenant de l’âge que les jeunes éprouvent le besoin d’appartenir à une formation politique conforme à leur exigence sociopolitique. Une nouvelle étape, où l’engagement devient mature et ouvertement politique après des années d’études et d’activité culturelle au sein de l’établissement scolaire.

En second lieu, L’écrivain aborde un autre type de socialisation, dite symbolique ; où les relations, les conversations et les discussions qu’établit le jeune avec son entourage, avant son entrée dans l’organisation, lui permettent de se faire une idée sur l’organisation. Les deux jeunesses sont différentes dans leurs méthodes d’accompagnement. La jeunesse FNJ ne rendent pas publique leur adhésion, contrairement aux jeunes du MJS qui préfèrent avoir au préalable des relations personnelles pour intégrer l’organisation ; pour eux « c’est l’amitié qui fait l’engagement ».

La socialisation politique par laquelle les parents exercent une influence sur leurs enfants de manière implicite ou explicite : la sensibilité politique et la proximité partisane des parents sont les termes déterminants qui guident l’engagement actif des jeunes. De ce fait,  Gallet considère que les parents soulignent la lignée idéologique à laquelle s’adonnent les enfants et ces derniers vont s’engager dans cette perspective.

Le cas présenté par l’auteur, des parents sympathisant avec le FN, sans pour autant voter ou adhérer le parti, et leurs enfants qui militent pour le FNJ, à l’opposé des jeunes du MJS dont la proximité partisane de leurs parents au PS, justifie leur engagement. Or, ce n’est pas souvent que le jeune suit ses parents. La socialisation politique du jeune peut parfois être opposée au choix idéologique parental.

Finalement pour aborder le sujet du militantisme, Gallet confirme que l’ancien modèle d’engagement où le militant consacre une grande partie de son temps au militantisme a disparu. Il considère que le temps politique et comportement militant sont les mots clés qui gèrent l’engagement à travers la durabilité, régularité, flexibilité et spontanéité. La pratique militante s’appuie sur la durée et la régularité. Or, il n’est pas évident de consacrer tout son temps au militantisme, car à cet âge, les jeunes attendent à ce que la structure soit capable de les faire militer, en d’autres termes leur donner de la confiance et des responsabilités. Le système hiérarchique et bureaucratique de l’organisation leur fait perdre du temps. Il considère ainsi que si il y a un abandon de l’activité politique ceci est dû à leur entrée dans la vie d’adulte ; à l’engagement familial et professionnel, mais la piste de l’adhésion et de soutien reste une option.

Cite this article as: Fatima Zohra AKKIF, « Compte rendu de l’article « L’engagement militant dans les mouvements politiques de jeunesse », Gérald Gallet. Rédigé par Fatima Zohra AKKIF, » in Orients Occidents مشارق ومغارب, 06/10/2018, https://orientsoccidents.hypotheses.org/692.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.