Résumé des interventions-Journée d’Étude Web et micro-transformations 9 février 2018

Circulation de l’information et scandale : les polémiques françaises autour des commémorations du Centenaire de la bataille de Verdun Frédéric Clavert (CR Senior, Center for Contemporary and Digital History, Université du Luxembourg) :

En mai 2016, France et Allemagne ont commémoré, ensemble, la bataille de Verdun (1916). Des cérémonies prévues dans le cadre du Centenaire de la Grande Guerre, elle a probablement été la plus polémique. Du concert finalement annulé du rappeur BlackM à certains aspects de la cérémonie elle-même, de nombreux comptes Twitter se sont emparés de ces polémiques, ensuite répercutées dans la presse française. Cette contribution s’attachera à analyser ces polémiques, la manière dont elles se sont propagées en ligne et éclaire les interactions entre certains organes de presse et la circulation de l’information sur le réseau social numérique.

Ethnographie du Net : analyse d’un idiolecte Laurence Rosier (PR, Université Libre de Bruxelles) :

À partir de ma pratique de linguiste activiste sur le réseau social FB,
je pose la question d’une méthodologie ethnographique pour rendre compte des interactions numériques et de leurs effets via les commentaires (argumentatifs, ludiques, polémiques, laudatifs.)… Je partirai d’exemples concrets et d’un corpus que je considère comme l’idiolecte d’un facebookien non ordinaire au sens où il est construit sur la  transgression langagière et/ou idéologique et le second degré
systématique tout en alternant des images et/ou des propos purement simplement  descriptifs. Quel statut donner à ce type d’intervention sur  la toile ?

Commentaires sur Facebook et sur le journal en ligne : deux dispositifs, deux postures face à l’actualité Laura Calabrese (PR, Université Libre de Bruxelles) et Jérémi Jenard (Doctorant, Université Libre de Bruxelles):

Dans cette communication, nous allons comparer deux corpus de commentaires produits dans deux environnements technodiscursifs différents : la presse en ligne et le module de Facebook de cette même presse. L’hypothèse de travail est que chaque dispositif sociotechnique autorise et/ou facilite des pratiques discursives différentes. 
Club de lecteurs en ligne : la lecture comme performance Fabienne Soldini (CR, CNRS-Aix Marseille):

Les « challenges », jeux lectoraux littéraires qui s’effectuent entre lecteurs au sein de clubs de lecteurs en ligne, créent un rapport novateur à la lecture, devenue une pratique de loisirs banalisée, alliant culturel et ludique ; le modèle classique d’une lecture individuelle, linéaire et intensive cède la place à une lecture collective, fragmentée et extensive, bousculant et transformant les hiérarchies culturelles.

Session 1  « Web, Politiques, Images »

Campagne et contre campagne sur les réseaux socionumériques : l’élection présidentielle syrienne mai 2014, Wissam Alnasser (CR associé, Institut d’Études Politiques Aix-En-Provence) :

Le recours massif ces dernières années à l’usage du Web et surtout les réseaux sociauxnumériques (RSN) est devenu une voie incontournable pour les campagnes électorales.  Est-ce que la discussion sur Internet permet-elle la réalisation de « l’idéal délibératif » d’Habermas. Ou bien, assistons nous à des différents/nouvelles formes d’interaction sur le Web (Flichy, 2008, 2010 ; Desquinabo, 2008 ; Dumoulin, 2002 ; Batout, 2011 ; Barats et coll, 2013 ; Le Caroff et Jouët, 2013). Cette intervention s’inscrit dans la lignée de ces débats académiques en étudiant l’usage des RSN dans la campagne et la contre-campagne présidentielle syrienne en mai/juin 2014.  On se penchera à appréhender l’ensemble des interactions et les formes de participation réalisées sur la page FB « Sawa » de la campagne d’Al-assad ainsi sur la page FB « élection de sang » de la contre campagne.

Archéologie, identité nationale et communication numérique : la promotion de la Jāhiliyya en Arabie Saoudite à l’ère d’Instagram, Virginia Cassola (CR associée, CNRS-CEFAS) :

Cette communication propose d’analyser la communication socionumérique de l’exposition Routes d’Arabie présentée au musée national de Riyad à l’automne 2017. Si cet événement atteste déjà de l’utilisation du dispositif muséographique comme processus d’appropriation des antiquités de l’honnie aṣr al-jāhiliyya en Arabie saoudite, l’étude du recours à une stratégie de communication sur Instagram doit faire ressortir les enjeux contemporains de définition du patrimoine national saoudien.

Session 2  « Web, Violences, Engagements »

Cyberviolence de genre : le cas de l’insulte homophobe en TunisieMariem Guellouz (MCF, Paris 5 René Descartes) :

Face à la circulation et la légitimation étatique du discours homophobe ambiant très partagé dans les médias tunisiens après les événements révolutionnaires de 2011, les associations et les militants LGBTQI utilisent les réseaux sociaux et notamment Facebook pour faire circuler un contre discours militant. Pour conter l’invisibilisation des médias ou la cyberviolence homophobe, les militants LGBTQI utilisent Facebook comme un espace de réappropriation d’une parole légitime. L’analyse du corpus recueilli auprès de ces associations révèle différentes stratégies rhétoriques tels que l’humour, l’ironie ou encore le discours pédagogique (travail sur les mots, mise en garde, informations pratiques). Dans le cadre de cette communication, j’interroge les processus de construction du discours cyber-militants LGBTQI en Tunisie ainsi que les nouveaux enjeux méthodologiques face à ces corpus numériques qui nous amènent à repenser l’insulte homophobe.

Two decade of online practices (1998-2018): what can we learn? The case of Saudi Women, Ghayda Aljuwaiser (Student PHD, Sheffield Hallam University) :

Undeniably, the situation of women in Saudi Arabia is changing dramatically; however, the investigation of what plays the dominant role in this transformation is controversial. Is it the impact of the online sphere, or is it a consequence of the economic and political shift which Saudi Arabia is going through? This paper joins in this conversation, based on an ongoing PhD thesis investigating Saudi women’s online practices on social media platforms (SMP). With a total of twelve Saudi women, who – to date – are active SMP users, recruited with an age group range between 28 (born on 1990) and 44 (born on 1974), a qualitative multi-methods approach is adopted, Two data collection tools are used: (1) semi-structured interviews, both face-to-face and long distance (e.g., phone, Skype), and (2) online observation of participants’ online practices on SMP. The interview data analysis has identified anecdotes of Saudi women’s online practices throughout almost two decades: 1998 – 2017. Moreover, the online observation examined the online/offline aspects of identity. Based on those findings, aligned with the existing literature on Saudi women, I make the following conclusions: (a) the online sphere plays a vital role in reshaping Saudi women’s identities; (b) however, the extent to which the online sphere can change Saudi women’s offline sphere is problematic; (c) although there is a continuous clash between: the Saudi online/offline spheres, the Saudi familial and societal fabrics, moreover, not to mention the Saudi legal system that by its turn contributes to flare up that clash, all of which are significant players in this collision. Therefore, the study offers a paradigm for future research looking into the status of Saudi women, to account for the heterogeneity of Saudi women’s intercourse with the online sphere and the variations of the public-offline sphere across different provinces in Saudi Arabia.

Les séries télévisées turques projetées en Grèce. La communauté des fans et l’usage du numérique, Laurence Larochelle (Doctorante, Paris 3 Nouvelle Sorbonne) :

Depuis les dernières années (et notamment depuis la crise économique) la Grèce est devenue un grand consommateur des séries télévisées turques. Parmi les socialités qui leur sont liées, une dimension considérable est la «prolongation » du plaisir du visionnage dans les réseaux créés au sein du web (tels que Facebook par exemple).  À travers notre présentation nous comptons montrer le rôle du numérique dans ce processus en plus des usages qu’en font les femmes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.