Virginia Cassola

En décembre 2016, j’ai soutenu une thèse de doctorat en langues, littératures et civilisations (Université de Lorraine) et un diplôme de troisième cycle en muséologie (Ecole du Louvre). La thèse portait sur les processus de collecte et d’exposition d’objets archéologiques en Arabie saoudite. Je me suis principalement intéressée au « comment » plutôt qu’au « pourquoi » afin de rendre compte des spécificités de la politique muséale saoudienne mise en place dans les années 1970.

Je me suis inspirée d’une notion chère à l’historien de l’art Hans Belting : celle de Blickwechsel, ou déplacement du regard, qui permet d’éviter de parler constamment d’influences ou de différences et propose d’étudier un fait ou un processus (ici l’exposition d’objets archéologiques dans un pays réputé déconsidérer le patrimoine, notamment préislamique) à partir de ses modalités propres.

Je n’envisage pas la recherche en muséologie sans une application directe. Pendant ma thèse, j’ai ainsi participé à la conception du nouveau musée de l’Homme ouvert en octobre 2015, puis je suis entrée à l’Institut du monde arabe où j’ai été commissaire associée de l’exposition Chrétiens d’Orient, 2000 ans d’histoire inaugurée à l’automne 2017. Aujourd’hui, je poursuis cette double approche théorie-pratique dans l’étude des futurs projets patrimoniaux et touristiques lancés par l’Arabie saoudite, une approche dont je souhaite par ailleurs développer l’enseignement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.