Dhia-Eddine Bendali Braham

Biographie de Dhia-Eddine Bendali Braham par Afnen Habibi

Un peu loin de son domaine, Ben Dali-Braham Dhia-Dine, âgé de 28 ans a eu son premier « coup de foudre » avec le domaine de l’architecture juste après avoir passé son bac en mathématique. Son choix a été presque pris au hasard, mais une fois à l’université, il a commencé à aimer ce domaine pour son côté artistique et de créativité qui ont fini par attirer son attention et réveiller en lui une passion.

Dhia-Dine a terminé ses études à l’université et a commencé l’enseignement dans le domaine de l’architecture en tant que vacataire, c’est peut être cette activité qui lui a poussé à préparer une thèse de doctorat en choisissant spécialement le patrimoine car selon lui cette discipline a plus de liens avec l’architecture. Lors d’un entretien avec le futur architecte, il nous a parlé un peu de son sujet qui a pour objet la valorisation territoriale du patrimoine mondiale de Tipassa (une région en Algérie). Son objectif est de trouver des stratégies de valorisation d’un patrimoine classé mondial par l’UNESSCO, et qui était malheureusement dévalorisé à cause du système algérien. Il cherche surtout à mettre les sites de Tipassa en réseau avec d’autres ressources sur le territoire. En s’interrogeant sur sa méthode de travaille, Dhia-Dine explique que sa démarche consiste à établir l’inventaire des ressources territoriales et les liens entre le patrimoine mondial de Tipassa et les ressources territoriales, ce qu’il a nommé « diagnostic territorial » : cette méthode est selon lui la plus utilisée dans son domaine et c’est peut être la seule méthode qu’il connait jusqu’à maintenant, qui est liée à son corpus et à sa problématique.

Comme tout doctorant, il a eu et il aura bien évidemment des difficultés durant son parcours de recherche. Il nous dévoile que son vrai problème consiste à trouver la bonne astuce d’analyse, ses recherches ont besoin d’une analyse profonde livresque et documentaire, et à son avis, il n’arrive pas encore à trouver la méthode qui lui convient. Il se sent perdu dans les articles scientifiques, au point qu’il lui est arrivé même des moments où il a voulu changer le sujet à cause de plusieurs facteurs tels que la pression de délai.

A la fin de l’entretien, il nous a parlé de son corpus qui se compose essentiellement des documents scientifiques et publicitaires qui mettent à son avis en valeur le patrimoine, la presse et les ouvrages historiques. Dhia-Eddine ne fréquente pas assez souvent la bibliothèque mais il dispose d’une bonne expérience en matière d’usage de logiciels et de technologies pour la recherche. L’ancien mathématicien qui rêve d’être architecte et enseignant de la discipline d’architecture n’arrête pas de voyager, il cherche toujours à découvrir les paysages qui vont satisfaire son désir pour ce domaine.

Une autre biographie a été réalisée par Afaf SAID qui a interviewé Dhia-Eddine, en voici quelques extraits

Par le biais des recherches documentaires qu’il mène souvent à la bibliothèque nationale d’Alger, (guides touristiques, catalogues, documents publicitaires, etc), des observations, et des entretiens avec des acteurs influents, Dhia souhaite découvrir comment relier les activités balnéaires, les activités de la montagne, les activités de l’agriculture dans ce site pour voir comment on peut bénéficier de la mise en réseau de ces activités pour développer les territoires et générer des ressources pour en retour valoriser les sites.

Il regrette que ces sites de Tipasa soient marginalisés et dégradés et qu’il n’y a pas assez d’investissement dans les sites pour les restaurer et les valoriser. D’après lui, cela est dû à une crise économique. En s’inspirant des cas d’études européens et français, il a remarqué que tels sites ont les richesses et les potentialités pour être eux-mêmes leurs propres moteurs de valorisation afin de enfin réaliser le développement local et le développement territorial. Il entend par ce développement territorial la mise en réseau des acteurs et les porteurs de projets territoriaux aux niveaux locaux, privés, étatiques, culturels et touristiques, ainsi qu’au niveau de la population.

Dhia connait bien son territoire d’étude puisqu’il avait travaillé sur Tipasa pendant trois ans dans le cadre de ses études universitaire. La ville est aussi accessible facilement depuis Alger et il y a beaucoup de documentations sur son patrimoine ce qui pourrait faciliter son travail.

À l’avenir, il voudrait proposer un modèle de valorisation qui pourrait faire une référence dans le processus de prise des décisions concernant les sites de patrimoine mondial, ainsi que dans les projets territoriaux et urbains. Son modèle sera adapté non seulement au contexte de la ville étudiée mais aussi au contexte algérien ce qui facilite son application à d’autres sites de patrimoine mondiale.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.