Travaux de l'École d'été euro-arabe 2017

Compte-rendu de « Parlons du traducteur : rôle et profil », Marie-Hélène Catherine Torres rédigé par Afnen Habibi

Compte-rendu de « Parlons du traducteur : rôle et profil », Marie-Hélène Catherine Torres, in Traduire, n°227, p.53-61, 2012 . URL : http://traduire.revues.org/479.

Par Afnen Habibi

La question abordée par l’auteure consiste à étudier d’un côté les stratégies utilisées par le traducteur afin de rendre lisible un texte dans une autre langue, et de fait sa place dans la création d’un document traduit. L’attention de l’auteure se tourne d’un autre côté vers le profil du traducteur, en s’interrogeant sur son portrait, ses points de vue et bien évidemment ses méthodes.

Torres commence son analyse par un extrait tiré de l’ouvrage de Valéry Larbaud, dans lequel elle montre les capacités du traducteur à rendre le noir sur blanc des lignes chargées de sens. Larbaud affirme que « les joies et les profits du traducteur » consistent à rendre la lecture d’une histoire, d’un événement ou d’un poème plus proche de la culture étrangère. L’idée dégagée par cet extrait mène Torres à se tourner dans un premier temps vers la précision des tâches du traducteur, en essayant de répondre à la question suivante : Que peut faire le traducteur ? Par conséquence, elle affirme que ce dernier cherche à établir une relation entre différents cultures, en adoptant des stratégies mobilisées et précises afin d’innover une image plus proche du texte source. Elle attire aussi l’attention sur la participation du traducteur à la renaissance internationale d’une littérature qui sera transmise plutôt que telle autre.

En effet, le traducteur est étudié dans cet article sous deux angles différents ; la démarche de l’auteure s’attache à analyser tout d’abord la place du traducteur dans la production d’un texte traduit.

  1. Un anthropophage entre révélation ou annexion de l’étranger

Le traducteur est-il un anthropophage ? Une question intéressante posée d’une manière métaphorique et que l’auteure cherche à analyser. Après avoir présenté les origines de la théorie de l’anthropophagie, elle expose plusieurs points de vue estimant que cette théorie représente le point culminant de la quête d’une identité nationale, et que face à la culture de l’autre l’écrivain doit dévorer la culture étrangère pour restaurer son propre patrimoine culturel. La mobilité du texte permet sa diversification spatio-temporelle, ou plutôt sa déterritorialisation, selon un terme inventé par L.Venuti.

De son côté l’auteure démontre que le traducteur est un auteur car il produit un texte transformé « en énergie créatrice et conserve la marque de l’identité du texte source ». De ce fait, toute traduction est un acte anthropophage par absorption du texte source et création du texte traduit. Il existe plusieurs degrés d’anthropophagie qui influencent le type de traduction : soit naturalisée, soit exotisée ou bien un compromis entre les deux. C’est pourquoi lorsque, dans un texte traduit, « les personnages, les lieux, les institutions, les coutumes et les traditions sont adaptés à la culture du lecteur de la traduction » nous sommes face à une naturalisation du texte. Par contre, lorsque des éléments de culture spécifiques sont présents, le texte traduit aura suivi un processus d’exotisation. L’auteure a recours à l’ensemble des informations relatives à la question du choix initial du traducteur, Schleiemacher voyait deux méthodes possibles : dans l’une, le traducteur traduit comme si l’auteur écrivait dans la langue traduisant, dans l’autre « le traducteur essaie de communiquer sa connaissance de la langue d’origine ». Pour Toury, la traduction est une espèce d’activité qui touche à la fois deux langues et deux traditions culturelles.

Après avoir répondu à : Que peut faire le traducteur ? L’auteure cherche à examiner la question suivante : qui est le traducteur ?

  1. Le profil d’un spécialiste entre visibilité et invisibilité

L’auteure met à contribution les sources les plus variées pour pouvoir étudier cette question, à l’instar de Berman qui affirme que « la vie du traducteur ne nous concerne pas » et ce qui importe est uniquement de savoir si le traducteur est français ou étranger, s’il est juste traducteur ou s’il exerce une autre profession, s’il est aussi auteur, de quelles langues il traduit, s’il est bilingue et quels genres d’œuvres il traduit. Un autre avis annoncé par Pym confirme que le traducteur entretient un rapport émotionnel avec une culture particulière, du fait qu’il se situe à l’intersection des deux cultures. Torres formule pour sa part que les renseignements sur la vie du traducteur, et en accord avec Pym, permettent de mieux cerner les prises de décisions dans les traductions, ainsi que les stratégies de traduction utilisées.

Pour aller plus loin dans la compréhension du sujet, le best-seller et le succès commercial des textes étrangers ont retenu l’attention de l’auteure : en s’appuyant sur Venuti elle montre que le best-seller bénéficie d’une grande diffusion et que les élites culturelles considèrent les best-sellers comme du bon marché. Elle affirme que ce jugement provoque dans les programmes scolaires et universitaires une exclusion de la littérature dite «  populaire ».

En faisant une large place à ce que Venuti annonce, Torres développe l’idée que le best-seller traduit met en place des stratégies discursives qui faciliteront l’atteinte d’une masse importante de lecteurs. Ce succès dépendra de l’identification du lecteur avec les personnages évoluant dans une problématique sociale contemporaine. D’autres critères tels que la simplicité du langage, les images stéréotypées, l’identification des personnages permettent donc au lecteur d’accéder au monde imaginaire du texte. Finalement, elle conclut que l’invisibilité du traducteur et la transparence de la traduction semblent être les maîtres-mots des traductions de best-sellers.

Ainsi, la méthode de Torres consiste à exposer des angles et développer des points de vue différents de plusieurs chercheurs, analyser leurs hypothèses, et par la suite elle nous affirme son avis à partir de idées dégagées par l’un des auteurs. En utilisant la démarche de question-réponse, elle se permet de poser des questions et y répondre selon ce qui a été publié. A notre avis, la méthode de l’auteure est celle de l’observation et de l’étude des hypothèses d’autres auteurs plutôt que d’élaborer ses propres idées sur la question du traducteur et de l’opération traduisante.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.