Travaux de l'École d'été euro-arabe 2017

Compte rendu de « Traduire dans le domaine de l’économie écologique : les difficultés terminologiques », Sabri-Fabrice Sayhi rédigé par Abdel Majid Drouiche

Compte rendu de « Traduire dans le domaine de l’économie écologique : les difficultés terminologiques », Sabri-Fabrice Sayhi, in Traduire, n°227, p.37-48, 2012

Par Abdel Majid Drouiche

Dans cet article, l’auteur pense que la traduction scientifique demande généralement des connaissances transversales dans différents domaines, elle serait un exercice complexe particulièrement dans le domaine des sciences sociales. Contrairement aux sciences exactes, les sciences sociales s’opposent entre elles de par leur nature épistémologique, or la divergence d’opinions est moins importante dans les sciences « dures », ce qui a engendré une incidence sur la traduction et la terminologie en sciences sociales. Précisément, la néologie pose problème à partir du moment où certains termes utilisés dans une science sociale donnée ne sont pas les mêmes dans d’autres approches ; les acceptions sont toujours différentes.

Dans le domaine de l’économie écologique, traité dans cet article, on fait face à plusieurs obstacles. D’abord, l’économie écologique est une science sociale transdisciplinaire, ses spécialistes présentent des profils très variés, par exemples des géographes, des biologistes, des spécialistes en études environnementales, des agronomes, des philosophes et des sociologues. En France, les recherches en ce domaine n’ont pris de l’importance que depuis une vingtaine d’années avec des spécialistes comme, entre autres, René passet, Jean-Paul Deléage ou Fabrice Flipo. Cet article veut ainsi montrer la complexité et la difficulté de la traduction de textes liés à l’économie écologique où la terminologie est principal défi.

L’économie écologique veut proposer une nouvelle vision de la relation entre économie et environnement ; elle considère l’économie comme un sous-système de l’écosystème mondial, grâce à une analyse multicritères qui évalue la « soutenabilité » des échanges. Ici, on se trouve devant le problème du néologisme : en effet, le traducteur francophone chargé de traduire un texte doit donc choisir entre les termes « durable » et « soutenable ».

Cette terminologie est révélatrice, bon nombre de termes du domaine sont des métaphores, des représentations qui renvoient à une nouvelle vision de la nature que l’on retrouve dans les expressions et concepts suivants : « métabolisme  social », « empreinte hydrique », « passif environnemental » et « dette écologique ».

Selon l’auteur, il serait tout à fait erroné de considérer la frontière entre économie écologique et économie environnementale comme hermétique, ainsi, délimiter la terminologie de l’une et de l’autre science est parfois délicat. L’auteur explique alors les modalités selon lesquelles le processus de la traduction est devenu teinté idéologiquement, de plus elle ne fait pas consensus. Ce qui se reflète dans les termes empruntés à la politique comme « justice environnementale » et « exportation de déchets toxiques » qui sont connotés politiquement.

Dans ce texte, l’auteur a voulu montrer la complexité et la difficulté de la traduction de textes liés à l’économie écologique où la terminologie est principal défi.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.