Travaux de l'École d'été euro-arabe 2017

Compte-rendu de « L’impact de la diversification sur la valeur de la firme. Vers une approche contingente », André-Le Pogamp Florence et Navatte Patrick rédigé par Sameh Jouida

Compte-rendu de « L’impact de la diversification sur la valeur de la firme. Vers une approche contingente », André-Le Pogamp Florence et Navatte Patrick, in Revue française de gestion, 2014/4 N° 241, p. 107-120

Par Sameh Jouida

Dans cet article, la question de l’impact de la diversification – industrielle et/ou géographique – sur la valeur des firmes demeure une question d’actualité qui mérite d’être posée surtout dans un cadre économique en perpétuel changement. Alors que les fondements théoriques appuient l’idée que la diversification génère des synergies positives à partir des différents métiers, les investigations empiriques trouvent plutôt une baisse de la valeur des entreprises qui ont diversifié leurs activités. André-Le Pogamp et Navatte affirment que ces raisons peuvent expliquer l’intérêt accru accordé à l’étude de ce sujet afin de contribuer à l’explication de l’absence du consensus entre la théorie et la pratique.

Les auteurs essayent de regrouper, selon des études antérieures, les facteurs qui expliquent l’effet négatif sur la valeur de la firme telle que la théorie d’agence qui semble être la plus appropriée. Ils ajoutent que des travaux de recherche plus récents renvoient cet effet aux problèmes méthodologiques telles que les techniques de mesure utilisées ainsi que les problèmes liés à l’endogénéité. Ainsi, selon les auteurs, la diversification allège les contraintes financières dans la période de crise via une prime positive qu’elle génère et qui peut dépasser les coûts engendrés. Elle permet aussi de limiter le risque de faillite et de tirer plus de profit des marchés de capitaux. Les auteurs indiquent que les entreprises diversifiées font plus de recours à la mobilité du travail.

Il est donc constaté que l’étude du secteur bancaire a beaucoup plus d’intérêt lors de la diversification. Le caractère stratégique que présente la diversification met en exergue son importance pour expliquer la valeur des firmes surtout dans le secteur bancaire et financier de façon générale. Les firmes bancaires sont caractérisées par une multitude des activités en plus de leur poids permettant d’améliorer la valeur.

1        L’intérêt de la diversification pour les firmes

Dans les périodes de crise, les firmes doivent faire face au risque de faillite et à la réduction du coût de capital en plus des coûts engendrés par ces activités qui peuvent être à l’origine de la destruction de la valeur. André-Le Pogamp et Navatte rappellent les avantages de la diversification sectorielle qui sont nombreux surtout dans des périodes de crise. Ceci via la diminution de risque, l’accès aux ressources financières ainsi que la flexibilité salariale.

Les auteurs estiment que les firmes diversifiées se protègent lors de ces périodes de cessation d’activité. Ils précisent que le choix stratégique de la diversification permet de limiter les coûts supportés lors de la détention de liquidités. Ensuite, ils reprennent l’argument de l’importance de l’efficience du marché interne du capital surtout en période de crise. Ils expliquent à travers des études récentes que le transfert des fonds est assez efficace vers les divisions des firmes à fortes productivités. Ceci en présence d’un système de gouvernance qualifié « de qualité » selon les auteurs. Ce système est caractérisé par un conseil d’administration très indépendant, la présence des investisseurs institutionnels, rémunération des dirigeants par les actions et les stock-options ainsi que l’existence d’audit de qualité. Bref, un compromis entre les bénéfices liés à la diversification et les coûts qui lui sont liés. Les auteurs se tournent de nouveau vers l’argument de la flexibilité salariale qui est plus élevée pour les firmes diversifiées. Ces firmes réaffectent mieux leurs salariés même en période de crise.

Quoique l’effet culturel et institutionnel réagisse négativement sur la valeur de la firme, les auteurs insistent sur les avantages tirés de la diversification géographique. Citons la réduction des risques en présence des coûts du capital plus faibles. En plus de ces arguments, les auteurs abordent l’effet positif lié aux économies d’échelles qui dépend essentiellement de la taille du marché domestique de l’entreprise ainsi que du nombre nécessaire de clients à satisfaire. Un marché interne saturé oblige l’entreprise à faire recours à la diversification malgré les coûts élevés liés à la vente à l’étranger.

De plus, l’effet des deux stratégies de la diversification industrielle et géographique semble rester incertain en se référant à plusieurs travaux de recherche. Les auteurs expliquent ce résultat par la complexité organisationnelle accrue engendrée par la combinaison des deux stratégies associées à la réduction des synergies possibles.

2        La diversification dans le secteur financier

En s’appuyant sur des travaux de recherche, André-Le Pogamp et Navatte confirment la pratique de la diversification liée aux activités dans le domaine bancaire en expansion. Alors que la diversification favorise la création de la richesse, les résultats ne sont pas conclusifs dans ce secteur d’activité. La spécificité de ce secteur d’activité peut engendrer des avantages, en particulier la relation contractuelle des banques avec leurs fournisseurs qui permettent d’accumuler l’information. Les auteurs considèrent la diversification comme un moyen procurant des avantages pour les entreprises surtout dans un environnement en pleine expansion.

3        La diversification et les problèmes méthodologiques :

André-Le Pogamp et Navatte ajoutent que la complexité accompagne l’étude de la diversification. La réduction de la valeur peut être attribuée aux problèmes méthodologiques tels que l’endogénéité et la divergence des mesures utilisées pour la relation diversification-valeur (mesures comptables et boursières). Ils précisent que ce résultat est lié plutôt à la situation de la firme mais pas à la diversification en soi. Ils ajoutent aussi que les problèmes d’endogénéité peuvent être liés à la qualité de gouvernance.

Les auteurs indiquent que l’hétérogénéité des résultats peut être expliquée par un manque de précision dans les études (la diversification géographique ou sectorielle et/ou liée). Ils expliquent que les modèles dynamiques sont les plus appropriés pour étudier la diversification. Ils tiennent en compte des effets passés ainsi que de l’introduction des valeurs exogènes. Ainsi, ils propagent d’autres pistes pour les recherches futures, et proclament que l’étude de la diversification dans des périodes de crise peut enseigner sur les coûts de restructuration et sur la diminution du risque. Ils mettent en relief l’importance de la diversification comme outil de mutualisation permettant ainsi d’abaisser les coûts et de dresser les contraintes financières en période de détresse financière favorisant la restructuration de l’économie d’une façon générale.

Je rejoins les auteurs sur l’importance d’étudier le lien diversification-valeur financière de l’entreprise et surtout les firmes bancaires. Il sera très intéressant de se pencher sur les effets entrecroisés de l’impact conjoint des deux stratégies de la diversification censée avoir un lien avec la valeur pour le secteur bancaire. Surtout, ce secteur est caractérisé par la nature particulière du contrat de dépôt et le degré d’endettement bancaire imposé dans les contraintes réglementaires dans les périodes de crise.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.