Travaux de l'École d'été euro-arabe 2017

Compte rendu de « Economie politique de la révolution Tunisienne », Baccar Gherib rédigé par Azza Ziadi

Compte rendu de « Economie politique de la révolution Tunisienne », Baccar Gherib, in Revue Tiers Monde, n° 212, pages 19 -36, Armand Colin, 2012

Par Azza Ziadi

L’article est une relecture de la révolution tunisienne. L’auteur a cherché à mettre l’accent sur les canaux socioéconomiques qui ont mené à la chute d’un régime autoritaire longtemps connu comme stable. Sa problématique s’articule autour de la question suivante : comment l’économie politique peut expliquer la durabilité et l’écoulement du système autoritaire en Tunisie en janvier 2011 ?

Pour y répondre, l’analyse de l’auteur s’est focalisée sur les interactions entre l’économique et le politique et leurs impacts sur le social déclenchant ainsi la révolution en Tunisie.

L’auteur consacre la première partie de son article à justifier son recours aux outils de l’économie politique afin d’expliquer les manifestations et la colère du peuple qui ont envahi tout le pays avec l’immolation, le 17décembre 2010, de Mohamed Bouazizi. Il a aussi survolé brièvement l’histoire économico-politique de la Tunisie après 1956 en s’appuyant sur les différentes études théoriques dans une seconde partie.

Ensuite et dans une troisième partie, l’auteur développe l’idée du capitalisme de copinage, défini comme étant « les rapports privilégiés entre des hommes d’affaires et l’Etat » : l’idée force de l’auteur. Il s’attache à expliquer la nature des rapports liant les classes sociales à savoir le travail et le capital d’un côté et l’Etat de l’autre côté. Il s’intéresse au décalage social entre la majorité du peuple formé principalement par un grand nombre de chômeurs avec une paupérisation de plus en plus de la classe moyenne et ce qu’il appelle « le copinage débridé », formé par la famille du Président et leurs alliés qui sont les nouveaux hommes d’affaires largement bénéficiaires de leur proximité des fonctionnaires de l’Etat.

Il en ressort que la révolution tunisienne est une conséquence directe du social qui ne peut être expliqué à travers l’interaction entre l’économique et le politique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.