Travaux de l'École d'été euro-arabe 2017

Compte rendu de l’article « La Phénicie hellénistique », Frédérique Duyrat rédigé par Waad Awisat

Compte rendu de l’article « La Phénicie hellénistique », Frédérique Duyrat, in Les livres de collection : regards sur l’histoire. p.83-91, 2003

Par Waad Awisat

Tout d’abord, les Phéniciens se sont installés sur la côte de la Méditerranée depuis 2750 av. J.-C. En effet « Cananéens » était le nom original de ce peuple. Cependant la dénomination de « Phéniciens » est venue tardivement avec les Grecs (φοινικη†= rouge) et c’est en relation avec la couleur de la pourpre qui était parmi les principales productions de ce peuple.

Dans cet article, l’auteur met en relief la difficulté historique de l’étude de la Phénicie dans cette période hellénistique importante, et ce pour plusieurs raisons. D’un côté, l’auteur fournit une démonstration stratégique de cette zone géographique, qui est une région frontalière, donc de passage, entre les pays voisins comme la Syrie intérieure dans la même zone de contact et entre l’Asie continentale et la Méditerranée, mais aussi l’Égypte et l’Anatolie. D’où l’importance de la flotte phénicienne surtout sous les Achéménides lorsqu’ils ont bien résisté à Alexandre le Grand.

Par ailleurs, La Phénicie est une région naturellement riche avec ses activités industrielles économiques actives et ses réseaux commerciaux en Méditerranée. Ce qui rend difficile de construire une histoire homogène de cette zone géographique, l’auteur pose un problème fondamental sur la rareté des sources archéologique et historique valables pour écrire l’histoire de la Phénicie hellénistique, par exemple les inscriptions sur pierre sont peu nombreuses, aussi les textes inscrits sur support périssable et papyrus qui sont faciles à détruire ou enterrés sous les derniers niveaux de la ville ou sous la ville moderne. Effectivement les sources qui restent sont les textes grecs et latins qui renforcent le risque de confusion et la nécessité de s’en défier.

Nous comprenons dans cet article l’importance de l’histoire de la Phénicie au cours des siècles, l’auteur développe quelques épisodes après la période d’Alexandre le Grand (336 av. J.-C.- 323 av. J.-C.) quand le « découpage politique sépare les cités phéniciennes entre deux mondes économico-politiques fort différents ». Aussi, les cités phéniciennes étaient une zone stratégique qui attirait les tentatives de contrôle externe. Cette situation a donc apporté des changements dans le système antérieur de ces villes. Les rois ont par la suite disparu étant remplacés par l’administration des magistrats qui ont pris le pouvoir au nom des citoyens, comme par exemple dans la ville de Sidon.

Enfin, la ville d’Arados qui avait une position favorable chez les séleucides a évolué vers une dépendance d’une façon particulière. Elle était la première à avoir son autonomie, et d’avoir ses propres pièces de monnaie en argent et en bronze et sans un contrôle séleucide. Elle a aussi aidé les séleucides contre les lagides. Ainsi, les autres cités phéniciennes comme Tyr et Sidon ont suivi Arados vers une indépendance similaire jusqu’à la fin du contrôle Romain.

Cite this article as: Léda Mansour, "Compte rendu de l’article « La Phénicie hellénistique », Frédérique Duyrat rédigé par Waad Awisat," in Orients Occidents مشارق ومغارب, 16/10/2017, https://orientsoccidents.hypotheses.org/274.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.