Travaux de l'École d'été euro-arabe 2017

Compte Rendu de « La traduction en sciences sociales », Alice Berrichi rédigé par Hana Ben Ameur

Compte Rendu de « La traduction en sciences sociales », Alice Berrichi, in Traduire, n°227, p.16-28, 2012. URL : http://traduire.revues.org/467

Par Hana ben Ameur

L’article essaie de répondre aux questions relatives au sujet de la traduction en sciences sociales. Ainsi, le traducteur doit prendre en considération la pluralité des langues, les modes de transmission et d’écriture et les particularités de chaque pays. En effet, l’auteur pense que la traduction d’œuvres des sciences sociales exige un triple niveau de compétences, à savoir des compétences linguistiques dans la langue cible et la langue source, la spécialisation dans un champ de recherche particulier ainsi que des compétentes littéraires.

C’est par ailleurs la question de la circulation des textes en Europe qui est ici traitée ; cette circulation fait face à plusieurs obstacles. Un premier obstacle est d’ordre financier du fait que les petites maisons d’éditions ne sont pas bien soutenues aussi bien qu’en France que dans de nombreux pays. Un deuxième obstacle est d’ordre politico-juridique essentiellement pour les articles dans les domaines de sciences politiques et économiques. Un autre problème d’ordre linguistique présente également un obstacle surtout pour les langues minoritaires face au langues dominantes comme l’Anglais et ce selon les statistiques présentées et affichées dans l’article.

Aussi, la circulation des textes en sciences sociales se heurte-t-elle à un problème de fragmentation vu qu’on a tendance à se tourner vers un public centralisé.

À cet effet, un manifeste lancé en 2009 estime que la circulation des textes et des idées est encore très limitée et ce selon les statistiques du site www.culture.gouv.fr. Selon les signataires du manifeste, les institutions doivent privilégier le co-linguisme dans le cadre de la diffusion du savoir mais aussi accorder une grande importance à la traduction.

Selon l’auteur, il existe une idée/solution qui est entrain d’être favorisée : celle de l’intégration de la traduction à la formation des chercheurs pour éviter les malentendus que peuvent produire les linguistes non spécialistes. Par ailleurs, une autre idée semble être défendue par les universitaires qui consiste à former un binôme entre le traducteur et le chercheur spécialisé.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.