Travaux de l'École d'été euro-arabe 2017

Compte-rendu de « Parlons du traducteur : rôle et profil », Marie-Hélène Catherine Torres rédigé par Dhiaeddine Bendal Braham

Compte-rendu de l’article « Parlons du traducteur : rôle et profil », Marie-Hélène Catherine Torres, in Traduire, n°227, p.53-61, 2012. URL : http://traduire.revues.org/479

Par Dhiaeddine Bendal Braham 

Dans l’article intitulé « Parlons du traducteur : rôle et profil », l’auteur cherche à établir un portrait sur le traducteur, son rôle, ses méthodes ainsi que sa présence dans ses productions. Pour cela, elle se base sur plusieurs études de différents chercheurs sur les traducteurs et leurs produits afin de répondre à de nombreuses questions ; qu’est-ce qu’un traducteur ? Quel est son rôle ? Et comment procède-t-il ?

Pour connaître le procédé de la traduction, l’auteur s’intéresse au désir d’anthropophagie du traducteur et de ses méthodes d’annexion de l’auteur étranger qu’il traduit ; elle avance alors l’hypothèse que toute traduction est anthropophage, en faisant allusion au rituel brésilien qui consiste à dévorer la culture étrangère, l’absorber et la digérer. Selon l’auteur, toute traduction est donc un acte anthropophage par absorption du texte source et création du texte traduit, dans ce cas, le traducteur devient à son tour auteur.

Ensuite, on parle de méthodes d’annexion et de révélation de l’auteur étranger, par rapport aux degrés d’anthropophagie qui diffèrent d’une traduction à une autre, suivant trois façons de traduire, à savoir :

  • Une traduction naturalisée : dans laquelle, la distance entre le monde fictionnel étranger et le lecteur local est minimisée.
  • Une traduction exotisée : en favorisant une certaine innovation de la langue d’accueil, ainsi que l’élargissement de la culture accueillante.
  • Une traduction compromise entre naturalisée et exotisée.

La traduction des best-sellers, en privilégiant la familiarité et le langage courant reconnaissable par la société d’accueil inflige, ce que l’auteur appelle, l’invisibilité du traducteur et la transparence de la traduction.

Pour ce qui est du rôle du traducteur, l’auteur part de l’idée qu’un traducteur a le pouvoir de révéler l’auteur étranger, et d’établir des relations entre les deux cultures, locale et étrangère. En traduisant un texte étranger, le traducteur le rend accessible dans une autre langue et donc dans une autre culture, on parle ainsi d’une appropriation du texte traduit, mais aussi d’une mobilité et d’une déterritorialisation de la littérature car cela mène à déplacer le texte dans le temps et dans l’espace.

Finalement, pour dresser le profil d’un traducteur l’auteur propose une approche constituée de deux méthodes croisées ; la théorie d’anthropophagie en complémentarité avec la théorie descriptive, qui consiste à étudier les modèles, les stratégies et les tendances suivies par le traducteur.

Pour notre part, nous pensons que l’auteur aurait dû faire le point aussi, sur le cas des textes traduits ne subissant ni une mobilité ni une déterritorialisation, tel est, à notre avis, le cas dans certains pays où plus d’une langue sont pratiquées. Dans ce cas, le texte change de langue sans changer de culture, donc sans changer de pays, et par conséquent la présence du traducteur dans le texte n’est pas perçue.

Cite this article as: Léda Mansour, "Compte-rendu de « Parlons du traducteur : rôle et profil », Marie-Hélène Catherine Torres rédigé par Dhiaeddine Bendal Braham," in Orients Occidents مشارق ومغارب, 16/10/2017, https://orientsoccidents.hypotheses.org/268.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.