Travaux de l'École d'été euro-arabe 2017

Compte-rendu de l’article « Traverser une expérience traumatique», Elena Mazur, réalisé par Nancy Karout

Elena Mazur, Traduit du russe par Natalia Glebova Robinem, traverser une expérience traumatique, Collège européen de Gestalt-thérapie, 2014, Cahiers de Gestalt-thérapie  N°32, PP 100-115

 « Le trauma, lorsqu’il est résolu, est un cadeau merveilleux qui nous ramène au monde naturel du flux et du reflux, de l’harmonie, de l’amour et de la compassion » (Peter Levine, 1997, p. 21 (46 en fr.)

 

Durant notre vie, nous sommes confrontés à plusieurs situations difficiles mais parfois inévitables. Qu’elles soient extrêmement intenses comme les tremblements de terre et les incendies ou d’intensité ordinaire tels que le divorce et les maladies, ces situations provoquent un trauma psychique. Dans cet article, l’auteure donne un aperçu de la thérapie somatique du trauma psychique, une méthode intégrée dans l’approche gestaltiste, tout en se basant sur son expérience en pratique individuelle ou dans son travail au centre national de recherches en psychiatrie Serbski (Moscou).


Le trauma est défini par l’auteure en tant que réaction faite par l’homme à un événement lui causant un déséquilibre au niveau psychique et une certaine dissociation entre lui et le monde qui l’entoure. Il existe plusieurs types de traumas tels que le trauma du choc, le trauma émotionnel et celui du développement. Le traumatisme qui se vit comme un « ébranlement » à plusieurs niveaux se manifeste à travers des symptômes émotionnels, comme le chagrin ou comportementaux comme les flashbacks, les douleurs.

Avant d’expliquer le travail gestaltique avec le trauma, l’auteure évoque quelques concepts de base de la gestalt-thérapie cités par Mazur en 2003: le concept de gestalt comme cycle de l’expérience et les mécanismes de son interruption, le concept de situations inachevées et la notion d’auto-régulation organismique. Mazur élabore le mécanisme de formation du trauma en expliquant « l’inachevé » qui, selon elle, se caractérise par un déchargement de la tension, une accumulation de l’issue, une limitation de la spontanéité de la réaction, une fixation de l’expérience passée, des sentiments ayant besoin d’être vécus mais également être remplacés par une autre expérience positive ou un sentiment positif comme la gratitude et le pardon.

Suite à cette partie consacrée à l’explication du processus de traversée et d’achèvement d’une expérience traumatique, l’article expose diverses techniques utilisées par la Gestalt Thérapie permettant d’achever l’expérience traumatique à différents niveaux : mental, émotionnel et corporel. De ce fait, l’auteure élabore l’idée principale de l’article et la thérapie somatique des traumas basée sur l’auto-régulation organismique au niveau du corps (Perls, 1951). Elle parle des fondements de cette approche élaborée par un spécialise américain, Peter Levine (1996, 1997) et introduite en Russie Par John Ingle, un disciple de Levine. Levine souligne que le trauma « vit dans le corps » et c’est dans le corps qu’il faut chercher l’accès à celui-ci, tout comme une voie de guérison (Levine, 1997).

Afin d’éclaircir ses propos, l’auteure explique les symptômes de base pour les traumas décrites par la thérapie somatique et résumés par l’hyperactivation (respiration accélérée, attaques de panique) l’impuissance (épuisement, abattement), la dissociation du corps et de la conscience, la constriction (immobilisation). Il existe d’autres symptômes qui sont les dérivés de ceux-là. Citons, entre autres, la peur, la sensibilité extrême, l’incapacité d’aimer, les phobies, les dépressions ainsi que d’autres symptômes psychosomatiques comme les maux de tête, les troubles digestifs et les douleurs au cou etc.

L’auteure s’appuie sur l’explication de Levine de la formation des symptômes traumatiques qui selon lui, se créent suite à une réaction corporelle inachevée au niveau physiologique dans le sens où le système nerveux mobilise une énergie arrêtée d’hyperactivation afin de permettre les réactions de défense interrompues.

Pour donner une perspective plus pratique à son étude, l’auteure cerne la thérapie somatique du trauma et revient à la notion d’auto-régulation : une capacité liée aux ressources et à la perception positive de soi vu qu’ils créent une certitude intérieure de la capacité de surmonter un événement traumatisant. Ensuite, elle rapporte ce que croit Levine à propos de la guérison du trauma. Ce dernier trouve qu’il n’est pas indispensable de fouiller dans les souvenirs du passé et de les ranimer car la forte douleur créée pourrait amener à une retraumatisation. Il est donc indispensable, selon lui, de renforcer les profondes ressources corporelles de l’homme et de les utiliser délibérément. Cela pourrait lancer les processus guérisseurs d’auto-régulation qui permettent de résoudre le trauma. Pour le faire, il est indispensable que le thérapeute doit maintenir une présence empathique et compatissante avec le patient (Levine, 1997).

Suite à cette partie, l’auteure nous invite à s’attarder sur les méthodes utilisées dans la thérapie somatique et plus précisément la méthode de «Somatic Experiencing » qui suppose un travail ininterrompu sur les sensations corporelles : les scanner, les nommer, les tracer et en prendre conscience mais sans les interpréter ni essayer de les changer. La libération de l’énergie apparue lors de la rencontre avec l’événement traumatique, le rétablissement de l’intégrité ainsi que la quête importante des ressources intérieures et personnelles, font réveiller les processeurs guérisseurs et les réactions à l’événement traumatique peuvent prendre fin.

En guise de conclusion, dans « la somatic experiencing », il ne s’agit pas de revivre le traumatisme, mais de le « renégocier » en transformant les sensations physiques qui y sont liées. Elle propose donc de résoudre le traumatisme dans son corps pour être mieux dans sa tête. Puisque le trauma n’est pas une condamnation à vie, et puisque nous possédons dans notre corps une capacité instinctuelle à transformer avec l’aide du thérapeute les traces du trauma, cette méthode est conseillée.

Finalement, cette méthode nous permet de voir le beau dans la résolution d’un trauma.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.