Travaux de l'École d'été euro-arabe 2017

Compte-Rendu de l’article « Les fake news au prisme des théories sur les rumeurs et la propagande », Florian Dauphin, réalisé par Aïsha Alhumaidan

Mots-clés : Fakes news, Rumeurs, Propagande, Désinformation , Réseaux sociaux, Théories du complot

Introduction

À la suite de deux événements politiques ayant lieu en 2016 : l’élection du président des États Unis Donald Trump et le référendum pour le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne Brexit dont les résultats ont choqué le monde, le terme de « fake news » a eu sa place à grande échelle. Interprétée par plusieurs sens conformément à ses usages, cette expression reste confuse, inconnue et presque employée comme synonyme de « rumeurs ».

Au cours de cet article, l’auteur étudie ce sujet à la lumière des anciennes recherches sur les rumeurs et la propagande afin de construire une idée claire et de trouver une définition valable.

En guise d’exemple, selon le Center for Near Earth Objects Studies du Jet Propulsion Laboratory de la NASA, un tout petit astéroïde se dirige tout droit en direction de la Terre. Son arrivée sur Terre est prévue autour du 2 novembre, soit la veille de la prochaine élection présidentielle américaine. Selon le Center, un astéroïde se dirige tout droit en direction de notre planète et pourrait venir s’y écraser cet automne. Toutefois, sa taille ne fait pas courir de réel danger. L’objet céleste baptisé 2018VP1 mesure 2 mètres sur 91 centimètres, et pèserait environ 15 kilos. Il a été identifié pour la première fois à l’observatoire Palomar de Californie en 2018.

La Nasa ajoute que « Les chances de nous percuter ne sont estimées qu’à 0,41% ». Certains Américains voient en tout cas dans la date prévue un symbole fort.

1- LES FAKE NEWS AU PRISME DES THÉORIES SUR LES RUMEURS

1.1. Fake News sont-ils des rumeurs ?

Parallèlement à la révolution de la presse, les rumeurs constituent un défi politique et une question à traiter depuis plus d’un siècle ; les rumeurs elles-mêmes et les fausses nouvelles vont de pair. Pour Kapferer (1987), les rumeurs circulées par le mode de communication verbale sont le plus ancien moyen d’information. Un cas a été examiné par William Stern à 1902. Après la seconde guerre mondiale, ce sujet est désormais un enjeu scientifique. Allport et Postman, deux psycho-sociologiques (1945), étudient les étapes par lesquelles la transmission de la rumeur a été mise en place : réduction, accentuation et assimilation. À Noter que certaines critiques ont été évoquées (Bloch, 1999 ; Reumaux, 1996). De même, des études (Dauphin, 2002 ; Taïeb, 2001) cherchent, avec l’expansion d’internet en France, le rôle du nouveau média à cet égard. De fait, il semble que le contenu des rumeurs transmises traditionnellement ou électroniquement est autrefois pareil (Rouquette, 1994).

Une différence notable c’est qu’une nouvelle sorte des rumeurs ont été créées : la rumeur informatique, surtout sur les virus. En plus, elles avaient pour but de désinformer tout en utilisant les moyens les plus modernes tel que : les réseaux sociaux notamment le WhatsApp. L’engagement en ligne des contenus informatifs fait partie de ce qu’on appelle « fake news ». Pour Bronner (2013) les fake news constituent un désordre de l’information cognitive. Il est probablement évident que les RSN encourageraient « l’entre soi » (Pariser, 2011) et « la polarisation » (Sunstein, 2017).

2.1. Plusieurs termes pour un seul sens

Fake news, fausse nouvelle et rumeur ne sont pas fortuits. Bien entendu ces rumeurs s’accroissent encore lors des élections présidentielles afin de créer une propagande politique (Ellul, 1990). Ainsi où cas où une « rumeur » accompagnée par l’intention de léser, le terme « fausse nouvelle » prend le sens de « rumeur provoquée » afin de transmettre un message faux. C’est récemment le cas de Marine Le Pen, durant le débat du second tour de 2017, quand elle fait elle-même allusion à un compte offshore aux Bahamas qu’aurait son adversaire Emmanuel Macron. Le « Fake News » donc est le fait d’inventer des informations qui ont l’air vraies dans n’importe quel domaine : politique, économique, social etc., par une ou plusieurs sources pour tromper le peuple et exercer la pression en vue de servir ses intérêts.

3.1. Qu’en est-il de la spontanéité ?

Une question fondamentale dès lors est à poser : comment distinguer les « rumeurs provoquées » et les « rumeurs spontanées » tandis que la première source est inconnue. C’est particulièrement le cas des légendes urbaines (Renard, 1999)  Des « rumeurs spontanées » ne sont pas classifiées dans la famille des Fake News. Il est impossible de trouver un témoin qui nie ou justifie l’annonce d’autant qu’on a toujours reporté ce qu’on a relayé avec les expressions suivantes : « on dit… » ou « l’ami d’un ami ». Ainsi la façon narrative  touche évidemment l’histoire (Rouquette, 1990). A l’inverse, les fake news déclarent souvent leur source. L’implicite dans le cas des rumeurs est donc en faveur de la propagande politique.

A l’origine l’expression de Fake News signifie les rumeurs provoquées pourtant ce n’est pas le cas de l’incendie de Notre Dame à Paris 15 Avril 2019, immédiatement contesté par l’Agence France Presse. La majorité ne pense jamais à l’accident : elle croit aux théories du complot. Une fois que les rumeurs spontanées circulées par un homme politique : il est temps de les définir comme une propagande.

En s’appuyant sur la définition mentionnée  ci-haut des « Fake News », il semble que la spontanéité n’a pas sa place. Certaines rumeurs sont nourries par des vérités afin d’être acceptables. Selon Fargette « Les rumeurs spontanées naissent d’événements fortuits, mal interprétés et déformés, ou purement imaginaires. Par son effet rassurant et explicatif, la rumeur répond à la perplexité de la population » (2007, 313).

4.1. Fausses nouvelles et rumeurs : crédibilité, réalité et mensonge

Il est indéniable que les fausses nouvelles et les rumeurs doivent être rationnelles afin que leur objectif d’avoir une popularité soit réalisé. Contrairement à l’acception du sens commun, ce qui définit la rumeur n’est pas la fausseté du contenu mais le fait que l’information va à l’encontre de l’information officielle. Ainsi, l’enjeu consiste à vérifier la source d’une rumeur ; Une rumeur devient vraie alors elle est une information. Par conséquent, le critère de vérité n’est pas pertinent pour définir une rumeur (Morin, 1982). Certaines rumeurs peuvent devenir des «prophéties auto-réalisatrices » au sens de Merton (1953), c’est le cas par exemple de certaines rumeurs de virus informatiques (Dauphin, 2002). Ainsi, ce que l’on définit par vrai et faux d’un point de vue pratique est plus complexe.

2- LES FAKE NEWS AU PRISME DE LA PROPAGANDE

L’étymologie du terme propagande passe par plusieurs phases jusqu’ce qu’il prend enfin un nouveau sens politique durant la Révolution française, en qualifiant les moyens d’influencer l’opinion publique.

Les notions de « rumeur », de « propagande » et de « fake news » ont évidemment des points communs sinon la propagande comporte le sens de la rumeur tant que la dernière peut être spontanée et ciblée. C’est pourquoi Fargette (2007) remarque que : « répandre ou exploiter des rumeurs à des fins propagandistes devient facile par le fait qu’une rumeur reste une information anonyme transmise oralement, dont le temps et le lieu demeurent aussi anonymes ».

Beaucoup d’experts sont convaincus par l’effet de la propagande sur les aspects psychologiques : « la propagande est une sorte de maîtriser l’auditeur au niveau psychologiques tout en le garde inconscient ». Ainsi, Ellul insiste sur le rôle de la technique sur l’influence sociale et sur la construction de l’opinion publique. Par examiner le concept de la propagande par rapport à la démocratie, les analystes voient qu’en démocratie comme en dictature, les techniques de propagande sont toujours existantes. Ainsi, « la propagande est dans le monde actuel une nécessité à laquelle il n’est guère possible d’échapper ». En effet, on distingue deux types de propagande : la « propagande politique » et la « propagande sociologique ».

De fait, on continue à mettre l’accent sur les distinctions entre la propagande et les Fake News à l’égard de leur façon par laquelle ils se déclenchent : la propagande se déploie verticalement or avec les RSN peut devenir horizontale, alors que les fausses nouvelles et la rumeur se transmettent horizontalement. La propagande et les Fake News ont l’air d’une opération institutionnelle et bien organisée comme le cas de (Trump, le Brexit). Au contraire des fausses nouvelles peuvent être publiées par hasard sans aucun intérêt de tromper. Au-delà, la rumeur risque parfois de nuire aux puissants mais la propagande se fait souvent au profit des dominants. Au sujet du mode de diffusion ; la propagande s’appuie sur les médias traditionnels tandis que les Fake News s’agissent uniquement aux informations répandues sur internet et les RSN.

1.2. L’impact des Fakes News par rapport aux fausses nouvelles et à la propagande :

 Est-ce que les médias sont toute-puissants ? 

Selon Lasswell les « effets directs » réalisés par les médias ont le même effet de celle d’une « seringue hypodermique ». On s’accorde pour dire que la propagande existe plutôt au sein des dictatures où l’information est aux mains du gouvernement. Tandis que les Fakes News se propagent au sein des démocraties pluralistes où l’information publiée par des médias publics et privés. Avec le numérique moderne, on peut considérer les fausses nouvelles en démocratie comme une propagande tant qu’ils s’impliquent dans la manipulation de l’opinion publique par des mensonges ou de la désinformation.

 

            De même, l’efficacité faite par certaines propagandes ou Fake News ne signifie pas nécessairement qu’ils sont tout-puissants quelles que soient leurs propriétés technologiques ; ils sont à double tranchant en risquant de se retourner contre leur auteur.

Conclusion :

            Le modèle le plus récent est la fonction de « deepfakes » (qui peuvent être déchiffrés comme des hypertrucages), une procédure de fusion dépendante de « la force de l’intelligence artificielle » pour contrefaire des enregistrements, en faisant dire à quelqu’un des phrases qu’il n’a pas exprimées, en refaisant sa voix, ou remplacer un visage par un autre. Confrontés à la taille de l’infox, les monstres Internet (GAFAM) sont encouragés à agir compte tenu des courses de 2020 aux États-Unis. Ainsi, quelle que soit l’importance accordée et les réactions que l’on peut contredire à cette pensée, incontestablement la prédominance des fausses nouvelles les rend performatives : elles préparent des artistes (chroniqueurs, législateurs, avocats, GAFAM, instructeurs, etc.), des causeries et des pratiques. Cela devrait être considéré.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.