Travaux de l'École d'été euro-arabe 2017

Compte-rendu de l’article “Traduire le culturel : la problématique de l’explicitation », Marianne Lederer, réalisé par Fatemah Bafaqeeh

Mots clés :  Traduction, Culture, Lecteur

Dans le domaine de la traduction, on pose toujours cette question : comment doit-on traduire la culture ?

Cet article discute la problématique de l’explicitation qui est un procédé de traduction. L’auteur pense que l’explicitation du culturel est, en traduction, un procédé d’adaptation au lecteur étranger. Pour démontrer son idée, elle donne des exemples de romans où le traducteur emprunte des mots sans expliquer le sens ni chercher le sens des mots dans la langue cible (vers laquelle on traduit).

Le premier exemple est un extrait d’un roman indien (A Suitable Boy) écrit en anglais par Vikram Seth qui est bi-culturel (les cultures indienne et britannique). On remarque dans le roman la répétition des termes indiens empruntés en anglais et la manière dont leur référent est explicité au cours du texte dans une narration qui permet petit à petit à un lecteur au départ ignorant de la culture indienne de comprendre et de ressentir cette culture.

L’écrivain mentionne les aliments dans le mariage en Grande-Bretagne qui sont des plats indiens. Il garde leurs noms indiens, il ne les a pas remplacés par des canapés et des petits fours salés et sucrés, connue en Grande-Bretagne.

« Servants, some in white livery, some in khaki, brought around fruit juice and tea and coffee and snacks to those who were standing in the garden : samosas, kachauris, laddus, gulab-jamuns, barfis and gajak and ice-cream were consumed and replenished along with puris and six kinds of vegetables ».

On voit qu’il n’explique pas les (samosas, kachauris, laddus, gulab-jamuns, barfis and gajak). Il pense probablement que le lecteur va comprendre qu’il s’agit d’un type d’aliment ; lorsque l’écrivain mentionne les aliments dans le jardin. Cela peut donner une « impression » sur l’entrée de la culture indienne dans la culture britannique.

Selon l’auteur, la traduction de la culture doit rétablir un dosage adéquat entre l’implicite et l’explicite, qui vise à faire passer autant de l’original que possible. De plus, la compréhension, qui ira en s’approfondissant au fil de la lecture, lui rendra les faits culturels de plus en plus accessibles. Donc, le traducteur peut s’inspirer de la manière dont cet écrivain fait passer son message et faire attention au dosage de l’implicite et de l’explicite, au lieu de traduire chacun des éléments linguistiques.

Le traducteur du roman en français, Françoise Adelstain, a adopté cette méthode, car avec la séquence des événements, le lecteur comprend le sens du mot.  Elle a emprunté des mots d’origine indienne, par exemple la nourriture au mariage, et a fait un tableau à la fin du chapitre expliquant le sens de ces mots au lecteur français, qui connaît moins la culture indienne que le lecteur anglais.

L’auteur estime que l’examen des œuvres d’auteurs bilingues est enrichissant et que l’étude de la traduction à partir de la culture des langues lointaines s’est également avérée fructueuse. Lorsqu’un traducteur lit des traductions dans des langues qu’il ne connaît pas, il se met à la place du lecteur et il peut comprendre ou non ce qui est lié à la culture. Et les chercheurs en traduction notent qu’il peut y avoir un manque de méthodes d’explication. Où, dans le même texte, il peut recourir à des changements inutiles et à des ambiguïtés qui auraient pu être clarifiés.

Lederer estime que parfois l’explication est inutile, tandis que d’autres sont nécessaires. Un exemple tire d’un roman de l’écrivain coréen Hwang SunWon (le vieux potier) où le traducteur a expliqué et n’a pas fait une traduction littérale.

« Alors, à l’automne, c’est l’apprenti qui avait fabriqué les pots de terre, des petits et des grands, des jungong, des tongong, des banong, des mossegui*, pour faire une dernière fournée avant l’hiver ».

En effet, les traducteurs ont eu raison d’emprunter au coréen les noms des poteries plutôt que de leur chercher des correspondances en français. Ils ont cependant ressenti le besoin de décrire la forme des pots. Si l’on se reporte à la note du traducteur :

« *les jungong sont de grands pots que l’on place au centre du four, les tongong sont des pots de grosseur moyenne, les banong sont plus petits (la moitié des tongong) ; les mossegui sont des jattes à pied court ».

Les traducteurs ont ici, d’une part, sous-évalué la capacité des lecteurs de tenir compte du contexte pour surmonter une ignorance ponctuelle et d’autre part, surévalué, par rapport à la visée de la nouvelle, la nécessité d’expliciter.

Ensuite, l’auteur compare le traducteur anglais et le traducteur français, car les objectifs de la traduction peuvent différer en donnant des exemples tirés d’une œuvre chinoise au XVIIIe siècle (Le Rêve dans le pavillon rouge). Le texte anglais se contente des adjectifs de couleur courants : scarlet, red, greenish yellow. Cependant, le texte français, en traduisant les motivations des mots chinois : couleur rouge dite sang de singe, brun dit parfum d’automne, explicitent la langue du texte.

On voit là encore deux visées différentes qui affectent la transmission du culturel : la traduction anglaise donne vie en anglais à un roman chinois célèbre pour le faire connaître à un maximum de lecteurs ; à l’opposé, les traducteurs de la Pléiade, s’adressant à un cercle restreint de lecteurs érudits, s’efforcent de leur faire percevoir la façon dont fonctionnent la langue chinoise et, à travers elle, la civilisation chinoise.

En guise de conclusion, Lederer résume son point de vue par quatre remarques. D’abord, La traduction est communication et la communication qui transmette une bonne part de la culture de l’Autre. Ensuite, le traducteur ne doit pas oublier qu’il traduit pour un lecteur qui réagit au texte et dont le bagage cognitif est sans cesse élargi et remanié par sa lecture. De plus, l’importance d’un fait culturel et la nécessité de son exploitation doivent toujours être pesées par rapport à l’ensemble de l’œuvre ; certaines explicitations détournent le lecteur de l’œuvre elle-même et de sa visée. En revanche, les faits culturels dont l’ignorance empêcherait de comprendre le déroulement du récit devront nécessairement être explicités. Enfin, toutes les traductions ne peuvent pas être jugées selon les mêmes critères, car toutes ne sont pas faites dans la même optique. Différentes versions peuvent coexister, qui satisferont, pour des raisons différentes, des lecteurs différents.

Référence papier

Marianne Lederer, « Traduire le culturel : la problématique de l’explicitation », Palimpsestes, 11 | 1998, 161-171.

Référence électronique

Marianne Lederer, « Traduire le culturel : la problématique de l’explicitation », Palimpsestes [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 04 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1538 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palimpsestes.1538

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.