Biographie de Khadija ALZAHRANI par Feriel RAIS

Khadija ALZAHRANI est une jeune mastérienne en traduction de la langue française, de 28 ans, résidente à Riyad. Elle a eu la joie et le plaisir de nous faire partager son parcours universitaire. C’est après l’obtention de son baccalauréat et une formation en infographie, qu’elle a décidé d’intégrer l’Université de la Princesse Noura (PNU) afin d’y préparer une licence en traduction en 2010. A la suite de sa graduation, elle a occupé pendant 2 ans le poste d’enseignante-assistante dans la même université. En 2018, Khadija ALZAHRANI a souhaité approfondir ses connaissances en matière de traduction. Ces raisons l’ont amenée à préparer un master en Traductologie, cette fois-ci, à l’université du Roi SAOUD (KSU).     

Passionnée par la traductologie, elle s’intéresse actuellement à la thématique de « l’auto-traduction ». Sujet qu’elle définit comme étant « la traduction d’une œuvre littéraire faite par son écrivain ». Contrairement à la traduction faite par un traducteur, cette technique positionne l’écrivain en traducteur. En second auteur, il se voit réécrire une seconde œuvre dans une autre langue. Afin de bien mener cette recherche, Khadija nous a expliqué qu’en dehors des capacités linguistiques de l’auteur, il lui est nécessaire de connaître l’univers culturel qui englobe la langue cible. Ce sont les compétences littéraires par ailleurs linguistiques de l’auteur qui sont mises à l’épreuve. Le but étant de dépeindre le paysage le plus proche de la réalité du lecteur cible. Ainsi, le lecteur cible a une meilleure compréhension du message renvoyé par l’auteur.

Au vu de notre vif intérêt pour sa thématique de recherche, nous avons profité des circonstances afin qu’elle nous éclaire plus sur cette technique de traduction. Nous nous sommes alors demandé si l’écrivain s’accordait la liberté de changer des passages de son œuvre au cours du processus d’auto-traduction ?

Pour nous éclairer, elle précise : « en effet, par cette technique, les écrivains ont la possibilité de modifier, adapter des passages de leurs œuvres. De façon à accommoder son message à l’univers du lecteur cible ». C’est l’écrivain saoudien Ahmed ABU DAHMAN qui lui servit d’exemple. Khadija ALZAHRANI nous apprend que contrairement à son œuvre La ceinture (2000) où il cite « des versets du Coran » dans un passage, la version française du livre, comporte à la place des citations « d’auteurs célèbres occidentaux ». Par ces arguments, elle nous a convaincu de la pertinence et de l’indispensabilité du bilinguisme de l’auteur dans un pareil contexte.

Pour clore notre interview, nous avons souhaité connaitre les perspectives académiques de la mastérienne. Elle nous a déclaré son fort souhait de poursuivre un doctorat en Traductologie, s’articulant autour de l’auto-traduction, dans une université française.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.