Biographie de Amjad AlHarbi par Nancy Karout

Traductrice, mère et mastérienne, Amjad Al Harbi a pris le plaisir de nous raconter son parcours académique, ses études, ses intérêts et ses rêves. Lors de l’entretien, nous nous trouvons face à une personne ambitieuse et persévérante.

A l’âge de 18 ans, elle choisit de commencer ses études en traduction. En lui posant la question du choix particulier de ce domaine, elle explique qu’elle est une personne calme qui préfère travailler en silence sans être obligée de faire des contacts quotidiens avec d’autres personnes et son travail en tant que future traductrice lui permettra de répondre à ce besoin.

Au bout de sa licence, qui a duré cinq années au sein de l’université du roi Saoud, la jeune traductrice s’est engagée dans un Master de recherche sur la traduction des albums de littérature de jeunesse. Ces études lui ont ouvert la grande porte pour aller de l’avant et s’interroger sur les livres traduits par des arabophones et surtout des égyptiens comme Kamel Al Kilani et Adel Al Ghadban, qui ne citent pas les noms des auteurs originaux des contes. En plongeant dans sa recherche, elle remarque que ces derniers utilisent plusieurs stratégies dans la traduction : rester fidèle au texte initial mais en changeant quelques mots considérés inappropriés au contexte arabe et musulman ou changer le texte et même ajouter un dialogue afin de l’adapter et le rendre plus attrayant pour les enfants.

A travers son mémoire, Amjad trouve qu’on devrait être fidèle au texte initial avec un minimum d’adaptation mais sans oublier de citer le nom de l’auteur.

Il y a trois ans, la jeune mastérienne se marie et accouche d’un garçon qui devient toute sa vie. Ses lectures d’albums à son fils lui permettent de découvrir que certains contes arabes ressemblent beaucoup aux contes de Charles Perrault mais cela n’est ni noté ni avoué par les auteurs de ces contes. Amjad continue encore à poser ses questions et à lire davantage pour faire ses propres analyses et conclusions sur le sujet qu’elle a choisi.

Comme dans tout projet de recherche, Amjad a rencontré plusieurs contraintes et obstacles durant ses années de recherche. Elle nous explique qu’elles sont dues tout d’abord à la difficulté liée au temps estimable qu’elle consacre à la lecture et l’écriture, surtout que son fils est encore bien jeune et dépendant d’elle. D’autres difficultés concernent la maîtrise de la langue française surtout qu’elle a commencé à apprendre le français à l’âge de 19 ans.

Au terme de cette entrevue, la jeune mère révèle qu’en dehors de ses recherches, son travail de mémoire et son activité professionnelle, elle essaie de trouver du temps pour se consacrer à d’autres activités de loisirs et de détentes, telles que regarder des films documentaires et danser.

A la fin de l’interview, la chercheuse nous dit qu’elle rêve de travailler en libéral et se mettre à la traduction de contes et surtout d’albums de littérature de jeunesse.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.