Biographie de Nada Eshtaiwi par Alper Isik

Jeune traductrice saoudienne, habite à Riyad, j’ai le plaisir de vous présenter Nada Eshtaiwi. Elle fait toute sa carrière en Arabie Saoudite mais elle est d’origine palestinienne. Son aventure académique commence à l’Université de Roi Saoud dans le domaine de traduction. Après avoir obtenu une licence, elle a continué son master en traductologie à la même université. En plus, elle travaille depuis 5 ans en tant que professeur assistante à l’université Princesse Noura.

Nada s’intéresse généralement à la littérature, à la linguistique, à la traduction et à la traductologie. Elle a beaucoup d’expériences en France et la langue française parce qu’elle a fait plusieurs stages dans des villes universitaires de France comme Paris, Tours, Besançon, Strasbourg etc. Ces expériences ont renforcé soon lien avec la langue française. Pour élargir ses perspectives, elle voudrait bien partir au Canada pour des études doctorales.

Son sujet de mémoire est « La traduction des culturèmes dans les romans féminins saoudiens » qui associe littérature et traductologie. Nada a choisi un roman saoudien qui pose beaucoup de questions sur les problèmes socio-culturels des femmes saoudiennes et constitue un terrain important pour l‘étude des culturèmes. « Culturèmes » est un concept qui a été créé par les traducteurs pour designer le caractère culturel de certains mots qu’ils peinaient à transférer d’une langue à une autre. Précisément, dans le roman saoudien « les Filles de Riyad », ce concept est opératoire puisqu’il existe des difficultés de transfert de l’arabe vers le français.

En faisant toute sa carrière brillante académique, Nada a pu également fonder une famille. Elle est mariée et a trois enfants qui s’appellent Sultan, Lana et Linda. Sultan est l’aîné. Lana et Linda sont jumelles : « Ils sont les trois perles de ma vie » dit-elle. À l’avenir, elle a la volonté de continuer ses recherches scientifiques en traductologie, parce qu’elle pense qu’il faut produire des nouvelles ressources scientifiques pour la langue arabe : « L’élaboration du mémoire n’était pas facile parce que les ressources ne sont pas suffisantes » affirme-t-elle. J’espère qu’elle comblera les lacunes dans ce domaine avec ses travaux scientifiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.