Provincializing Europe, Dipesh Chakrabarty

Dipesh Chakrabarty est l’un des fondateurs de la série Subaltern Studies, dont le premier volume parut en 1982 et fut l’un des principaux vecteurs du courant historiographique éponyme, attaché à explorer l’histoire des groupes jusque-là ignorés par l’histoire académique : les sociétés colonisées en particulier, avec des sources issues de ces sociétés. La part théorique, toujours articulée à de précises études de cas dans l’histoire du sous-continent indien en général et du Bengale en particulier, est prépondérante dans son travail général comme dans Provincializing Europe.

 

Le livre de D. Chakrabarty se présente comme un ouvrage à deux volets, l’un plus théorique, l’autre présentant des études de cas déclinant l’expérience de la modernité en Inde – un thème sur lequel il est depuis revenu dans Habitations of Modernity : Essays in the Wake of Subaltern Studies (2002). C’est cette expérience qui rend possible l’objectif exprimé par la formule-choc de « provincialiser l’Europe », en particulier en revenant sur ce que D. Chakrabarty appelle « historicisme » : l’idée selon laquelle pour comprendre un phénomène tel que la modernité (« le règne d’institutions modernes telles que l’État, la bureaucratie et l’entreprise capitaliste », p. 4) celui-ci doit être envisagé comme une unité et dans un développement historique unilinéaire suivant le plus souvent le modèle européen. L’examen qu’en fait l’auteur adopte deux approches théoriques distinctes.

L’une est « analytique », et examine la théorie marxiste qui a tendu à historiciser le phénomène de la modernité lié au développement du capitalisme, pour en faire un phénomène de transition unilinéaire sur le modèle du schéma réalisé en Europe. Dans ce cas, toute différence de trajectoire entre l’Europe et d’autres sociétés est analysée en termes de manque. Les sociétés colonisées qui ne suivent pas la trajectoire européenne ou dont certains éléments sembleraient s’en distancer sont alors caractérisées comme retardataires. D. Chakrabarty pointe ici l’appropriation du concept de modernité par l’entité « Europe », et y voit un phénomène à part entière de l’histoire de l’impérialisme européen, renforcé par les discours modernisateurs des nationalismes du Tiers-monde. Une relecture de Marx permet à l’auteur de concevoir deux types d’histoires : une « histoire 1 » qui suit le schéma marxiste classique et conçu comme universel, et une « histoire 2 » permettant à l’historien de faire place aux autres manières de vivre la modernité, aux résistances, aux expériences en marge de la modernité mais néanmoins contemporaines de celle-ci (p. 71). En bref, une histoire qui fait place aux singularités de chaque société.

L’autre approche est définie par l’auteur comme « herméneutique », inspirée par la démarche heideggérienne. Elle s’intéresse à l’histoire des expériences particulières que revêt la modernité chez les groupes subalternes, et que la science historique « historiciste » ne peut prendre en compte parce que cette histoire inclut aussi des éléments hors de la modernité, comme les dieux ou les esprits. Cette deuxième partie est construite autour de quatre études de cas dans l’histoire du Bengale à l’époque de la colonisation britannique et dont les sources sont essentiellement littéraires.

L’une de ces études s’intéresse à la constitution de la veuve en catégorie sociale au Bengale à l’époque coloniale, à l’occasion de la lutte contre la pratique de la sati[1] et contre le statut inférieur de ces femmes. D. Chakrabarty y voit la naissance d’un sujet subalterne moderne combinant la raison (un élément classique de la modernité selon le schéma européen) avec des qualités divines et des pratiques collectives non modernes : des sujets appartenant à différentes temporalités concomitantes. Un autre chapitre étudie l’imagination et ses implications dans le nationalisme bengali, en particulier lors de la lutte contre la partition de 1905. Il y reprend de façon critique les études de B. Anderson, à travers des exemples tirés de la littérature du Bengale (en particulier le poète Tagore) qui illustrent les conceptions très hétérogènes du politique chez les nationalistes : l’un, réaliste, devant être placé dans le temps historicisé, l’autre, plus idéaliste, résistant à l’historicisation. Le chapitre sur les notions de famille, de fraternité et de travail salarié («  Family, Fraternity, and Salaried labor ») examine ces trois notions pour mettre en évidence l’écart qui existe entre leurs acceptions européennes et les formes qu’elles prennent dans la société bengalie. En réalité, l’historien s’intéresse là à l’existence d’un sujet non « bourgeois » et néanmoins, à sa manière, moderne, contre l’histoire historiciste de la raison qui donne à cette dernière une même mission à travers le monde (p. 236). Il s’agit de donner à la raison une place différente de celle qu’elle prend dans la pensée historiciste et moderniste pour « provincialiser » l’Europe, la considérer comme l’une des provinces du monde, et permettre ainsi à l’histoire de confronter des points de vue différents.

 

Le projet de D. Chakrabarty revient ainsi à développer une approche historienne concurrente du mode historiciste, une approche qui laisse aux histoires singulières, aux « passés subalternes », aux « futurs parallèles » la place de développer leurs spécificités, inintelligibles et « anachroniques » (p. 244) en termes de modernité à l’européenne. Par « Europe », D. Chakrabarty entend donc l’ensemble de la pensée européenne dont les conceptions ont été universalisées et constituent le cadre de la discipline historique académique. En réalité, l’auteur veut montrer le caractère à la fois indispensable et inadéquat des concepts européens hérités des Lumières et étendus au monde par l’intermédiaire de la colonisation. Indispensables, ils le sont parce qu’ils sont le propre du sujet politique moderne que nous sommes en tant qu’acteurs dans des institutions modernes, sujet sensibles aux idées des Lumières et à ces universaux qui permettent d’avoir une lecture critique de l’histoire. Inadéquats, ils le sont parce qu’ils ne permettent pas de penser des histoires parallèles, des histoires qui ne rentrent pas dans le cadre de la trajectoire historique européenne : des histoires subalternes (p. 254-255).

L’ouvrage de D. Chakrabarty appartient à ce que l’on appelle la deuxième époque des subaltern studies. À la fin des années 1980, ces études passent d’une relecture de l’histoire de l’Inde coloniale et postcoloniale s’appuyant sur l’intégration des subalternes, à une critique de l’histoire académique et de ses concepts trop européo-centrés. Signe de l’influence de ce que l’on  appelle le « linguistic turn » : la place croissante accordée aux études de la littérature subalterne et à la réflexion théorique, et qui constitue l’essentiel – parfois lourd – des sources sur lesquelles s’appuie D. Chakrabarty dans les chapitres de cet ouvrage. Si l’ouvrage a été salué dans le monde anglo-saxon, le commentaire de Roy Bin Wong[2] revient néanmoins sur l’intérêt limité qu’il y aurait à relever tout ce qui ne rentre pas dans les catégories conventionnelles sans proposer de catégories alternatives, qui rendraient plus convaincants ces appels à concevoir autrement le passé des hommes. On sent bien le danger sous-jacent qui consiste à s’en tenir à la seule « critique du discours de la modernité, à la subversion de l’historiographie, à la célébration esthétique de la singularité des mondes de significations indigènes »[3] (J. Pouchepadass).

D’autre part, le privilège donné à l’étude des discours, à la critique de l’histoire en tant que savoir occidental et à la recherche des subalternes dans les fragments d’une littérature orale ou écrite indigène ou dans les archives coloniales, est certes une entreprise historique nécessaire mais risque aussi de « dématérialiser » un monde colonial observé sans contexte, sans structures, sans État et au prisme unique du discours de quelques-uns[4].

Ces critiques ou caveats en tête, on lira avec profit cet ouvrage qui présente un réel un intérêt épistémologique, engageant le lecteur à un effort d’honnêteté intellectuelle et d’ouverture dans sa réflexion sur l’histoire et ses cadres conceptuels, en particulier quand il s’agit d’étudier des mondes étrangers. Les travaux de D. Chakrabarty sont encore peu traduits en français, alors qu’ils font partie du meilleur de la production du courant des subaltern studies, et constitue une introduction claire, malgré son goût des formules, à cette historiographie.



[1] Sacrifice rituel de la veuve se jetant dans le bûcher crématoire de son époux.

[2] Roy Bin Wong, American Historical Review, vol. 106, 4, octobre 2001.

[3] Jacques Pouchepadass, 2004 : « Que reste-t-il des Subaltern Studies ? », Critique Internationale, 24, 2004, p. 73.

[4] Voir la réflexion critique d’Isabelle Merle, 2004 : « Les Subaltern Studies : Retour sur les principes fondateurs d’un projet historiographique de l’Inde coloniale », Genèses, 56, p. 131-147.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *