Arabités numériques, Yves Gonzalez-Quijano

Avec Arabités numériques, Yves Gonzalez-Quijano fait le point sur ce qui a été l’un des poncifs des commentaires sur le « Printemps arabe » : le rôle des réseaux sociaux et des technologies numériques dans les soulèvements de l’année 2011. Le livre, assez court, revient sur l’effet de rupture provoqué par les crises politiques de l’année écoulée en replaçant l’utilisation politique des réseaux sociaux dans le champ plus large d’une culture numérique “arabe” qui s’est élaborée progressivement au cours des dix dernières années et dont il retrace l’histoire. Rejetant la méthode quantitative au profit d’une « analyse environnementale » (Clay Shirky[1]), Yves Gonzalez-Quijano propose une définition de ces nouvelles « arabités numériques » qui ont profondément modifié la définition et les pratiques du politique.

La surprise occasionnée par le « Printemps arabe » a été l’occasion d’un renversement de perspective pour les commentateurs qui jusqu’alors s’en tenaient à la vision communément admise du web arabe : un « désert numérique » (p. 27). Seuls les professionnels de l’internet avaient pu mesurer l’incroyable croissance d’internet dans le monde arabe. Pour donner quelques chiffres : 1 million d’utilisateurs d’internet en 2001, 30 millions en 2007, 60 à la fin de l’année 2010, juste avant le Printemps, et déjà 70 en juin 2011 selon Yahoo.

Si cette invisibilité du web arabe s’explique d’une part par la peur panique de l’islamisme extrémiste qui voyait dans Internet le spectre inquiétant d’un cyberjihad et d’autre part par l’entrée tardive de ces pays dans l’ère numérique – le premier pays arabe, la Tunisie, a été connecté au réseau des réseaux en 1998 – cette indifférence des non professionnels de l’internet a laissé place à un enthousiasme un peu suspect. En effet, comme l’a souligné la première Rabab el-Mahdi[2], les risques sont grands d’une lecture « orientaliste » de ces soulèvements, qui valorise l’entrée sur la scène politique d’une génération de jeunes qui sont familiers à l’observateur occidental par leur mode de vie et leurs pratiques. Il semble donc important de rappeler à l’observateur que les réseaux sociaux ne sont que la partie visible de tout un ensemble de pratiques numériques, inaugurées avec l’entrée sur Internet des organes de presse nationaux à partir des années 90.

C’est dans le deuxième chapitre que l’auteur retrace précisément l’histoire du web arabe et tout particulièrement du cyberactivisme, permettant de définir cette nouvelle forme d’engagement politique, ainsi que les obstacles qu’il a pu rencontrer. C’est tout d’abord via les blogs et les mailing-lists que s’organise le militantisme sur la toile, en fournissant une contre-information aux médias traditionnels, les réseaux sociaux n’intervenant que dans un deuxième temps pour coordonner l’action politique concrète. Si longtemps, le web est l’apanage d’une jeunesse libérale, occidentalisée et plutôt anglophone, il est rapidement investi par d’autres forces politiques, jusqu’aux gouvernements eux-mêmes. Après les diverses tentatives d’intimidation et les manœuvres de répression, les gouvernements ont compris le parti qu’ils pouvaient tirer de cet outil pour leurs propres stratégies de communication. Au terme de ce rapide tour d’horizon, on peut dire qu’à la fin de la décennie 2000, le web est définitivement entré dans le champ politique où il constitue un enjeu communicationnel.

Cette étude du web arabe avant le printemps est un préalable nécessaire à l’examen dans les deux chapitres suivants des deux positions dominantes dans la réflexion universitaire nord-américaine sur ces sujets, que Yves Gonzalez-Quijano appelle cyberoptimisme et cyberpessimisme. Les tenants du premier (Clay Shirky, Jared Cohen, Alec Ross parmi d’autres) « s’accordent à considérer que le capital de changement politique que portent en elles les techniques numériques provient essentiellement de leur capacité à développer échanges et dialogues au sein de l’espace public, renforçant ainsi les pouvoir des individus forts de multiples microsolidarités face aux pratiques des appareils et des organismes d’Etat. » (p. 94) Pour Yves Gonzalez-Quijano, l’action libératrice et novatrice des réseaux sociaux s’exerce dans trois domaines : la mobilisation, la coordination et la documentation de l’action politique.

Cependant, les limites du cyberoptismisme sont assez visibles : d’une part, ces analyses se fondent sur les modèles idéaux que constituent la Tunise et l’Egypte, négligeant d’autres pays (Bahrein ou Syrie pour ne citer qu’eux). D’autre part, c’est faire bon marché de ce que Gonzalez-Quijano appelle « la géopolitique des réseaux sociaux » (p. 112) : en dépit de la fameuse position de principe de Google, « Don’t be evil ! », les industriels du numérique ont eu un rôle actif dans les événements de 2011 (élaboration spécifique d’applications, lutte contre le piratage des comptes des dissidents, etc.) Sans tomber dans une lecture conspirationniste, on peut s’interroger sur le rapport de ces entreprises américaines avec la « gouvernance du XXIe siècle » adoptée par l’équipe d’Obama et qui implique une utilisation optimale des outils numériques.

Le Printemps arabe sombre complot manipulé de l’extérieur ou authentique mouvement de libération nourri par la dynamique des technologies numériques ? Yves Gonzalez-Quijano évacue la question pour aborder une facette plus intéressante de ce qu’il appelle le « cyberpessimisme ». L’un des grands mérites de cet ouvrage est en effet de consacrer tout un chapitre aux cybersceptiques, beaucoup moins visibles que les précédents. Il cite notamment deux figures venant d’horizons divers : Sami Ben Gharbia, fondateur du portail Nawaat en Tunisie, et Evgeny Morozov, auteur de The Net Delusion.[3] Tandis que le  premier expose les dilemmes des activistes arabes confrontés au soutien ouvert que leur accorde désormais la diplomatie des Etats-Unis et d’autres puissances de moindre importance, relayée dans la société civile par diverses ONG visant à former et encadrer les initiatives de ces militants, le deuxième se livre à une critique en règle du discours dominant dans les milieux universitaire nord-américains.

Le dernier chapitre indique une issue possible au débat sur l’importance de l’activisme en ligne dans la réussite ou l’échec du printemps : ce qu’ont montré les événements récents, de façon indubitable, c’est la montée en puissance d’une nouvelle culture arabe “informée’” par la technologie et dont les conséquences sur la pratique politique excèdent largement les événements spectaculaires du Printemps. Les analyses de Dominique Cardon sur la « démocratie internet »[4] sur la façon dont internet peut contribuer à la constitution d’un espace plus démocratique où les individus retrouvent leur pouvoir de critiquer d’agir gardent leur pertinence dans l’espace numérique arabe. « L’utopie d’internet comme forum citoyen, lieu d’échanges et de construction d’un consensus, disparaît pour laisser place à un théâtre numérique qui met sur la place publique toutes les différences, et qui les creuse de manière dramatique. » (p. 160)

Enfin, Yves Gonzalez-Quijano rappelle que cette politisation d’une partie du web occulte les mutations profondes dans d’autres secteurs et évoque les conséquences sur la langue, sur la libération des corps et l’expression individuelle, permises par ce nouvel outil de communication qui construit véritablement une identité collective « arabe ». Le retour de l’adjectif, bien longtemps après l’invention du « monde arabe » lors de la Nahda, indique l’apparition d’un nouveau monde arabe, à proprement parler « virtuel », étranger aux frontières physiques et géographiques, rassemblant « les “emmurés” palestiniens comme les émigrés des multiples diasporas » (p. 175) et qui ne se limite pas à des prises de parole politiques.

 

Livre nécessaire et stimulant, Arabités numériques fait un sort aux clichés en cours sur le « Printemps arabe ». Sans se limiter à une cartographie du nouvel espace numérique arabe, il en dessine les contours et propose de nouvelles pistes de réflexions au lecteur. Depuis les années 2000, Yves Gonzalez-Quijano s’est spécialisé dans les questions d’information et il s’est notamment intéressé aux mutations entraînées par l’introduction d’Internet dans le monde arabe.[5] Il tient une chronique régulière sur son blog « Culture et politique arabes » depuis 2006. Cet intérêt pour les cultures numériques, bien antérieur à la découverte enthousiaste de l’existence d’un internet arabe par les commentateurs lors de l’année 2011, permet une remise en perspective salutaire des hypothèses avancées sur le rôle d’internet dans le déclenchement des mouvements de protestation en Tunisie, Egypte, Maroc, Bahrein et Syrie.

Zoé Carle.

الترجمة العربية

 


[1] “The Political Power of Social Media”, Foreign Affairs, 20 décembre 2010.

[2] « Orientalizing the Egyptian Revolution » article du 12 avril 2011 http://www.indypendent.org/2011/04/12/orientalizing-egyptian-uprising

[3] The Net Delusion, The Dark Side of Internet Freedom, Public Affairs, 2011.

[4] D. Cardon, La démocratie internet, Le Seuil, 2010.

[5] Les Arabes parlent aux Arabes, La révolution de l’information dans le monde arabe, sous la direction d’Yves Gonzalez-Quijano et de Tourya Guaabyess, Actes Sud, Arles, 2009.

Cite this article as: zcarle, "Arabités numériques, Yves Gonzalez-Quijano," in Orients Occidents مشارق ومغارب, 13/10/2017, http://orientsoccidents.hypotheses.org/58.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *