The Venture of Islam, M. G. S. Hodgson

Issu des notes laissées par M.G. S. Hodgson[1] à sa mort, en 1968, l’ouvrage posthume The Venture of Islam : Conscience and History in a World Civilization[2] est une somme de près de 1700 pages retraçant la genèse et le développement historique du monde musulman. Il cherche à analyser la place de celui-ci dans l’histoire mondiale. Très marquée par la personnalité de M. G. Hodgson, un des précurseurs de la World History[3] et grand spécialiste de l’histoire de l’islam, cette œuvre constitue une vaste synthèse historique dont l’intérêt principal repose sur quatre traits fondamentaux : le refus d’un regard  européocentriste ; la critique de la tradition orientaliste au moment des luttes anticoloniales ; la rigueur dans l’approche et les postulats épistémologiques qui sont développés ; le travail érudit de synthèse dans un style vivant et heuristique.

L’ouvrage affiche une triple ambition : présenter la trame de l’histoire de l’islam, de sa genèse à l’époque contemporaine ; replacer la critique historiographique et linguistique au cœur des travaux historiques sur le monde musulman ; témoigner de la richesse et des succès de la civilisation islamique, de son importance dans l’histoire mondiale et de sa « part dans l’héritage humain universel[4] », interrogeant, au-delà, la nature même du concept de civilisation.

The Venture of Islam, baigné dans le contexte intellectuel de l’époque (l’ouvrage d’Edward Saïd, Orientalism, est publié en 1978), s’inscrit donc dans un projet personnel, militant et -précisons le d’emblée- partisan. Néanmoins, bien que datée, la somme de

M. G. Hodgson possède des caractéristiques intéressantes et une actualité dont témoigne le récent colloque organisé en juin 2012 autour de l’œuvre de l’auteur[5].

 

L’introduction de l’ouvrage constitue un élément essentiel dans l’architecture de The Venture of Islam. A travers la définition du concept de  civilization, la remise en cause des catégories du langage contemporain appliquées à d’autres époques et aires culturelles, l’insistance sur la précision du lexique à employer, M. G. Hodgson rappelle le travail nécessaire à la définition d’un objet d’étude historique. Il pointe les limites des études philologiques, des concepts utilisées par les savants occidentaux, et précise le lexique utilisé dans l’ouvrage.

Celui-ci s’organise en trois parties, qui correspondent à trois grands découpages chronologiques : « the formative period of islam », « the Middle Periods », et « the period of the Gunpowder Empires and Modern Times ». Un volume de The Venture of Islam est consacré à chacune d’entre elles, et chaque volume est composé de deux livres.

Le premier volume (livres 1 et 2) rend compte de la genèse de l’islam. Après une rapide introduction au « monde d’avant l’islam », M. G. Hodgson s’intéresse à la geste du prophète, à l’établissement d’un Etat musulman et au développement de celui-ci à l’époque abbasside, l’âge de la « civilisation classique du Haut Califat ». Les développements principaux de cette période se situent, selon lui, dans l’émergence d’une communauté musulmane singulière qui remplaça petit à petit les divisions communautaires régionales, à travers notamment le remplacement du syrien et du pahlavi par l’arabe comme principal véhicule de la culture. Au sein de cette communauté, la diffusion de la šarī‘a fut essentielle. En pénétrant de plus en plus profondément les mentalités, elle offrit un cadre commun -légal, social et éthique- qui détermina l’organisation et les aspirations sur lesquelles se fondirent les sociétés du monde musulman.

Les périodes moyennes (945-1503) (livres 3 et 4) furent marquées par l’établissement d’un nouvel « ordre international » : l’affaiblissement du califat abbaside, en même temps que l’expansion continue de l’islam, entraîna des différences de plus en plus aiguës entre les régions du dār al-islām. La communauté islamique, qui s’était constituée, selon M. G. Hodgson, dans la continuation des traditions « irano-sémitiques », connut désormais d’autres influences, qui fragilisèrent l’unité socio-culturelle des populations du monde musulman. Pourtant, l’éclatement politique ne remit pas en cause les postulats fondamentaux sur lesquelles reposait  le monde islamique. La société « internationale »[6] qui émergea du morcellement puis de l’effondrement du pouvoir abbasside souligna la profondeur et le dynamisme de la civilisation islamique : la force grandissante des ‘ulamā’, aux côtés des émirs, le développement des intérêts marchands, l’essor et la diffusion du soufisme, le développement du perse comme langue de haute culture, l’approfondissement des traditions intellectuelles, le développement des arts, témoignent ainsi de la vigueur du monde musulman. La menace mongole, qui provoqua la chute de Bagdad (1258), entraîna la prééminence sociale de nouveaux acteurs : les Turcs, et avec eux, plus largement, l’établissement d’un « patronage militaire ». Cependant, la puissance mongole[7] ne remit pas vraiment en cause la stabilité du monde musulman. Au début XVIe siècle, malgré la contraction économique qui le touche à la fin de la période médiévale, celui-ci se trouve au « pic de son pouvoir politique » [8].

 C’est d’ailleurs l’une des assertions majeures de l’ouvrage. M. G. Hodgson  exprimait déjà cette idée dans un article qui fit date[9] :

« A l’échelle mondiale, les peuples musulmans atteignirent l’apogée de leur pouvoir politique au XVIe siècle, lorsqu’une vaste partie du monde de l’Islam était sous l’autorité de trois grands empires, dont la bonne organisation et la prospérité avaient suscité l’admiration des Occidentaux : l’Empire ottoman, dont le centre était localisé en Anatolie et aux Balkans ; l’Empire safavide dans le Croissant fertile et les hauts plateaux iraniens ; l’Empire moghol ou timurien dans l’Inde du nord[10] ».

L’histoire de ces trois empires est présentée dans le livre 5. On y voit apparaître l’importance de la technique dans l’équilibre des pouvoirs, et la rivalité croissante avec « l’Occident[11] ». Les Européens deviennent des acteurs avec lesquels il faut désormais sérieusement compter.  Le dernier livre, à la fois le moins documenté et le moins abouti[12], présente les effets de l’âge moderne de la technique sur le monde musulman. Contre la vision classique d’une culture islamique incapable de s’adapter à la « modernité », M. G. Hodgson argue que l’expérience de la modernité dans le monde musulman s’étendit sur deux siècles. Comme les autres peuples, les musulmans furent pris dans ces transformations et y apportèrent des réponses variées. Le concept de civilisation islamique, ou the Islamicate jusqu’alors utilisé par M.G. Hodgson perd ici de son intérêt conceptuel, car la diversité des situations et des évènements rend nécessaire des analyses multiples. C’est donc finalement à la genèse des Etats-Nations modernes du monde musulman, confrontés à l’hégémonie occidentale, que s’intéresse le livre 6 de l’ouvrage.

Ainsi, aux six livres de The Venture of Islam correspondent six phases du développement politique du monde musulman : le règne des arabes, l’absolutisme califal, le système des a‘yān/amīr, le règne des élites militaires, celui des empires de la poudre, le développement des Etats-Nations.

 

L’œuvre de M. G. Hodgson ne peut donc être réduite à une étude macro-historique (sur le développement, le rôle et la part de la « civilisation islamique » dans l’histoire mondiale), puisque l’auteur prend soin d’affirmer une approche plurielle et la nécessité de faire varier les échelles d’analyse. L’ensemble des thèmes qu’il aborde permet un dialogue et un jeu d’aller-retour qui rendent compte, pris ensemble, de ce qu’Hodgson qualifie de civilisation du monde musulman : un groupe relativement vaste de cultures interdépendantes, dans la mesure où elles partagèrent des traditions multiples, sous l’aspect de la haute culture, du milieu urbain, des formes littéraires[13]. Fortement conscient des partis pris idéologiques de cette notion, il utilise donc le concept de civilisation dans un rapport dynamique. Plutôt que de se référer au terme de « civilisation islamique », dont le référentiel implicite renvoie à une notion religieuse, l’islam, il développe la notion de Islamicate, difficilement traduisible. Celle-ci regroupe les productions nées au sein du monde musulman, qui ne sont pas par nature islamiques, dans le sens religieux –car sans rapport avec l’islam-, mais définitivement islamiques comme productions culturelles et sociales.

C’est ce détour conceptuel qui permet à Hodgson, a priori, de contourner les critiques liées à la notion de civilisation, en reconnaissant un monde musulman ouvert à tous types d’influence culturelle, ethnique, sociale, régionale. Ce monde si vaste, qui regroupe une si large part de l’humanité, est un élément essentiel dans l’histoire mondiale, et ses développements internes furent parties prenantes dans le processus de la modernité. Sans lui, en un mot, l’Occident n’aurait sans doute pas vécu les transformations qui le conduisirent, le premier, à se précipiter dans ce processus.

Néanmoins, pour saisir l’importance –et l’utilité- de l’ouvrage, il faut bien le replacer dans son contexte.

D’une part, l’histoire des pays d’Islam a beaucoup évolué depuis 1974.  Certains postulats de Hodgson ne se vérifient pas toujours[14]. Le faible nombre de sources qu’il utilise, les études dans lesquels il puise de quoi nourrir ses développement, dans des champs extrêmement variés, ne correspondent plus, dans le détail, à l’actualité de la recherche historique.

D’autre part, The Venture of Islam présente un double handicap : Hodgson nourrit sa réflexion à partir des idéaux de départ qu’il suppose contenus dans la révélation coranique et la Tradition prophétique. Au fond, l’histoire du monde musulman est perçue à travers la réalisation supposée du rêve des origines. Ses succès, ses échecs, tiennent à la validité supposée de ces idéaux-types. En voulant s’émanciper du mythe de l’âge d’or[15], en affirmant que le XVIe siècle fut le siècle où la civilisation du monde musulman se trouva au sommet de son pouvoir[16], Hodgson reprend à son insu ce même mythe des origines, en décontextualisant le développement des grands empires. C’est le second handicap de l’ouvrage : le monde musulman est vu, malgré la richesse ethnique et culturelle qui lui est reconnue, comme un tout organique. Le traitement très largement macro-historique adopté dans l’ouvrage laisse de côté la diversité des situations historiques. Cela revient à supposer jusqu’au XVIIIe siècle une unité culturelle et sociale à la « civilisation islamique » dont on peut amplement douter. L’insistance de l’auteur sur les élites religieuses et civiles est à ce titre explicite : c’est d’abord la haute culture, la spiritualité, la loi légale, qui composent selon lui le cœur de la civilisation islamique. L’absence presque complète d’histoire sociale est à ce titre frappante, de même que les relations, à l’échelle locale, entre le monde musulman et d’autres espaces.

Dans cet ouvrage, M. G. Hodgson décrit un processus historique particulier, celui d’une civilisation, observé à travers le prisme de l’histoire mondiale[17]. Dans le contexte de l’époque, c’est une œuvre audacieuse et novatrice, qui a le mérite de présenter l’histoire des pays d’Islam dans un monde élargi à la Chine des Sung et à l’Europe chrétienne.

Quoique tous les développements de l’ouvrage ne soient ni nécessairement pertinents ni à jour[18], ce dernier constitue une excellente synthèse des principaux développements politiques et culturels dans l’histoire du monde musulman, au moins jusqu’au XVIe siècle. Par ailleurs, la rigueur de l’auteur, sa clarté et ses tentatives pour éviter le plus possible le filtre d’un regard européocentriste, font de The Venture of Islam un ouvrage très intéressant pour se familiariser avec l’étude des pays d’Islam. Les développements considérables que connurent, jusqu’à nos jours, les questions qui y sont abordées, témoignent, sur le plan épistémologique, de la pertinence de l’ouvrage.



[1] Marshall Goodwin Simms Hodgson (1922-1968) fut professeur à l’Université de Chicago. Spécialiste de l’islam, en particulier du chiisme ismā‘īlī, la publication de The Venture of Islam en fit après sa mort un historien exerçant une grande influence, à la fois sur l’histoire de l’islam et sur histoire mondiale, dont les travaux influencèrent beaucoup le développement

[2] M.G. S. Hodgson, The Venture of Islam: Conscience and History in a World Civilization, trois volumes, The University of Chicago Press, Chicago, 1974.

[3] Sur la World History, voir l’article de P. GROSSER, « L’histoire mondiale/globale, une jeunesse exubérante mais difficile », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, numéro 110, 2011.

[4] E. BURKE III, «  Islamic History as World History: Marshall Hodgson, ‘The Venture of Islam’ », dans  International Journal of Middle East Studies, Vol. 10, No. 2, 1979, p. 24.

[5] Colloque organisé à Paris les 7 et 8 juin 2012, sous le titre « Marshall G.S. Hodgson : Islam et histoire globale ».

[6] Pour l’auteur, une société fluide, plurielle, décentralisée, avec son propre équilibre de forces internes.

[7] Ce que M.G.Hodgson appelle « the Age of Mongol Prestige ».

[8] M. G. S. HODGSON, The Venture of Islam, op. cit., vol. 3, p. 7 et p. 47.

[9] M. G. S. HODGSON, “The Role of Islam in World History”, International Journal of Middle East Studies, I, I, 1970, p. 99-I23

[10] Ibid., p.100.

[11] M. G. S. HODGSON, The Venture of Islam, op. cit., vol. 3, p. 11-14.

[12] Ce troisième volume, et en particulier le livre 6, n’existait qu’à l’état de brouillon à la mort de M. Hodgson

[13] Marshall G. S. HODGSON , The Venture of Islam, vol. 1, p.91 (“The peoples concerned, flourishing from the time of Muḥammad in the seventh century to the present, have extended in space over half of the Eastern Hemisphere of our globe. They have been correspondingly diverse in language, climate, historical situation, and national culture patterns. It is such a compound culture that we call ‘a civilization’: that is, a relatively extensive grouping of interrelated cultures, insofar as they have shared in cumulative traditions in the form of high culture on the urban, literate level; a culture, that is, such as that of historical India or Europe taken as cultural wholes”).

[14] Comme le traitement consacré à « l’irruption » des Mongols, acteurs invisibles de leur propre geste (livre 5).

[15] M. LAPIDUS “The Golden Age : The Political Concepts of Islam”, dans Annals of the American Academy of Political and Social Science, Political Islam, Volume 524, Novembre 1992

[16] Affirmation dont on peut saluer l’audace, pour l’époque : l’idée était répandue (dans les années 60) que le monde musulman, à partir, sinon du IXe siècle, du moins du XIIIe siècle, entrait dans un processus de décadence culturelle, économique, sociale, dans une lente  sclérose des milieux intellectuels et religieux.

[17] L’essor de ce  courant historique, depuis les années 90, doit d’ailleurs beaucoup à M. G. Hodgson.

[18] En particulier l’usage du terme de civilisation islamique, à utiliser avec beaucoup de prudence, afin d’éviter toute dérive essentialiste.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *