Le rendez-vous des civilisations, Youssef Courbage et Emmanuel Todd

Le livre de Y. Courbage et E. Todd pourrait être un livre classique sur l’histoire de la transition démographique dans les pays dont la population est en grande partie musulmane (« monde musulman »). Un phénomène que Philippe Fargues avait déjà commencé à étudier avec précision[1], remettant en cause plusieurs clichés sur la « famille arabe » ou la natalité en pays musulman. C’est l’approche, réunissant un démographe et un historien, la méthode « empirique » (p. 39) consistant à suivre des indicateurs démographiques dans plusieurs pays sur le long terme, à les comparer, et à dégager un mouvement général, ainsi que la thèse qui font de ce livre un essai stimulant.

L’argumentation de Y. Courbage et E. Todd s’organise en plusieurs volets que reprennent les différents chapitres d’un livre court, écrit avec vivacité, parfois sur le mode polémique comme l’annonce le titre de l’ouvrage, référence claire à la thèse de Samuel Huntington.

En mobilisant des indicateurs démographiques actuels et plus anciens de pays du monde musulman, en les comparant à l’histoire démographique d’autres espace (l’Europe en particulier, mais aussi la Chine, le Japon et la Russie), les deux auteurs montrent une « convergence des modèles » (p. 5) : la transition démographique que vivent la quasi totalité des pays du monde musulman répète la transition vécue par les pays européens à partir du 18e siècle, et achemine ces sociétés vers des modèles familiaux et sociaux qui sont ceux des pays plus avancées. Il n’y a donc pas plus de spécificité démographique islamique que de spécificité chrétienne. L’histoire démographique que présente l’essai veut donc être une histoire à la fois globale dans son extension géographique, et universelle puisqu’elle tend à être celle de l’humanité après avoir touché l’Europe : « un cycle long dans lequel l’alphabétisation, la déchristianisation puis la baisse de la fécondité accentuent d’abord les différences entre zones religieuses, pour ensuite mener à une convergence » (p. 158).

C’est ce processus de transition et en particulier le mouvement de baisse de la fécondité frappant qui est l’objet principal de l’ouvrage. Le taux de fécondité dans le monde arabe est passé en une de génération, entre 1975 et 2005, de 7,5 à 3,6 enfants (p. 65), tout en restant très varié au sein du monde musulman, les indices allant de 1,7 à 7 enfants par femmes en âge de procréer (p. 157). Pour expliquer ce mouvement général et la variété de ses formes, les deux auteurs mobilisent des variables classiques telles que le rôle de l’alphabétisation féminine associée au contrôle des naissances, de la rente pétrolière, des effets de l’émigration, du rôle de l’État, des conflits (conflit israélo-palestinien, guerre civile libanaise, Kosovo) ; des variables plus rarement examinées, telles que le rôle de l’alphabétisation masculine dans la baisse de la fécondité ; et des variables pour lesquelles ils se livrent à une véritable discussion scientifique. C’est le cas du rôle de la religion dans les comportements démographiques, dont les auteurs montrent qu’ils dépendent bien moins d’une spécificité islamique que des structures familiales anciennes – thème principal des recherches d’Emmanuel Todd[2]. Seuls des clivages internes à l’islam (sunnisme et chiisme essentiellement) interviennent parfois dans leur analyse, et seront d’après eux aussi temporaires que les différences de comportements démographiques catholiques et protestants en Europe. Ces structures, à l’instar de la patrilinéarité[3], de la patrilocalité[4] et de l’endogamie[5] fortes dans les pays arabes, en Iran et au Pakistan, et leurs variations au sein d’un même pays (exemple de la Syrie, p. 75-79) sont souvent antérieures l’islamisation du Moyen-Orient, tout comme la matrilocalité des sociétés malaise et indonésienne ou la polygamie en Afrique subsaharienne (chapitre 4).

Ces différentes analyses sont menées pour chacune des grandes aires géographiques distinguées par les auteurs au sein du monde musulman, région par région : le monde arabe (chapitre 5), les pays non arabes du Moyen-Orient (chapitre 6), les pays des Balkans, du Caucase et de l’Asie centrale postsoviétique (chapitre 7), ceux d’Asie orientale (chapitre 8) et d’Afrique subsaharienne (chapitre 9).

De cette thèse générale découle l’interprétation que Y. Courbage et E. Todd font de la situation actuelle des pays du monde musulman, en particulier des difficultés et de la violence que connaissent ces pays. Le postulat d’un rôle  « décisif » (p. 159) du contrôle des naissances dans l’évolution des mentalités et des sociétés conduit les auteur à voir dans ces crises des « crises de transition » (chapitre 2) qui ne sont pas le signe d’une régression, mais d’une progression – douloureuse – dans le mouvement général d’alphabétisation et de baisse de la fécondité que les auteurs décrivent pays par pays. Derrière les mutations démographiques radicales qu’ils décrivent, les auteurs veulent mettre au jour la déstabilisation des relations d’autorité dans la famille qu’entraîne l’alphabétisation, la baisse de la fécondité. Cette « face sombre » accompagne l’histoire de toutes les transitions démographiques qu’évoquent Y. Courbage et E. Todd, et les conduit à identifier des « zones de risques » (p. 36) associant modernisation culturelle, effondrement des structures d’autorité traditionnelle, troubles politiques aux contenus idéologiques variés et violences de transition.

L’analyse est particulièrement menée pour le monde arabe (chapitre 3), l’Iran et la Turquie (chapitre 4), le Pakistan avec plus de précautions (p. 109-110). La fixation sur le statut de la femme et l’islamisme (« idéologie de transition » écrivent les auteurs, p. 54) sont décrits comme les produits de la modernisation démographique, tout comme l’ont été la révolution française ou les révolutions communistes en Russie et en Chine (p. 54-56). On peut faire remarquer que l’argument aurait été renforcé par une discussion aussi conséquente des crises de transition asiatiques ou même africaines quand celles-ci sont en cours (p. 63-64).

 

On ne pourra certes pas reprocher à cet essai de passer rapidement sur le fond idéologique de ces crises de transition, puisqu’il s’intéresse justement plus à la forme commune des trajectoires étudiées (une crispation religieuse, dans le cadre de la transition démographique) qu’à des contenus idéologiques qui dépendent des structures familiales variées que la modernisation bouleverse. Mais l’argumentation, parfois polémique, établit des causalités que le lecteur peut avoir du mal à suivre, des sauts difficiles à faire. Sans remettre en cause l’« objectivité de la démographie » ni la thèse centrale de l’ouvrage, il est par exemple permis de rester dubitatif quant à la comparaison des « prédispositions » démocratiques de l’Iran avec une Turquie plus militariste, comparaison peut-être trop rapidement reliée à un clivage entre les variantes sunnite et chiite de l’islam (p. 101-102), où l’on retrouve la tentation régulière de faire du chiisme l’équivalent du protestantisme wébérien.

La place accordée à une « zone centrale » arabe, iranienne, turque, pakistanaise et bangladeshi (p. 44) définie par les auteurs par la similitude de ses systèmes familiaux, tient peut-être aussi à l’éclat du phénomène islamiste ou aux spécialisations des auteurs. Si elle est particulièrement bienvenue et éclairante pour des lecteurs qui ont suivi les révolutions arabes, elle accentue néanmoins la tendance à reléguer les pays musulmans d’Afrique subsaharienne aux périphéries du livre (8 pages pour le chapitre 9) : on y trouve surtout un état de lieux des indicateurs démographiques et socio-économiques pour les pays de la région.

 

Le livre de Y. Courbage et E. Todd s’impose aux lecteurs intéressés par l’histoire comparée des civilisations comme une lecture nécessaire, notamment parce que l’approche démographique reste peu connue et fait un sort original aux nombreux clichés sur le monde musulman et sur ses rapports avec les autres parties du monde. L’étendue historique et géographique que les auteurs embrassent avec dynamisme et concision font de l’ouvrage une lecture stimulante, conclue avec optimisme.

English translation

الترجمة العربية


[1] Philippe Fargues, 2000 : Générations arabes, L’alchimie du nombre, Fayard, Paris. Sur l’évolution des taux de fécondité et le rôle des femmes dans les pays arabes, on peut se référer au chapitre 3.

[2] Emmanuel Todd, 2011 : L’origine des systèmes familiaux, tome 1 : L’Eurasie, Gallimard, Paris.

[3] Système dans lequel les biens et le nom sont transmis par les lignages masculins.

[4] Système dans lequel le nouveau couple s’installe dans la famille du mari.

[5] La préférence pour le mariage au sein de la famille, notamment entre cousins paternels.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *